Iranien qui ira le dernier

Ok, on dirait la vidéo d'un tchador dans un tunnel mais justement, c'est concept. Le soir, des iraniens montent sur les toits et crient "Allah Akbar", sans égard pour le sommeil de leurs concitoyens, mais c'est paraît-il le prix de l'espoir et de la liberté. Ils crient, protégés par la nuit, leur espoir de changement, et de liberté. Ca vous prend sincèrement aux tripes.

Ceci étant dit, ils crient tout de même "Allah Akbar", ce qui peut paraître ambigu à certains. "Allah Akbar", est-ce vraiment, en Iran, le cri de l'émancipation de la femme, du surgissement des libertés individuelles et de la canette de Coca ? Au moins ne pourra-t-on pas leur coller sur le dos d'être de mauvais musulmans.

Le cri a tout de même une forte valeur symbolique. Car cette pratique remonte à trente ans, lorsque l'Ayatollah 'Rosminet invitait ses partisans à agir ainsi pour dénoncer le régime oppressif du Shah qui donc,  le 1er juillet 1979, s'est écrié paraît-il, contre toute logique : "oh, j'ai cru voir un Khominey". Et voilà que, pour commémorer le trentième anniversaire de la révolution islamique, les iraniens crient à la tyrannie devant le monde entier.

Il est évidemment très enthousiasmant de voir une part considérable du peuple iranien secouer le joug de l'un de nos bad guys et montrer au monde qu'une fois encore, une fois de plus, on ne peut pas résumer un peuple à son dirigeant. Ces images de manifestations en rangs serrés, dignes, face au danger et à la violence de la police et de la milice réunies, l'épopée de ces jeunes iraniens, exaltent l'image du peuple qui se soulève et prend son destin en main.

Pourtant la désillusion guette. Aujourd'hui, le scénario d'un maintien d'Ahmadinejad semble bien probable. L'opposition, derrière Moussavi, a demandé un nouveau décompte des bulletins. Mais à quoi cela peut-il rimer si les urnes ont été bourrées ? Et si tel n'est pas le cas, quelles assurances y a-t-il que les urnes ont été correctement protégées depuis le dépouillement ? Ce processus pourrait n'aboutir qu'à la confirmation du résultat d'Ahmadinejad. Par ailleurs, le pouvoir vacille-t-il ? Ou laisse-t-il les manifestations se dérouler, dans l'attente d'une lassitude des partisans de Moussavi ?

De même, la personnalité de Moussavi interpelle. Même oh-my-god-he's-so-cool Barack l'a dit : "vous frappez pas, les mecs, Moussavi, c'est pas non plus bezef". Le seul fait qu'il ait pu être candidat souligne suffisamment son intégration au système en place, alors que de nombreuses candidatures ont été purement et simplement invalidées pour des motifs arbitraires. A supposer même que l'élection soit invalidée, le remplacement d'Ahmadinejad par Moussavi pourrait tout aussi bien n'être que la poursuite de la même politique avec, simplement, plus de rondeurs.

Selon  un sociologue iranien cité par Le Figaro,

«Deux scénarios sont possibles : une répression sévère et un durcissement du régime, ou bien une paralysie politique sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois, sous la pression de la rue, qui poussera, peut-être, ­l'establish­ment à accepter certains remaniements politiques»

Reste que Moussavi porte certainement des espoirs qui le dépassent et que, la révolution engagée, le peuple iranien "ne s'arrêtera [peut-être] pas là". On ne peut que souhaiter le soutenir, parce que ce peuple ne comprendrait probablement pas que l'Occident ne le fasse même pas. Mais sans savoir toutefois, si ce soutien venu de l'Occident1 est vraiment le meilleur service que l'on puisse rendre aux iraniens. Ce qui n'est probablement pas étranger à la modération d'oh-my-god-he's-so-cool.

Comme conclut très justement Georges Malbrunot, "le cauchemar de Tienanmen plane sur Téhéran".


  1. comme l'illsutre l'instruction donné par la Maison Blanche à Twitter de reporter une opération de maintenance pour ne pas empêcher les iraniens de s'exprimer vers l'un des seuls canaux qui leur reste []

36 comments

  • Cher Koz, je suis obligé de vous conseiller de lire mon billet d’hier soir, (re)publié ce soir. Tienanmen, Gorbatchev ? Quelle option ?

