A chacun son "Et maintenant ?"

Nicolas Sarkozy va se ressourcer. La nouvelle majorité présidentielle prépare les législatives du mois prochain, ce qu’elle devra certes faire avec sérieux mais avec, peut-être, une certaine sérénité si le Parti Socialiste poursuit sur sa lancée d’hier soir et d’aujourd’hui. Alors, bien sûr, il est de rigueur d’affirmer que la mobilisation doit être maintenue, que l’important est de disposer d’une majorité pour pouvoir agir. C’est donc le discours qui est et sera tenu par les responsables.

Pour autant, si l’on peut jouer à se faire peur, il me semblerait dans la « logique des choses » et de ce scrutin que les prochaines législatives donnent une majorité à l’UMP et alii. (voire et r-alii). En effet, si l’on écarte – ce qui l’est difficilement – la personnalité des candidats, il me semble que les français ont offert une prime à la « cohérence« . Bien sûr, elle a été malmenée, cette cohérence, pendant la campagne, comme dans toute campagne de potentiel vainqueur.

Mais Nicolas Sarkozy a su imprimer la marque d’un projet global dont il n’a guère dévié, renonçant même à l’élémentaire prudence que constitue le recentrage de deuxième tour. Je doute donc fort qu’après avoir donné une majorité somme toute historique à Nicolas Sarkozy, les français lui retirent les moyens d’agir (et ce sans ignorer les spécificités des législatives).

A gauche, d’ailleurs, un porte-parole aussi mesuré que peut l’être Arnaud Montebourg ne semble d’ailleurs pas se faire plus d’illlusions que nécessaire, en affirmant, à propos d’une éventuelle cohabitation :

« Nous ne sommes pas sur cette ligne politique-là. Nous savons bien que Nicolas Sarkozy a besoin d’une majorité pour mener sa politique. Mais le pays a besoin d’un débat démocratique équilibré »

Le Et maintenant ? de la gauche s’annonce, lui, saignant… Je me souviens à cet égard de ce vieux logo que je m’étais amusé à réaliser pour les Universités d’Eté, et le Congrès du PS… de 2005.

Chacun a pu constater hier que Dominique Strauss-Kahn n’avait pas tardé à sonner la charge, ce qui lui vaut aujourd’hui un rappel à l’ordre dont la délicatesse en dit long sur l’ambiance du bureau national de ce soir (avant le Conseil National de Samedi), lui « déconseillant fortement de continuer sur le ton qu’il a employé, un ton de règlement de comptes » (sinon quoi ? Il tire le premier ?). Lorsque l’on sait que ces deux-là ne sont tout de même pas les plus idéologiquement éloignés du Parti Socialiste, on se demande à quels échanges nous échappons.

Le PS va-t-il choisir de masquer une fois de plus ses divisions, pour faire bonne figure jusqu’aux législatives ? DSk n’y semble pas spécialement prêt, puisqu’il a fait le choix, bien prémédité, de prendre toute la France à témoin hier dès le soir du second tour.

Entre l’un qui évoque les « vieilles lunes » du PS et ceux qui prônaient, hier soir, une stratégie visant à l’union de toute la gauche, le fossé est large. DSK est-il prêt à la rupture ? A la scission ? S’il n’emporte pas (lui, et sa ligne politique) le PS à cette occasion, aura-t-il jamais l’occasion de l’emporter ? Alors, qu’aurait-il à perdre à claquer la porte ? D’autant que, sur sa droite, François Bayrou lui tend ostensiblement la main. Il lui a même fait d’indiscrets appels du pied, qualifiés, en son temps, de « ridicules » par DSK, mais qui s’avèreront certainement plus intéressants aujourd’hui.

Précisément, qu’en est-il de l’autre recomposition possible ? Celle qui se ferait au centre ? Va-t-elle, peut-elle, véritablement se réaliser ? Que vont donc pouvoir faire les 22 députés UDF (sur 29) qui, en appelant (pour la plupart) à voter Sarkozy, ont porté un certain coup à la crédibilité de la démarche de François Bayrou ? Peuvent-ils sérieusement envisager, au lendemain des législatives, de participer à une potentielle alliance avec une gauche certes sociale-démocrate (dans l’hypothèse d’une scission), alors qu’ils viendront d’être élus grâce à une alliance avec l’UMP ? Se pose, là aussi, une question de crédibilité. Eux-mêmes doivent la clarté à leurs électeurs, et ne pourront probablement pas être réélus sans annoncer leurs intentions pour la prochaine législature.

Et, coup de tonnerre, Hervé Morin, Président du Groupe UDF à l’Assemblée, a fait une déclaration qui sonne comme une véritable rupture avec François Bayrou. Voilà qu’il a annoncé qu’il rejoignait la majorité présidentielle, regrettant que François Bayrou ait décidé « de se positionner dans l’opposition jusqu’en 2012« . Hervé Morin n’était pourtant pas le moindre des poids lourds de l’UDF, et le dernier à suivre à tout le moins publiquement, la ligne de François Bayrou.

Si d’autres suivent la même voie, cela pourrait aboutir à priver les députés MD de groupe à l’Assemblée, réduisant le poids politique de la formation à un quasi-néant.

Fin des illusions, retour aux réalités ? Même Romano Prodi abandonne François Bayrou, en affirmant qu’il apprécie le caractère de celui que ce dernier dépeindra encore comme « l’homme des intimidations et des menaces« .

Et, parce qu’à ce jeu-là, chacun s’observe, que fera DSK, si demain la formation qui lui tend les bras se réduit à une peau de chagrin ?

PS et MD risquent de se trouver fort occupés avant les législatives. Et à autre chose qu’à les gagner. Sauf à ce que la discipline reprenne ses droits. Ce qui parait plus de la culture du PS que de celle de l’UDF.

Alors, recomposition, ou toujours pas ?

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

89 comments

  • Je vois mal DSK rejoindre Bayrou dans un MD quelconque : tous deux visent également 2012.

    Bayrou a fait sécession pour être la seule tête qui dépasse dans son parti (avec Jean Lassalle quand même), si il se rapproche de DSK tout est à recommencer. FB n’espère quand même pas que DSK va attendre 2017 ou 2022 ou qu’il se contenterait d’un poste de premier ministre.

    L’avenir de DSK est dans un PS rénové et social-démocrate.

    Dommage, je l’aimais bien DSK… 😉

  • 1) tu lis trop le Figaro 2) Personne n’a intérêt à faire scission dans un parti qui tient son financement de ses voix aux législatives Donc DSK ne quittera pas le PS mais cherchera à le prendre Et la question de la scission de l’UDF avant les législatives est ouverte

  • C’est un jour très sombre pour la France. L’élection de Sarkozy signifie le rejet des valeurs progressistes françaises et l’adoption du néolibéralisme à l’américaine, avec toutes les conséquences négatives à anticiper.

    J’ai écrit un texte à ce sujet sur mon blogue si cela vous intéresse.

  • Pour ma part, j’ai écrit un billet sur les éventuelles recompositions à attendre, si ça vous intéresse, et sans vouloir vous forcer à le lire.