    Ce qui se passe à Téhéran est essentiel. Vous avez peut-être sûrement mieux à faire, je vous livre alors une partie de la conclusion :

    « Quittant le domaine de la prétention universelle, l’Islam recouvrera la seule dimension acceptable, celle d’un discipline individuelle, d’une rigueur strictement privée, d’une esthétique à poil, en gros et pour faire simple, l’espèce de sophrologie qui permet à Franck Ribéry de marquer des buts. C’est pas si mal, Maradona avait le doigt de Dieu. « 

    Amicalement

  • Bonsoir Koz,

    en Iran comme dans de nombreux pays « en voie de développement » (le Vénézuela est un autre bon exemple), il existe une élite des villes qui vit presque « à l’occidentale », et qui est souvent très réformatrice. C’est cette élite-là qui manifeste bruyamment en ce moment.

    Mais cette élite reste je crois une minorité, et je ne suis donc pas surpris que, même avec un scrutin honnête, le candidat réformateur perde les élections. La majorité du peuple (en particulier à la campagne) est sans doute plus conservatrice, et elle profite aussi plus des politiques de redistribution du gouvernement en place.

    Il me semble qu’il faut signaler aussi l’importance des problèmes économiques qui, sans doute plus que la politique, est derrière le mouvement réformateur actuel. Les sanctions ont fait beaucoup de mal à l’Iran. Et j’imagine que les jeunes iraniens se préoccupent plus de savoir s’ils auront un travail et un logement, que de liberté d’expression par exemple.

    Tout ceci est donc assez compliqué, et j’ai beaucoup de mal à me faire une idée sur la semi-démocratie religieuse iranienne.

  • Le fait que la révolution soit accompagnée des cris de « Allah Akbar » ne doit pas impressionner plus que cela. Les manifestations populaires liées aux célébrations théâtralisées des mythes du Chiisme (ce que l’on appelle les Tazieh http://fr.wikipedia.org/wiki/Tazieh ) ont toujours été à l’origine des changements de régime iraniens, y compris la révolution de 1979 qui instrumentalisé ces Tazieh pour en faire un mouvement de rue. Les gens sont de fait dans la rue, il n’y a plus qu’à embrayer. J’entendais une interview d’un iranien ce matin qui disait que l’esprit de changement dans la rue était présent depuis le début de l’an perse, ce qui correspond à ces festivités… A mon avis, les élections sont un prétexte, mais le mécontentement gronde en Iran. Le régime des Mollahs tient fermement la cloche, mais jusqu’à quand ? Les restrictions économiques pèsent sur la population. Voilà ce qui mène un désir de changement. Dans quelle direction ? C’est une autre histoire, il n’est pas sûr que le peuple iranien lui-même le sache.

  • robespierre a écrit:

    “Quittant le domaine de la prétention universelle, l’Islam recouvrera la seule dimension acceptable, celle d’un discipline individuelle, d’une rigueur strictement privée, d’une esthétique à poil, en gros et pour faire simple, l’espèce de sophrologie qui permet à Franck Ribéry de marquer des buts. C’est pas si mal, Maradona avait le doigt de Dieu. “

    J’aimerais bien lire les commentaires après la même phrase modifiée comme suit – comme ça, juste par curiosité :

    « Quittant le domaine de la prétention universelle, le catholicisme recouvrera la seule dimension acceptable, celle d’une discipline individuelle, d’une rigueur strictement privée, d’une esthétique à poil, en gros et pour faire simple, l’espèce de sophrologie qui permet à Gaël Monfils de gagner des matchs. C’est pas si mal, Maradona avait le doigt de Dieu. »

    P.S. C’était la « main de Dieu », pas le doigt… et c’était pour expliquer qu’il avait marqué un but de la main sans être sanctionné indiquant ainsi que les desseins de la providence sont parfois inexplicables.

  • Moussavi ce n’est peut-être pas la joie exubérante, mais je me souviens qu’à l’époque de Khatami, l’ambiance était quand même meilleure à tous les niveaux. En 2005, on savait que l’élection probable d’Ahmadinejad allait bien pourrir la situation, et c’est ce qu’il s’est passé. Si la démocratie parfaitement libre en Iran ce n’est pas pour tout de suite, les Occidentaux ne feront pas la fine bouche, et espéreront un simple « mieux ».

  • Effectivement, il n’est jamais mauvais de rappeler que le peuple iranien est sans conteste l’un des plus modernes de la région, relativement à ceux de la péninsule arabique d’un côté et d’Afghanistan/Pakistan de l’autre. Ces 66,5 millions d’Iraniens crèchent dans des villes, à un taux 68% (source : CIA Factbook). Et l’âge médian de la population – 27 ans – est au moins trois fois inférieur à celui qui dirige leur Etat.

    Au passage, car on entend souvent des erreurs à ce sujet : l’Iran est une république théocratique dont le poste de chef d’Etat est détenu par (Allah ; non, je déconne) le Guide suprême, le mollah Khamenei, since 1989. C’est un vrai chef religieux et politique qui décide de tout un tas de choses dont les affaires étrangères et la guerre, qui contrôle et nomme les chefs des forces armées et notamment les Pasdaran (sorte de garde islamique), ainsi que ceux de la justice, des médias officiels, etc.

    Le Guide exerce une grande influence, en nommant une bonne partie de leurs membres, sur une série de corps de contrôle comme le Conseil des gardiens de la révolution, qui choisit les candidats à la présidentielle, et peut même révoquer le président en exercice.

    Dans ce cadre, le président de la république islamique d’Iran n’est pas un chef d’Etat. Il a le rang de chef de gouvernement, c’est donc une sorte de Premier ministre « plus » dont les pouvoirs tendent effectivement à augmenter avec les révisions constitutionnelles intervenues depuis 1979. Mais ceux du Guide suprême et des religieux qui l’entourent restent prépondérants.

    Ahmadinejad n’est donc pas du tout un président « à l’Occidentale ».

  • L’improbabilité d’un recomptage, ou en tout cas son manque absolu de crédibilité se confirme :

    Selon des informations recueillies par Libération, l’après-midi du scrutin, vers 17 heures, des bassidji («volontaires» des milices islamiques) ont pris le contrôle des terminaux de totalisation des votes au ministère de l’Intérieur, chassant les fonctionnaires qui travaillaient à ce poste. C’est un fonctionnaire de ce même ministère qui a prévenu le camp réformateur. D’autres fuites vont révéler les vrais chiffres obtenus par les quatre candidats (Libération de mardi) : en tête vient Moussavi avec un peu plus de 19 millions des suffrages (sur 42 millions), devant le second candidat réformateur, le religieux Mehdi Karoubi, avec plus de 13,38 millions de voix ; Ahmadinejad n’arrive qu’en troisième position avec 5,77 millions de voix ; le quatrième candidat, Mohsen Rezaï, ex-leader historique des pasdarans – les gardiens de la révolution – occupe la dernière position avec 3,74 millions de voix.

    D’autres urnes ont été saisies. Un recomptage n’aurait donc pas de sens.

  • Crier « Allah Akbar » sur les toits c’est effectivement un moyen de signifier au pouvoir en place qu’une nouvelle révolution peut se produire mais avec de nouveaux projets différents de ceux de l’époque.

    En tous cas ce qui se passe en Iran est intéressant. Le fait que la moitié de la population a moins de 27 ans n’est pas innocent. Cette moitié n’a connu que le régime islamique…

  • A Téhéran on voit des manifestations organisées par les deux camps.

    Mais devant les ambassades iraniennes à l’étranger, seuls les partisans de Moussavi manifestent…

    Bon.

    Mais, comme dit Koz, le problème n’est pas le recomptage et les espoirs mis sur Moussavi le dépassent manifestement.

  • @ Eponymus: exact la main et pas le doigt, je vais peut être changé le billet mais ce doigt a quelque chose de vengeur…..j’hésite mais la remarque est juste.

    Sur le fond, la même phrase ne marche pas car le catholicisme n’EST pas universel, il a permis l’universel. Le vers était dans le fruit (qui était une pomme)

  • Intéressant, le journal d’un manifestant, recueilli par Delphine Minoui :

    20h : L’espoir est pourtant toujours là. Je lève la tête. Aux balcons des immeubles, les habitants agitent leur main, en signe de solidarité. Avec mon portable, je ne peux résister à saisir la photo de cet instant magique : perchée sur le toit d’un immeuble, une jeune fille drapée de vert est en train de danser (la danse est illicite en Iran). Elle ondule ses mains, tout en faisant le « V » de la victoire. Ses bras sont à l’air libre. A côté de moi, un policier sourit. Je suis fier d’être iranien.