    [quote comment= »20602″]1) tu lis trop le Figaro 2) Personne n’a intérêt à faire scission dans un parti qui tient son financement de ses voix aux législatives Donc DSK ne quittera pas le PS mais cherchera à le prendre [/quote]

    1) C’est que Libé, ces temps-ci… 2) Effectivement, c’est pour ça que je me demandais : quid s’il n’arrive pas à le prendre ?

  • Personnellement je pense que rien ne se passera avant les législatives, quitte à ce que certains écopent l’eau versée par d’autres dans le navire PS ! Quand à Bayrou il lui faudra attendre ce moment pour trouver le souffle nécessaire à son échappée (sociale) démocrate. Je suis assez content que ça se passe comme ça, en espérant que tout le monde chercher à construire dans ce pays ! Etant pour une opposition intelligente et constructive, je voudrais que tous les syndicalistes sachent lire des bilans économiques, sachent ce qu’est un warrant, voir aient des actions de l’entreprise … On peut rêver. En tout cas envoyons aux oubliettes communistes les gens anti-libéraux et anti-europe primaires du PS, et le parti respirera. Le temps que tout cela se fasse, NS aura fait quelques belles et nécessaires réformes !

  • [quote comment= »20611″] 1) C’est que Libé, ces temps-ci… [/quote] Koz, vous ici aussi ?

    En tout cas j’ai trouvé cet article particulièrement intéressant. J’aime bien Libé en fait, ça me culpabiliserait de ne lire que le Figaro et le Monde, en lisant Libé je fais (crois faire) preuve d’éclectisme et au moins je connais le point de vue d’en face. Quand à lire l’humanité c’est une autre affaire, en plus c’est moche !

  • Bonne analyse Koz !

    Le problème est là : où peut bien aller DSK ? C’est pourtant la seule vraie carte maîtresse d’un PS rénové, un vrai parti social démocrate et la seule chance de victoire pour 2012 (à mon humble avis).

    Pas sûr que Bayrou laissera sa place acquise chèrement et qui vient de se faire amputer des 2/3. Ceci dit, j’ai la vague impression que le MD est un mort né mais que sur le long terme, j’ai surement tort.

    En gros, c’est un bordel qui semble inextricable jusqu’aux législatives que je leur souhaite (sans arrière pensées promis) de perdre pour pouvoir se pencher sur un travail de fond. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est la presse que je qualifierai de gauche qui en donne la consigne. Les langues se délient et reconnaissent la qualité de réformateur de NS et de l’UMP dans le travail sur l’adéquation valeur / projet qui explique en partie le succès de la droite à la présidentielle.

    Sur quelques forums de gauche, certains strausskhaniens avouent aujourd’hui avoir voté NS pour que le parti puisse repartir sur des bases plus saines.

    Alors qui a dit que la politique et la démocratie était morte ? La modernisation idéologique est en marche et c’est un motif de satisfaction pour l’avenir de la France.

  • Il y a une petite omission dans votre article cher Koz, celle de l’avenir du couple SR /FH …

    J’en profite pour m’indigner franchement du comportement de la perdante et du traitement journalistique qui lui a été réservé hier soir. Nous voilà donc devant nos postes pour la soirée électorale et que voit-on, les journalistes courant après cette candidate comme si elle avait été élue et non pas NS.

    Indécents, ces journalistes qui lui donnent la primeur, indécente cette perdante qui se pavane devant ses supporters et les caméras. Dans quel pays vivons nous pour que l’on ose nous imposer ce genre de comédie lamentable. Une déclaration certes, mais après celle du président élu, mais lui donner la parole avant et en plus pour ce spectacle hallucinant de perdante/gagnante petite mère du peuple évangéliste, j’en suis encore toute retournée.

    Viennent ensuite les déclarations des représentants de cette gauche archaïque et haineuse dont un seul m’a semblé tirer des conclusions sensées qui s’imposaient : DSK. Mais je doute fort qu’il ait l’entregent nécessaire pour s’imposer dans ce panier de crabes de magouilleurs. L’a-t-on vu lors du congrès du Mans, lors des primaires, avant ces élections présidentielles affirmer clairement des positions soc-dem, avoir suffisamment de courage pour les défendre bec et ongles et constituer une force avec une ligne claire et honnête ? Non, il a toujours cherché le consensus quitte à perdre en crédibilité et à échouer.

    Quant à Bayrou, je pense que le trou noir le guette désormais. Son seul espoir de survie réside dans le débauchage des soc-dems déçus du PS, si, comme je le pense, il n’y aura aucune remise en cause de la ligne socialistes-extrême gauche avant les élections législatives.

  • Bonjour,

    J’ai entendu hier soir Elisabeth Guigou (je crois, un peu embrumé, le cerveau hier soir) disant que Nicolas Sarkozy se préparait à cela depuis 10 ans, et que cette préparation s’était ressentie.

    Sa conclusion fut que le PS devait aujourd’hui se préparer sur le long terme, 10 ans, en se mettant en place avec réforme du parti, de la ligne politique et du projetle tout, au goût du jour et du reste du monde quitte à en payer le prix à court terme pour redevenir fort et crédible. Puisse-t-elle être entendue ! Je souhaite bien évidemment un parti d’opposition fort et crédible pour la santé de la démocratie et de la nation. Une pensée par trop hégémonique est malsaine et ne peut que se scléroser, même si elle correspond ce jour à mes aspirations.

    Le PS actuel peut être fort, mais sa partie anti-libérale, étatique, anti-européenne et proche des extrèmes gauche le rend peu crédible.

    Cela adviendra-t-il via Bayrou/MD ou via le PS ? Je parie via le PS, travail commencé par DSK qui en verra peut-être le résultat ou sera honni pour avoir eu raison trop tôt et remplacé plus tard par un petit jeune encore inconnu.

    En tout cas, le perdant est pour moi François Hollande, entre le marteau et l’enclume (sans préciser qui est qui, entre Marie-Ségolène et les éléphants lui reprochant son échec).

    Advienne que pourra !

    Luc

  • [quote comment= »20622″]Il y a une petite omission dans votre article cher Koz, celle de l’avenir du couple SR /FH …

    J’en profite pour m’indigner franchement du comportement de la perdante et du traitement journalistique qui lui a été réservé hier soir. Nous voilà donc devant nos postes pour la soirée électorale et que voit-on, les journalistes courant après cette candidate comme si elle avait été élue et non pas NS.

    ……………………… .[/quote] Margit,

    Merci d’avoir exprimé ce que j’ai ressenti. Au moins je ne me sens pas seul et je ne me dis plus que je ne suis pas « généreux ». Je suis 100% d’accord avec vous, J’ai eu l’impression que les journalistes m’ont volé la victoire.

    J’ajoute que voir la morgue de Besancenot qui ouvertement appelle de ses voeux les émutes, les grèves, les manifs, .. bref tout ce qui a contribué à mettre la France là ou elle est, m’a profondément écoeuré …. Je correspond avec des tas de gens à l’étranger. On en est rendus a ce que la présence de la France au conseil de sécurité à l’ONU est fortement contestée et on demande presque de la remplacer par le Japon ! Continuons donc à encourager ces nuls à dicter la politique du pays..

    Je ne passe pas sous silence les fins comentaires de Poivre d’A qui fait remarquer que la voiture de NS a brûlé des feux rouges alors qu’il était escorté de motards de la gendarmerie. Idem pour l’accusation d' »arrestation arbitraire » alors que la police arrêtait les motards jounalistes surexcités qui auraient autrment foncé dans la foule de la Concorde ! Décidemment depuis le débat Sarkozy-Royaloreillette la profondeur déanalyse de Poivre d’A devient exponentielle.

  • [quote comment= »20607″]C’est un jour très sombre pour la France. L’élection de Sarkozy signifie le rejet des valeurs progressistes françaises et l’adoption du néolibéralisme à l’américaine, avec toutes les conséquences négatives à anticiper.

    J’ai écrit un texte à ce sujet sur mon blogue si cela vous intéresse.[/quote]

    Pourquoi faire ? Vous avez exposé ci-dessus la totalité de votre réflexion politique.

    Le PS disait autrefois: « Vous avez juridiquement tort car vous êtes politiquement minoritaires »

    Joli hein ?

  • Ben, non, hein, pas joli-joli. Ils ont aussi eu la phrase mythique selon laquelle la France passait « de l’ombre à la lumière« . J’y ai pensé en entendant Ségolène Royal lancer son « Levez-vous pour la Lumière !« …

    Mais bon, il vaut mieux s’abstenir de ce type de sectarisme.

  • La voie est étroite pour DSK.

    Entre Hollande qui veut garder son job, Royal qui veut le lui piquer, Dray, Mélanchon et Ayrault en gardiens du temple, ça fait beaucoup de monde qui ne veut surtout pas se poser trop de questions sur les raisons de la défaite. Il est un peu tout seul DSK, les camarades ne se sont pas précipités pour le soutenir.

    Bayrou aussi est un peu seul. Il a mal dosé sa trajectoire de centriste qui lorgne sur la gauche. Ses déclarations inutilement fracassantes contre Sarkozy ont poussé tous ses députés à se jeter dans les bras de ce dernier. Il aurait sans doute mieux fait de la jouer profil bas entre les 2 tours sans donner d’indication de vote. Il suffisait de maintenir le doute 15 jours, son apparente neutralité aurait allégé la pression sur ses élus.

    Las. Aujourd’hui laché par les siens, il ne peut plus apparaître comme le leader d’une force centriste qui commande 20% des voix. Par ricochet, sa faiblesse affaiblit DSK. La loi de la gravitation universelle joue : la force d’attraction est proportionnelle au poids. Comment motiver des membres du PS à s’allier à Bayrou s’il est si faible?

    Paradoxalement, malgré les 18 points de Bayrou et le manque d’enthousiasme flagrant des électeurs PS envers Ségolène Royal, la recomposition semble plus éloignée que jamais.

    J’espère sincèrement me tromper.

  • Ton lien du rappel à l’ordre de DSK, il me mêne à : »Cimetières/Marne: 2 suspects jugés en juin ».

    Dis moi pas que DSK y est pour quelque chose ?

  • Bayrou ne sera jamais président: (1) parce que vu le clivage droite-gauche qui existe en France et le mode de scrutin aux législatives, le centre sera toujours un parti d’appoint pour des alliances, jamais un parti présidentiel, (2) parce que NS sera réélu en 2012. NS va mettre en route son turbomoteur pour faire baisser le chômage à 5% et augmenter le pouvoir d’achat des classes moyennes ; comme les recettes sont connues, il va y arriver. Et good bye Bayrou.

  • Une bonne analyse de la victoire de Sarkozy chez Lipietz [quote] Cette incapacité tactique [du parti socialiste] reflète les profondes divisions et la paralysie d’une gauche sortie en lambeau des débats sur la laïcité et sur le referendum constitutionnel européen.

    Car plus profondément, la polarisation sociale entretenue par un quart de siècle de libéralisme a engendré deux Frances, dont les « gagnants », y compris les « papy-boomers » aux retraites, au logement et à l’épargne confortables, se sont vu offrir des gages par Sarkozy, qui a su aussi faire miroiter aux « perdants » ce que Le Pen avait jusque là monopolisé : le mythe de la sécurité par la répression et la chasse aux immigrés. [/quote]

    Deux discours sur mesure à chacune des France sur deux registres différents.

    A la France des insiders, il a fait miroiter une vie à la Neuilly-sur-Seine, une oasis de bonheur étanchément isolé de l’océan de malheur alentour : bouclier fiscal « en pire », abolition des droits de succession, suppression du droit de grève individuel, diminution de l’impôt sur les sociétés, l’abandon de SRU, favoriser l’école privée en abolissant la carte scolaire, présence de la police visible dans les beaux quartiers, et pour financer tout ça les autres travailleront plus et plus longtemps pour payer vos retraites, ils payeront les franchises des soins de santé (marre de ces gens qui tombent malades, il faut les responsabiliser), abandon des services publics (1 fonctionnaire sur 2 non remplacé)….

    A la France des outsiders qui a des intérêts économiques et sociaux radicalement opposés, il a mis en avant le thème de l' »immigration et de l’identité nationale » (sous entendu, quitte à se fâcher avec Thuram, « et de la sécurité »), détourné sa colère en lui fournissant des bouc émissaires (juges « laxistes ». avocats qui défendent les voyous, racailles de banlieue, gauchistes, bobos, mai 68), exploitée sa crainte du déclassement en tapant sur ceux qui sont encore en dessous d’eux dans l’échelle sociale (« assistés », étrangers sans papiers) et qui sont donc sans doute responsables de ce qu’ils n’arrivent pas à s’en sortir. Et il leur a donné à tous un billet de loto, le gros lot permettant de rejoindre la première France (le fameux rêve français inspiré du rêve américain), ce qui donne de l’espoir pour pas cher du point de vue de l’état.

    Et maintenant ? Nous, la gauche et les démocrates, allons plutôt essayer de regarder comment recoller les morceaux entre les deux France, ce sera plus difficile mais c’est une noble tâche.

  • Il y a deux billets en un Koz.

    Pour le « et maintenant » de la gauche il va falloir faire un méchant diagnostic, tandis que le et maintenant à droite c’est juste l’action – on verra pour l’action juste -.

    Mon diagnostic de la défaite de la gauche, uniquement sur la campagne, pour ceux que ça intéressent :

    1 – Plantage total de la candidature unitaire de l’extrême gauche. On savait dès décembre qu’ils ne présenteraient jamais un candidat capable de faire 10 %.

    2 – Fin 2 006, Quatre candidats étaient pressentis pour le deuxième tour et ils prennent toute l’attention des médias.

    3 – SR, seule candidate de gauche qui intéresse les médias – lance sa campagne par une… consultation (dire que j’ai défendu cette belle idée généreuse à l’époque) et ne soumet aucun thème de réflexion aux français pendant six semaines. Tout ce silence pour, au final, une idée de Démocratie Participative dont plus personne n’entendra parler après mars.

    4 – Profitant d’une gauche inaudible de décembre à février, c’est la droite – et Sarkozy en tête – qui impose ses thèmes. Et les questions sociales (Besancenot s’en est rendu compte mais un peu tard) ne seront jamais au centre des débats.