    (…)

    21h30 : Je suis de retour à la maison. J’ai mal aux pieds à force d’avoir marché. J’entends mes voisins monter sur leur toit et crier « Allah Akbar !», « A mort le dictateur ! ». Un rituel, en signe de protestation, qui se répète tous les soirs depuis quelques jours. Je me mets à crier à mon tour : « Allah Akbar ! ». Les cris font écho dans la nuit. Au loin, des klaxons de voiture se mettent à résonner. J’appelle mes copains à Mashad et à Bandar Abbas pour leur raconter ma journée. Ils me disent que c’est plutôt calme du côté de chez eux. Avant de me coucher, je vais leur envoyer les photos que j’ai prises. Demain, une longue journée s’annonce.

  • Emouvant je trouve le témoignage.

    Crier Allah Akbar est bien la seule et unique façon de protester. La façon ultime en fait. Les opposants ont bien plus de poids en dénonçant la violation de la Loi Chiite, la corruption (dans le sens éthico-religieux du terme) du régime d’Ahmadinejad que de se battre sur le plan des libertés individuelles. C’est leur seule chance. De même que la modération de la condamnation de l’Occident ne peut que servir l’opposition iranienne. Ca donnerait trop de poids aux accusations de téléguidage de l’opposition par l’occident ou les USA s’il y avait une levée de boucliers franche et massive. La petite chance passe par une pression qui mettrait les religieux dans la position consistant à  faire sauter le fusible Ahmadinejad pour préserver le pouvoir des Mollah.

  • En voyage ces jours derniers, j’ai eu l’occasion de sonder un iranien. Son point de vue recoupe à peu près celui de Koz. Notamment :

    -Les élections étaient évidemment truquées -Moussavi, comme avant lui Khatami, n’est qu’un pantin choisi par les mollahs pour donner l’illusion d’un système démocratique.

    La seule question qui reste : révolution ou non?

    Quand à « Allah Akbar » (« Dieu est grand »), il me semble que ça n’a aucun rapport avec la question ni avec l’avenir des femmes. Sauf pour les athés militants.

    Un peu comme le concept de « Jihad », qui ne sonne mal qu’aux oreilles des plus islamophobes.

    Le même voyage m’a fait rencontré un arabe chrétien libanais (partisan de Haoun), qui a achevé de me convaincre que la politique, la géopolitique, et l’extrémisme, n’avait que peu à voir avec la religion des un et des autres.

  • Si, au passage, quelqu’un peut m’expliquer pourquoi les moudjahidin du peuple iranien ont été visés par le ministre de l’intérieur NS, je suis toujours à la recherche d’une explication.

  • Quand on vis dans un pays ou l’Islam est la religion de la quasi totalité de la population « Allah est grand » est une invocation qui me parait être des plus normal.

  • @Vanimme

    « Parce que les moudjaheddin é khalgh sont une organisation terroriste à tendance sectaire. »

    Terroriste, non. Sectaire, peut-être, mais beaucoup moins que les mollahs, et dans ce cas, pourquoi recevoir très officiellement Tom Cruise?

  • Gatien a écrit:

    Si, au passage, quelqu’un peut m’expliquer pourquoi les moudjahidin du peuple iranien ont été visés par le ministre de l’intérieur NS, je suis toujours à la recherche d’une explication.

    Il semble bien que la France ne soit pas le seul pays à les considérer comme une organisation terroriste. Quant à Tom Cruise, il serait si bon que la gauche arrête, avec les gros sabots (ça lui évitera peut-être d’ailleurs quelques coups de pieds aux fesses électoraux). On peut être partagés à l’idée de recevoir un acteur avec autant de visibilité mais il est évident que Nicolas Sarkozy recevait alors l’acteur américain si populaire, dans une opération de com’, et non le scientologue. C’est très discutable dans la mesure où Tom Cruise met sa popularité d’acteur au service de son engagement scientologue mais c’est évidemment une belle ânerie d’un Sarko souhaitant faire de la com’ et non une quelconque caution.

    CHCL a écrit:

    bonsoir, depuis trois jours j’épluche le site Iran- résist Koz, le connaissez vous?

    Non, je le découvre avec vous et Vanille. Qui le tien ?