    5 – On découvre au deuxième tour une candidate très mal préparée sur les questions économiques (l’histoire de la taxe sur les dividendes, les retraite et les 35 heures tributaires d’un accord…) et qui propose toujours après 6 mois de campagne un programme jugé flou.

    M’est avis qu’elle est plus responsable que tout le monde de sa défaite. Même s’il lui a manqué une extrème gauche dynamique et capable de faire glisser l’idée que Sarkozy est d’abord un sortant, responsable de la situation sociale du pays. Et un parti qui n’a jamais pu lui faire comprendre que la consultation n’était pas une réponse suffisante pour les français.

    Bonus pour la bonne bouche : Mélenchon tout à l’heure sur France 5 : « On essaye de nous faire croire qu’on est ringard quand on a un parti aux ordres et une idéologie claire. Mais regardez de l’autre côté, il avait une armée en guise de parti et un socle idéologique vissé au boulon prêt… »

    ça fait bien longtemps que j’avais pas été d’accord avec un fabiusien, moi.

  • Hier je pensais qu’on en prenait pour 10 ans (je pense que Sarko réussira, et sera réélu).

    Mais vu que l’OPA de Ségo sur le PS (si seulement elle s’était autant bougé le cul pour OPAer la France!), semble marcher, et que je pense que qui a perdu perdra (même plus sans le vote utile) ; et que DSK est couille molle je pense que nous en prendrons pour 15.

    Aujourd’hui, je suis incapable de dire qui va récupérer le PS, depuis quelques jours Fabius me trotte dans la tête, auquel cas il n’y a plus qu’à mettre la clé sous la porte.

    La seule chose dont je suis sure aujourd’hui, c’est que je ne supporte plus les guingnolades des Melenchon et autres NPS. Le grand écart Arlette avec Bové en vedette américaine, je ne cautionne plus.

    Résultat des courses, centristes de gauche, nous demandons l’asile politique, mais où?

    Purée, on va finir comme Besson chez Sarko.

    On est mal barré. :p

  • DSK ne réussira pas son OPA sur le PS, malgré sa pertinence et son honnêteté toute fraîche. Il n’a aucune base de soutien dans l’encadrement du PS que ce soit au premier comme au second rang de ceux ci. Le soutien des partisans ne suffira pas. Il y a déjà trop de jeunes aux dents longues qui sont en désaccord avec lui et qui veulent la place : Montebourg, Peillon, Dray, … Et les vieux ne veulent pas décrocher : Hollande, Royal, Fabius, Lang, Aubry, Guigou, Emmanuelli … Le PS va se déchirer pendant un mois … DSK ferait mieux de trouver un job dans le privé pour les 4 ou 5 ans qui viennent …

    F.Bayrou ne réussira rien. Le PS ne veut pas de lui. Déjà trop de candidats pour être la prochaine S.Royal … L’UDF se passe déjà de lui. Les députés de ce parti ne veulent pas être 5 ans de plus dans l’opposition. Une nouvelle branche de l’UMP va naître … Son MD sera une coquille vide qui ne bénéficiera d’aucun financement … C’est notre nouveau Chevènement de droite. A la différence près qu’il n’écoute pas les anges mais parle à l’oreille des chevaux …

    Si on ajoute que les candidats d’extrême gauche vont vouloir se faire entendre dans cette cacophonie, j’ai peur que le spectacle du mois qui vient soit très décevant …

  • C’est terrible jmfayard, ce besoin chez vous d’opposer les Français les uns contre les autres. Les riches contre les pauvres, les patrons contre les salariés, les insiders contre les outsiders. Ce doivent être de vieux relents de lutte des classes, je suppose…

    Ce que vous refusez de voir, c’est que Sarkozy a tenu le même discours de travail et de sécurité à vos deux France. Car la mamie de Neuilly, elle n’aime pas trop qu’on lui pique son sac. Et l’ouvrier d’Aulnay, il a envie de vivre debout de son travail.

    [quote post= »297″]A la France des outsiders qui a des intérêts économiques et sociaux radicalement opposés,[/quote] Votre postulat est faux. Les pauvres ne sont pas les ennemis des riches, et réciproquement. La gauche a perdu parce qu’ainsi que le dit DSK, elle continue de tenir le même discours qu’il y a 25 ans.

    La seule chose qu’elle propose aux pauvres, c’est de prendre aux riches. Mais ce n’est pas ça qu’ils veulent les pauvres. Ils veulent s’en sortir par eux-mêmes en travaillant.

    Cette nuit, 730 voitures ont brûlé. Il ne s’est pas trouvé un dirigeant socialiste pour condamner ces exactions. C’est si difficile que ça à dire ? « Je condamne avec la plus grande fermeté les violences de cette nuit que rien n’excuse ni ne justifie. Les urnes ont parlé, j’appelle tous ceux qui nous ont soutenu, qui ont placé leurs espoirs en nous à respecter la décision du peuple Français. »

    [quote post= »297″]Et maintenant ? Nous, la gauche et les démocrates, allons plutôt essayer de regarder comment recoller les morceaux entre les deux France, ce sera plus difficile mais c’est une noble tâche.[/quote] Ce qui serait noble, ce serait de ne plus imposer aux pauvres votre idéologie d’affrontement, de mettre votre amour des pauvres avant votre haine des riches.

  • Il n’empêche, Liberal, un récent rapport montre qu’aux EU les inégalités ont explosées depuis 10 ou 20 ans… On prend souvent ce modèle en référence, à la fois pour l’encenser ou pour le critiquer. Alain Lipietz parle, à ce propos, de « société en sablier » (on voit bien l’image des deux bases qui grossissent tandis que celle du milieu diminue). On ne peut éluder d’un simple revers de main cette possibilité : le modèle libéral, que j’appellerais surtout le modèle capitaliste, est ainsi fait qu’il permet une création de richesses sans précédent et une captation de cette richesse par une minorité d’individus.

    Avec certaines de ses mesures, que jmfayard décrit dans son commentaire, NS n’est pas très rassurant et on a un peu de mal (mais on veut bien hein) à le croire quand il dit qu’il sera le président de tous les français.

    Parce que les cadeaux fiscaux, depuis 5 ans, ils n’ont rien fait pour la croissance. Ces gestes là, c’est du mépris envers les plus pauvres et envers le concept même de solidarité. Et je n’avance pas plus loin sur des points de débat que nous avons déjà eu plein de fois et qui concernent l’esprit même du projet de NS. Maintenant, il y a l’exercice du pouvoir et nous pourrons en discuter au fur et à mesure, en relative objectivité j’espère, pas comme cette campagne, presque aussi minable qu’une récente sur le TCE (et à chaque fois, je suis dans le camp des perdants).

  • Une question du Belge: pourquoi un tel remue-ménage autour du 3ème larron (celui du milieu) depuis 2 mois ? Qu’y a t-il de si différent avec l’attitude et les résultats (17% environ de mémoire) de Raymond Barre en 1988 ???

    Pourquoi, une telle évolution dans les discours, les intérêts, les rapprochements vis-à-vis des alliances futures ?

    Contrairement à ce que j’ai pu lire ci-dessus, cela dénote, pour mon regard extérieur, l’apparition (durable ou pas) d’un 3ème bloc …

    Merci d’éclairer ma lanterne !

  • jmfayard a écrit : favoriser l’école privée en abolissant la carte scolaire

    Je suis sûrement un peu naïf mais j’aimerais bien qu’on m’explique de quelle façon l’abolition de la carte scolaire favoriserait l’école privée. Je croyais au contraire que lorsque des parents ne voulaient pas inscrire leur enfant dans une école publique qui ne leur plaisait pas ils n’avaient d’autre recours que l’école privée, à cause de la carte scolaire. Et pendant qu’on y est j’aimerais aussi qu’on m’explique comment la France, un pays si riche, a pu tomber dans une pauvreté aussi extrême aussi vite après 14 années de gestion exemplaire de la gauche qui avait réussi à éradiquer le chômage, à revaloriser toutes les petites pensions, à résorber le déficit de la sécu, à augmenter comme jamais auparavant le pouvoir d’achat des plus modestes tout en limitant les cadences dans les usines et en remboursant la dette. Ah comme on était heureux du temps de Mitterrand. Les jeunes vont regretter de ne pas avoir connu cette période faste. Au 19e siècle les tenants de l’émigration vers le Nouveau Monde disaient aux suédois qui crevaient la faim qu’en Amérique, même les esclaves mangeaient autant qu’ils voulaient. A tel point que des candidats à l’émigration proposaient de se vendre comme esclaves.

  • Quelques remarques en vrac en passant :

    • Certains n’ont semble-t-il pas été informés que la campagne était finie et que c’est Nicolas Sarkozy qui avait gagné. Pourquoi continuez-vous ainsi à casser du sucre sur le dos de Ségolène Royal et du PS ? C’est curieux comme vous parlez plus de la défaite de la gauche que de la victoire de la droite. Je croyais qu’il s’agissait d’un vote d’adhésion pour un candidat et pour un projet et non contre ses adversaires. Le Figaro se tromperait-il ? Je croyais que Nicolas Sarkozy, changeant d’un coup, d’un seul, son habit de diviseur contre celui de rassembleur qu’impose sa nouvelle fonction, avait demandé à ses troupes de se montrer « généreux » dans la victoire. Aurait-il déjà si peu de crédit auprès de ses supporters ? N’est-il pas plus intéressant, au lendemain de l’élection, de se pencher sur ce que va faire le nouveau président de la République ? Comment et avec qui va-t-il gouverner ? Comment va-t-il passer du statut de candidat, où il excelle, à celui de président ? Comment va-t-il pouvoir tenir les promesses généreusement distribuées tous azimuts ? Les réformes promises (défiscalisation des heures supplémentaires, suppression des droits de succession, bouclier fiscal, défiscalisation des intérêts d’emprunts immobiliers, service minimum, suppression des régimes spéciaux de retraite, etc.) sont-elles vraiment de nature à changer la donne économique et sociale en France ou se situent-elles seulement dans la continuité de ce qu’ont fait les gouvernements Raffarin et Villepin (même si le style et l’âge du président changent) ? S’agit-il vraiment de mesures qui vont profiter à « tous les Français » ou en fait seulement à quelques-uns, qui auront de toute façon plus tendance à épargner qu’à consommer ce surplus ?

    • L’utilisation du prénom « Marie-Ségolène », visant à l’évidence à déprécier l’ex-candidate, est-elle vraiment toujours indispensable ? Voulez-vous qu’en retour les électeurs de gauche qui viennent sur ce blog appellent Nicolas Sarkozy systématiquement Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa ? Ce serait assurément puéril mais peut-être de nature à faire réfléchir ceux qui se laissent aller à ce petit jeu stérile et méprisant…

    • Il n’y a aucune chance que DSK rejoigne Bayrou. DSK veut prendre le PS. Quel intérêt y aurait-il pour lui, qui veut être le n°1 du parti d’opposition n°1, à devenir le n°2 du parti d’opposition n°2 ?

    • Car quels que soient les règlements de compte et les tentatives de putsch, le PS restera à l’évidence le premier parti d’opposition pour les cinq ans qui viennent. Il est d’ailleurs crédité de 30% des intentions de vote au premier tour des législatives, contre 33% pour l’UMP et 15% pour l’éventuel Mouvement démocrate. Et si jamais il y avait une scission du PS, ce que je ne crois pas, l’aile gauche deviendrait vite un groupuscule. Si Mélenchon et Emmanuelli s’en vont, le PS va-t-il disparaître ? Les sociaux-démocrates sont majoritaires et les principaux ténors sont à peu près tous sur la même ligne idéologique. C’est plutôt un problème de leadership (ou d’ego) qui se pose. Ségolène Royal a d’ailleurs déjà entamé, à marche forcée, la modernisation nécessaire…

    • C’est plutôt l’UDF qui risque d’exploser. Le vote de second tour des électeurs de Bayrou (40% à droite, 40% à gauche, 20% d’abstentions ou de votes blancs) constitue en effet un véritable casse-tête pour le Béarnais. La plupart de ses élus, préoccupés avant tout de leur réélection, ont déjà rejoint l’UMP. Sarkozy ne laissera évidemment pas se développer un centre indépendant qui se permettrait à l’occasion de critiquer sa politique. Et si Bayrou suivait ses troupes, ce serait un piteux retour à la case départ. La ligne ni droite ni gauche n’est pas tenable à moins de se contenter d’un groupuscule de députés et du ministère de la parole pendant cinq ans, pour une nouvelle tentative plus qu’aléatoire en 2012. La seule manière pour Bayrou de peser réellement sur la vie politique serait de s’allier au PS pour constituer une majorité, gouverner le pays et construire une social-démocratie à la française. Mais cette éventualité semble aujourd’hui improbable alors qu’une vague bleue est attendue en juin. Mais sait-on jamais ? Et si le prochain premier ministre de Nicolas Sarkozy s’appelait François… Hollande ?

    • Patrick Besson est effectivement un « traître ». Sans doute François Hollande n’aurait-il pas dû le dire à la télévision, mais je ne vois pas trop la signification de ce mot si elle ne s’applique pas à ce pauvre M. Besson. Imaginez une seconde ce que vous penseriez d’un second couteau de l’UMP qui aurait commencé dans l’équipe de campagne de Sarko, signant notamment un pamphlet anti-Royal, puis serait parti en claquant la porte et en jurant qu’il allait abandonner la politique, pour finalement rejoindre le camp adverse et se finir dans les meetings de Ségolène Royal, tout en envoyant des lettres de menaces à Sarko en disant qu’il allait révéler des secrets de campagne… Auriez-vous dit « c’est quelqu’un d’honnête qui a compris que le candidat UMP était nul, tout comme son programme et on équipe » ? J’en doute. Petite anecdote croustillante en passant, Le Monde nous apprend que Ségolène Royal avait préparé une réplique au cas où Nicolas Sarkozy aurait fait allusion au ralliement de Besson au cours du débat : « Ce n’est pas parce vous avez Judas à votre table que vous devez vous prendre pour le Messie ». Dommage qu’elle n’ait pas eu l’occasion de la placer…

    • A ceux qui trouvent que les télés ont accordé trop de place hier à Ségolène Royal et à ses 17 millions d’électeurs (alors qu’ils avaient perdu et qu’ils auraient dû en conséquence disparaître totalement des écrans), que pensent-ils des interminables images de la voiture qui roule dans Paris avec une main qui sort par la fenêtre ayant occupé quasiment toute la soirée électorale ?