  • figurez vous que je ne sais pas! mais chaque fois que j’en lis une page, et chaque page contient des liens …. Notamment un lien qui ramène « au pion du régime » (Moussavi ) pour l’heure j’ai vaguement conclu qu’il y a 3 « révolutions », deux sont du flan et emballent les média , elles consisyent entre la soi disant bataille des urnes La troisième, la vraie aurait fait 59 morts, 300 bléssés, omerta, c’est là que sont les étudiants A votre lecture peut être

  • Gatien a écrit:

    Si, au passage, quelqu’un peut m’expliquer pourquoi les moudjahidin du peuple iranien ont été visés par le ministre de l’intérieur NS, je suis toujours à la recherche d’une explication.

    Il semble effectivement que les Moujahidines du peuple soient bien allumés. Ceci dit, je me souviens aussi que le « coup de filet » d’Auvers/Oise de 2003 – lancé après que l’Etat ait toléré leur présence pendant des années… – n’a strictement rien donné du tout. L’antiterrorisme n’en est pas sorti grandi, une fois encore, et les remises en liberté l’ont volé aux procédures mal gaulées annulées par la justice de France d’Europe… Le tout juste après un coup de menton de l’exécutif (toute ressemblance avec des évènements récents serait fortuite).

    D’ailleurs, le coup de filet n’a pas l’air d’avoir eu de graves conséquences, ce qui est curieux pour un mouvement « terro » installé cheux nous. Voici ce qu’on pouvait lire en mai 2008, et qui semble confirmer qu’il s’agit de beaux allumés : http://www.france24.com/fr/20080628-moudjahidine-peuple-iran-OMPI-CNRI-france-iran

    Mais histoire de contredire ce qui est dit plus haut, il apparait que plus grand’ monde n’a ‘air de considérer ces allumés comme des terroristes : http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2009-01-26/les-moudjahidine-du-peuple-rayes-de-la-liste-terroriste-de-l-ue/924/0/310682 Ceci dit, la France semble insister : http://www.francesoir.fr/etranger/2009/01/27/europe-moudjahidines-du-peuple-rehabilites.html

    Pour esquisser (enfin) une réponse à Gatien, et sur la foi branlante de mes souvenirs et de ma maigre connaissance du dossier, il faudrait peut-être chercher du côté de l’instrumentalisation desdits allumés, fervents opposants aux mollahs iraniens.

    Alors que l’Iran détient, depuis le Shah, une dizaine de % du capital d’Eurodif (pas la chaine de distribution, mais la boite d’enrichissement d’uranium et ses usines de la vallée du Rhône). Ce qui donne lieu depuis lors à un interminable contentieux (émaillé de quelques attentats cheux nous dans les années 80), l’Iran des mollahs revendiquant le retour sur cet investissement consenti par l’Iran du Shah. Il me semble me souvenir qu’il y avait des négos actives en cours à ce sujet en 2003, et que ça ne doit certainement pas être terminé.

    Sous toutes réserves (et aussi sous réserve de week end, je file à la gare).

  • Ali Khameiny vient de balayer tous les doutes que l’on pouvait avoir sur la nature démocratique de l’Iran.

    Malgré un taux de participation qui a atteint en certains endroits jusqu’à… 140%, il s’enorgueillit de la participation nationale à 85%.

    Le Figaro signale que le public était en pleurs.

    Et maintenant ? Le peuple a-t-il seulement les moyens de résister ? Une nouvelle manifestation ne tournerait-elle pas au massacre ? Les pays occidentaux doivent-ils reconnaître Ahmadinejad ? Peuvent-ils le reconnaître ? Peuvent-ils ne pas le faire ?

  •  » jusqu’à… 140%, »

    A l’africaine… Vous verrez probablement les mêmes taux de participation pour la succession de Bongo (mais dans ce cas les observateurs francais salueront tout de même une grande avancée démocratique et le PR félicitera le vainqueur).

    Le libé d’aujourd’hui donne d’autres détails parlant au sujet des résultats officiels. Dans sa ville natale, où il est très populaire et soutenu par le réseau des derviches, Mehdi Karoubi a eu 1 voix pour 90000 habitants!

    Toujours d’après libé, des résultats transmis officieusement par des fonctionnaires mettent Ahmadinejad en troisième position (ce qui suggère que le bourrage d’urne n’a pas suffit et qu’il a fallu aussi trafiquer les résultats à postériori).

  • François Miclo, sur Causeur, publie un billet Mollah contre Mollah, dans lequel figure la copie de la lettre attribuée au Ministère de l’Intérieur iranien, mentionnant les bons résultats (bon, évidemment, c’est pas en français)

  • Koz a écrit:

    Ali Khameiny vient de balayer tous les doutes que l’on pouvait avoir sur la nature démocratique de l’Iran.