    PS 1 : Je m’excuse sincèrement d’avoir qualifié hier le programme du concert de la Concorde de « ringard » auprès de ceux qui apprécient (c’est leur droit le plus strict) la musique d’Enrico Macias, de Gilbert Montagné et de Mireille Mathieu.

    PS 2: Dîner au Fouquet’s avec des people et des grands patrons, croisière sur un yacht au large des côtes maltaises… Sont-ce des symboles adéquats pour « le candidat du peuple » ?

  • à Naja

    Il y a eu souvent lors des précédents premiers tours des primaires internes à la droite, mais Bayrou lui a carrément rompu avec la droite depuis qu’il siège au parlement européen aux côtés de Romano Prodi (à la tête d’une coalition de centre-gauche en Italie) et surtout depuis qu’il a annoncé au moment crucial de notre vie politique, entre les deux tours, qu’il ne voterait pas pour le candidat de la droite qualifié pour le second tour. Chose que n’avaient jamais fait Balladur (« Je vous demande de vous arrêter…« ) et les autres avant lui. C’est ça qui est fondamentalement nouveau.

  • @liberal: Sans le je condamne, Fabius a appeler au clame sur France 2 et a tenu le même discours du « les urnes ont parler ».

    Personnellement je viens d’une famille qui a toujours voter a droite. J’ai hésiter un petit instants a voter Bayrou a la suite notammant du billet d’Eolas concernant la peine plancher qui me parait au minimum être une atrocité.

    La recomposition de la gauche pour moi je vois ça comme la seule solution pour la France d’aller de l’avant. Qu’est-ce que c’est que cette opposition qui décida de faire un blocus du cpe, être opposer c’est leur droit mais de bloquer le fonctionnement des institutions juste pour faire prolonger le débat c’est anti-démocratique, et globalement ça ne sert a rien (enfin si a laisser le temps au troupe de motiver le mobile vulgus). Une discussion avec la droite en France pour la gauche actuel relève de l’hérésie.

    Je crois au bien-fait de l’opposition en France, tout n’est pas a jeter dans l’ere Mitterrand (l’abolition de la peine de mort par exemple).

    Je souhaite sincerement pour la gauche qu’elle prenne exemple sur leur cousin d’outre manche ou d’outre Rhein. Un ralliement au centre (quelque soit la manniere), est le seul moyen pour moi d’avoir un presidentiable coherent (entendre, qui ne fera pas la navette entre Bayrou et Besancenot).

    Malheureusement pour la gauche le pronostique est funebre avec la deconfiture de Bayrou.

  • Jeff a écrit : PS 2: Dîner au Fouquet’s avec des people et des grands patrons, croisière sur un yacht au large des côtes maltaises… Sont-ce des symboles adéquats pour “le candidat du peuple” ?[/quote] Moi non plus cela ne me plaît pas de même que les membres de ma famille qui ont voté Royal n’apprécient pas qu’un membre au moins de l’ entourage de la candidate paye plus de 20 000€ d’ISF (J.L. Bianco).Ils trouvent que ça ne fait pas très peuple. You see Jeff, nobody’s perfect.

  • @ Dang, Vous voulez dire que les riches n’auraient pas le droit d’avoir des convictions de gauche ? Cela me semble au contraire tout à l’honneur de cette petite minorité. C’est quand même plus généreux, plus difficile, plus rare et plus louable, vous en conviendrez, que de soutenir, comme la plupart des gens, la politique qui va dans le sens de ses intérêts personnels.

  • [quote comment= »20707″]

    N’est-il pas plus intéressant, au lendemain de l’élection, de se pencher sur ce que va faire le nouveau président de la République ? Comment et avec qui va-t-il gouverner ? [/quote]

    Malheureusement, il fait une pause et l’on doit utiliser notre cerveau agité et il ne nous reste que les luttes internes au PS et de l’UDF

    [quote comment= »20707″] – L’utilisation du prénom « Marie-Ségolène », visant à l’évidence à déprécier l’ex-candidate, est-elle vraiment indispensable ? Voulez-vous qu’en retour les électeurs de gauche qui viennent sur ce blog appellent Nicolas Sarkozy systématiquement Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa ? Ce serait assurément puéril mais peut-être de nature à faire réfléchir ceux qui se laissent aller à ce petit jeu stérile et méprisant…

    [/quote]

    Et tant qu’on y est dans les bonnes manières, puis-je demander comment on doit parler de son compagnon car je n’ose aborder les sujets internes au PS car ne sachant comment commenter les différents types de relations entre le premier secrétaire et l’ex-candidate à la présidentielle de peur de voir des réactions hostiles

    [quote comment= »20707″]- Il n’y a aucune chance que DSK rejoigne Bayrou. DSK veut prendre le PS. Quel intérêt y aurait-il pour lui, qui veut être le n°1 du parti d’opposition n°1, à devenir le n°2 du parti d’opposition n°2 ?

    • Car quels que soient les règlements de compte et les tentatives de putsch, le PS restera à l’évidence le premier parti d’opposition pour les cinq ans qui viennent. Ségolène Royal a d’ailleurs déjà entamé, à marche forcée, la modernisation nécessaire…

    • C’est plutôt l’UDF qui risque d’exploser. [/quote]

    Chacun prêche pour sa chapelle, mais contrairement à ce que tu veux faire croire aux autres ou à toi-même une modernisation de l’idéologie du PS passe par l’abandon des partisants et soutien trotkystes et communistes qui sont et n’ont jamais été nulle part sur la planète des démocrates, ni des gens capables de même commencer à défendre autrement que par des mots le peuple qu’ils n’ont fait qu’opprimer et mettre en esclavage.

    [quote comment= »20707″] PS 2: Dîner au Fouquet’s avec des people et des grands patrons, croisière sur un yacht au large des côtes maltaises… Sont-ce des symboles adéquats pour « le candidat du peuple » ?[/quote]

    Et tu crois que les Prada, les tailleurs et autres à la Ségolène ou la villa au Sud de la France sont des choses accessibles pour le bon peuple de gauche…

    En clair, tu préfères quelqu’un qui dit qu’il est de droite, qui a des idées de droite et assume ses goûts de yacht

    que

    une combattante du parti soi-disant démocrate qui prône des idées marxistes, et doive passer une société immobilière pour cacher, comme ces affreux de droite, ses biens de pauvre socialiste

  • @Jeff : certes, mais à force d’être soutenue ou dirigée par des riches et des bobos, la gauche s’est coupée de son électorat traditionnel. Elle paye cher aujourd’hui le passage à droite d’une grande partie des classes populaires qui ne se reconnaissent plus en elle. Quand la gauche comprendra-t-elle que l’homoparentalité,le mariage gay, les sans-papiers etc… sont des thèmes dont les classes laborieuses se fichent pas mal. Ce que les travailleurs veulent c’est qu’on leur parle pouvoir d’achat, cadences à l’usine…

  • Je zappe cette nuit. J’aperçois Hollande commentant le discours conquérant de Ségolène et poursuivant mon zapping, je tombe aussitôt sur le titre d’émission suivant : au delà du réel, l’aventure continue !

  • @ Pexi, Vous trouvez que Ségolène Royal durant cette campagne a « prôné des idées marxistes » ? Lesquelles par exemple ?

    @ Dang, Sur ce point, je reconnais qu’il y a du vrai dans ce que vous dites.

  • Haine du riche…

    Haine de la droite…

    Haine du capital, des nantis,…

    Les rappels incessants à la lutte, au combat qui s’est encore poursuivit cette nuit d’ailleurs…

    Et trouver tout à coup Besancenot « sympathique »…

    Ne jamais au grand jamais critiquer ou dénoncer la perversion et les idées anti-démocratiques d’extrêmes gauche qui sont si utiles…

    Ok c’est toujours que des mots comme toujours chez elle, mais qu’elle assume donne sa villa au sud de la France à un centre pour handicapés, son appartement de 400m2 à Paris à une association de défense des immigrés et s’installe en banlieu dans un HLM…des couilles (pas de la poudre aux yeux) que diable…

  • [quote comment= »20707″]

    • Patrick Besson est effectivement un « traître ». [/quote]

    Tu as raison, Andrei Sakharov aussi a été un traître…

    d’ailleurs chez tes sympathiques alliés cela était beaucoup mieux sanctionné, pour les connus exils dans un bon goulag, pour les pauvres 25 ans dans un goulag pourri où l’espérance de vie était de 5 à 7 ans, pour les dangereux à l’avenir(désirs d’avenir) merveilleux du peuple deux balles dans la nuque, pas une mais deux, pour être bien sûr que l’on l’a bien abattu…

    Tu vois moi je préfère de très les traîtres aux menteurs, aux faux-prophètes et aux partisants des meurtriers qui oscillent entre le soutien direct et les nuances voilées .

  • @Praxis Les US sont sans doute le pays occidental le plus caricaturé en France, notamment par la gauche. A ma connaissance, les inégalités y ont effectivement augmenté récemment sous Bush43, c’est à dire depuis 6 ans. Sous Clinton, elles avaient plutôt diminué. A ma connaissance, la classe moyenne y est toujours florissante, le modèle du sablier est donc assez loin. N’oublions pas que les US sont un pays de forte immigration, ce qui contribue à maintenir les inégalités à un niveau élevé. Les US sont effectivement une société plus inégalitaire que la notre mais l’ascenceur social y fonctionne mieux et la société est globalement plus riche. Au total, il est difficile de dire si les pauvres des US sont mieux ou moins bien lotis que leurs collègues Français. Un indicateur, le taux de suicide aux US est de 40% inférieur au notre.

    [quote post= »297″]Parce que les cadeaux fiscaux, depuis 5 ans, ils n’ont rien fait pour la croissance. Ces gestes là, c’est du mépris envers les plus pauvres et envers le concept même de solidarité. [/quote] Faut pas exagérer. La tranche marginale supérieure de l’impôt sur le revenu est passée de 52% à 48%. Et d’ailleurs l’économie ne va plutôt pas trop mal. Le concept de solidarité se porte très bien en France avec des dépenses publiques qui représentent 54% du PIB. Peut être qu’il irait encore mieux avec moins de dépenses publiques et moins de chômage.

    [quote comment= »20712″]@ Dang, Vous voulez dire que les riches n’auraient pas le droit d’avoir des convictions de gauche ? Cela me semble au contraire tout à l’honneur de cette petite minorité. C’est quand même plus généreux, plus difficile, plus rare et plus louable, vous en conviendrez, que de soutenir, comme la plupart des gens, la politique qui va dans le sens de ses intérêts personnels.[/quote] La bourse ne s’est jamais si bien portée en France que sous Mitterrand. Les mesures anti-libérales de la gauche, alliées à une politique de forte immigration ont engendré un chômage de masse qui a lourdement pesé contre les intérêts des salariés, notamment les plus fragiles. Il paraît établi que les politiques de la gauche française ont nuit aux pauvres, et il est tout à fait possible qu’elles aient en plus profité aux riches.

  • [quote comment= »20659″] Et maintenant ? Nous, la gauche et les démocrates, allons plutôt essayer de regarder comment recoller les morceaux entre les deux France, ce sera plus difficile mais c’est une noble tâche.[/quote] ça va les chevilles ? Ainsi donc un homme élu avec 53% des suffrages ne serait ferait pas aprtie des démocrates ? pas plus que ses électeurs ? A vrai dire jmfayard, c’est vous qui faites peur avec votre vision de la démocratie en continuant cette absurdité qu’est la diabolisation de Nicolas Sarkozy.

    [quote comment= »20707″] PS 2: Dîner au Fouquet’s avec des people et des grands patrons, croisière sur un yacht au large des côtes maltaises… Sont-ce des symboles adéquats pour « le candidat du peuple » ?[/quote] jeff, sortez donc de vos archaïsmes ! Pour faire peuple Nicolas Sarkozy aurait dû diner chez Flunch et partir au camping des flots bleus ?

  • Très bien, tout s’est bien passé à la réunion du PS, Ségolène Royal, c’es telle qui le dit, a même été félicitée. Tout baigne…pour le législatives!!!…

  • [quote comment= »20708″]à Naja

    Il y a eu souvent lors des précédents premiers tours des primaires internes à la droite, mais Bayrou lui a carrément rompu avec la droite depuis qu’il siège au parlement européen aux côtés de Romano Prodi [/quote]

    Euh oui mais non, je me suis surement mal exprime, mais je ne parlais pas de primaires.

    2007: FB 3ème du premier tour avec un peu moins de 20%, cela fait un boxon monstre… 1988 : Barre 3ème du premier tout avec lui aussi un chouia moins de 20%… il n’y a pas eu une telle remise en cause…

    D’où ma question …

  • [quote comment= »20782″] 1988 : Barre 3ème du premier tout avec lui aussi un chouia moins de 20%… il n’y a pas eu une telle remise en cause…[/quote]

    Avec tout ça, nous oublions la maladie de Barre. Quel tristesse. Magnifique bonhomme.

  • @ Liberal

    Je viens à l’instant d’aller sur le site du Monde, Eric Le Boucher reprend cette image de la société en sablier. Il oppose un peu schématiquement, pour que tout le monde comprenne, la société en losange de SR à celle en sablier de NS.

    Il évoque, à ce propos, le choix des français d’une société plus dynamique, mais plus inégalitaire. Comme quoi, si vous vous souvenez (ce qui m’avait mis hors de moi), ma question sur la société inégalitaire, n’en déplaise à l’hôte de ces lieux, était bien pertinente et non stupide. C’est un choix, c’est un modèle de société ; ce qui me plaît, c’est qu’on l’assume et qu’on ne se laisse pas berner, ou que l’on ne se mente pas à soi-même.