    Et merde….

  • @Koz

    Pour suivre ce site (iran-resist) depuis quelques années, il semble qu’il soit tenu par un certain Kavéh Mohséni (http://www.iran-resist.org/article60.html). Ce dernier aurait arrêté de croire dans les ‘réformateurs officiels’ à la suite du mouvement estudiantin de 1999. Politiquement il serait plutôt à classer parmi les pahlavistes (le fils) : pour un iran laïque et indépendant…

    L’intérêt principal de ce site c’est que le discours tenu par son hôte est assez efficace pour décrypter les ‘négociations’ entre le régime des mollahs et les grandes puissances. Cela lui permet de prévoir assez fidèlement les réactions du régime quand les analyses de nombre d’experts se laissent surprendre par son irrationalité.

    Son principal défaut c’est qu’il ne met aucun lien vers ces sources…

  • Cette histoire d’élection truquée va être un bon test pour la religion musulmane. La république islamique n’est-elle pas supposée gérer la société selon les plus hauts principes de la religion ?

    Je regarderai attentivement si les guides suprêmes religieux iraniens vont laisser passer la tricherie comme valeur acceptable dans une société censée suivre les préceptes du Coran.

    Les clameurs de « Allah Akbar » doivent rappeler au pouvoir que Allah est effectivement grand et qu’il voit tout, y compris le bourrage des urnes.

  • Pepito a écrit:

    Je regarderai attentivement si les guides suprêmes religieux iraniens vont laisser passer la tricherie comme valeur acceptable dans une société censée suivre les préceptes du Coran.

    En accord avec la doctrine islamique de la Taqqiya (principe islamique de la « tromperie religieuse) , le « mensonge pieux » est acceptable, voire préconisé par le prophète. Tout dépend donc de l’idée que se font les religieux iraniens de la victoire d’Ahmadinejad. S’ils pensent que seul, celui ci peut protéger la nation et la politique islamique, cette tricherie sera considérée comme recevable!

    (il semblerait que cette doctrine soit controversée. N’étant pas savante en la matière, je ne puis discuter sur cette polémique)

  • La violence de la réaction d’Ali Khameiny est à la mesure de la panique des mollahs qui ont mesuré à quel point la société civile ne les suit plus. Ils auraient peut-être laissé Moussavi gagner si ce dernier n’avait battu Ahmadinejad que de peu, au deuxième tour.

    Le PC chinois, face à un problème similaire, a choisi de contrôler fermement le pouvoir politique mais de laisser de vraies marges de liberté à la société civile. Cela durera le temps que cela durera, mais laisse la porte ouverte à une transition progressive vers une démocratie plus large.

    Il n’est pas sûr que les mollahs, du fait même du caractère théocratique de leur univers mental, puissent envisager une telle option. Et les dictateurs en place joueront les mollahs durs contre ceux qui s’accommoderaient d’une distinction entre le clergé et le pouvoir.

    Le couvercle sera vissé et la cocotte explosera, quand ?

    En attendant, il faudra faire avec le pouvoir en place. Les grandes gesticulations sont rarement productives, mais il doit être possible de refuser le cynisme et de rester digne.

  • attention Vanille et moi sitons: iran-resist.org

    il ne s’agit pas de iranresist.org (sans trait d’union) voué à la propagande selon le premier

  • personne en sait quel est le réel résultat des urnes aucun pouvoir voulant frauder ne laisserait faire une centralisation de résultats défavorables: il tricherait avant. c’est pourquoi le document de causeur me semble tres étonnant, dans ce cas, recompter dix jours après est presque pire: les bulletins ont eu le temps d’être manipulés…. revoter de suite, je n’y crois guére… la demande mise en avant pourrait être sur un nouveau vote dans un ou deux ans, le temps de garantir les procédures… mais comment faire pression sur téhéran ? ils ont du pétrole et sont intelligents…

    si je me souviens bien, la prix nobel iranienne shirin ebadi proposait une zone dénucléarisée au proche orient…cela va dans le sens du message d’obama sur la disparition à terme des bombes nucléaires sur cette planète… et favoriserait indubitablement le camp de la paix en iran. Mais quelqu’un aura t il le courage de porter ce message et de le dire à israël?

Comments are closed.

La publication d'un commentaire implique l'acceptation des conditions d'utilisation