    Je trouve que c’est une vision qui se défend, mais il faut avoir l’honnêteté de la reconnaître. A partir de là, on arrête de brouiller les cartes et on comprend qu’il y a bien un enjeu de société. Les modèles anglosaxons se défendent.

    Les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres aux EU ont très fortement augmentées depuis 30 ans. La pauvreté extrême atteint un niveau… extrême… C’est le rapport McClatchy. Bien sûr, cette pauvreté touche plus durement les catégories les plus fragiles, les immigrés en premier lieu.

    Et le taux de suicide, à mon avis, n’est pas un indicateur pertinent. En Afrique, on ne se suicide pas, de partout où la survie prime sur la vie, on ne se suicide pas. Le suicide est surtout un suicide anomique au sens de Durkheim, dans des sociétés qui ont déjà atteint un certain niveau de vie et qui manquent de repères, de normes : Québec, Europe du Nord…

    Et je persiste, dans un monde où l’on demande aux plus fragiles de faire des efforts, où la vie est de plus en plus chère et les inégalités d’accès à l’emploi plus marquées, il est indécent d’accorder des cadeaux aux plus aisés. Le bouclier fiscal et la supression des droits de succession, désolé, ça me choque profondément…

  • [quote comment= »20809″] Et je persiste, dans un monde où l’on demande aux plus fragiles de faire des efforts, où la vie est de plus en plus chère et les inégalités d’accès à l’emploi plus marquées, il est indécent d’accorder des cadeaux aux plus aisés. Le bouclier fiscal et la supression des droits de succession, désolé, ça me choque profondément…[/quote]

    A première vue tout le monde ne pourrait être que d’accord avec ce type de justice morale.

    Mais qui te dit qu’ils ont gagné d’une manière immorale leur sale argent.

    Mais qui te dit que c’est en les taxer plus que tu les incitera à plus de partage réel de l’argent.

    Mais qui te dit que tu ne les fera pas basculer dans des rentiers en Suisse ou ailleurs qui s’en foutent des problèmes des pauvres qui ne pensent qu’à prendre l’argent des autres alors qu’ils trimaient 15 h par jour pour faire tourner leur boîte qu’ils ont parfois en hypothéquant leur avenir et celui de leurs enfants, sales entreprises où ils ne faisaient que martiriser les pauvres ouvriers.

    Mais qui te dit que c’est en critiquant des multinationales comme Total, tu ne leur donnent pas des bonnes raisons de s’installer à Zoug car Total réalise 85% de son bénéfice hors de France.

    Celui qui te dit cela te ment.

  • Ohlala, mais le débat n’est pas là pexi, attention à la caricature, je n’ai pas parlé de sale argent, de sales riches, etc. Je parle de justice sociale. Le bon moment pour faire ces cadeaux, selon moi, c’est quand l’économie se porte bien, qu’il y a un fort taux de croissance et d’emploi.

  • [quote comment= »20817″] Je parle de justice sociale. Le bon moment pour faire ces cadeaux, selon moi, c’est quand l’économie se porte bien, qu’il y a un fort taux de croissance et d’emploi.[/quote]

    que l’on investi dans un outil de production durable et viable à plus long terme permettant de dégager des bénéfices à long terme et permettant une plus juste redistribution des nouvelles marges créées.

  • @Praxis : je ne vois pas ce qu’il y a de choquant à laisser à ses enfants un patrimoine fruit d’une vie de labeur. N’oubliez pas que les parents ont payé des impôts. Les droits de succession sont donc un deuxième impôt. Le résultat c’est que les classes moyennes sont lésées alors que les vrais riches ont transféré leur patrimoine à l’étranger où il produit des richesses qui nous manquent.

  • La LCR, et les groupuscules anarchistes ont choisir de faire leur « Et Maintenant » dans la rue. Rappelons qu’il s’agit là de révolutionnaires, dont le seul but, car non, ce ne sont pas des démocrates, est de créer les conditions de l’insurrection. De là à dire que leur allié objectif aurait été Le Pen, qui si il avait été élu en 2002, aurait été l’étincelle permettant de mettre le feu aux poudres.

    Le feu, il a bel et bien été allumé en ce soir du 6 mai, par ceux qui ne reconnaissent aucune légitimité à un candidat adoubé par le suffrage universel direct, expression de la volonté du plus grand nombre, et reconnu par ses adversaires démocrates.

    J’ai eu la surprise de recevoir ce matin du spam d’un groupuscule, qui s’émouvant face aux violences perpétrées ces derniers jours (par les tenants de sa pensée), sur le mode « la police de sarkozy est responsable des violences », en appelle à exprimer son mécontentement en écrivant au Palais de l’Elysée. J’ai bien sûr répondu en bon démocrate que l’opposition pouvait à tout moment saisir le Conseil Constitutionnel, garant des nos institutions.

  • Tu vois moi aussi je désapprouve, je n’ai pas honte de dire que cela est dangereux de confondre prévention et stigmatisation d’un petit larcin mais si tu veux voler au même niveau j’aimerais que tu dénonces avant la même conviction les camps de rééducation militaire proposé par SR.

  • Le débat a l’air plus calme. C’est bien.

    Je suis d’autant plus désolé de jeter un peu d’huile sur le feu en évoquant les 730 voitures brûlées et les démonstrations de lycéens contre l’élection de NS.

    Vous pouvez vous taper la tête par terre jusqu’à allumer un feu sous votre propre voiture, vous ne me ferez jamais croire qu’il s’agit là d’un sursaut, Oh combien compréhensible et excusable de la désespérance des opprimés de la terre.

    Dès les résultats du 2nd tour, OB prônait la réaction brutale sur les détails de l’application de la politique qui venait d’être plébiscitée par les français. Juste avant le vote du 2nd tour une certaine candidate SR menacait très haut et très fort le peuple de France de ces mêmes émeutes. (Elle a décidé d’ailleurs d’aller à la Courneuve .. pour remercier ses troupes ?)

    Belle conception de la démocratie ! Oui vraiment.

    Je ferais encore remarquer que les voitures qui brûlent ne sont pas celles des élites des partis mais celles de gens qui ont du trimer dur pour pouvoir s’en payer une. Souvent d’occasion d’ailleurs.

    Je répèterai encore « ad nauseam » que l’embrigadement de lyçéens me paraît un pratique plus que douteuse et héritée d’un passé honteux. J’ai été étudiant en Mai 68 et j’ai du bosser comme un forcené pour rattraper le temps perdu. Pendant ce temps, M Cohen-B s’était créé son réseau de relations et a tranquillement trouvé sa place bien payée au sein des appareils de différents partis. Tant pis pour ses camarades moins en vue ! Idem pour Mlle Thomas qui s’étant auto-proclamée égérie des manifs de je ne sais plus quand.. imitations palotes et nostalgiques de 68. s’est fait offrir une sinécure dans un quelconque ministère ou elle reste bien au chaud. Tant pis pour les carrières loupées, les avenirs compromis.

    C’étaient des étudiants! Alors, vous pensez, les lyçéens qui n’ont pas encore passé le cap de l’université ou de l’apprentissage ! A qui on apprend à fouler au pied la démocratie ! Qui resteront toute leur vie en marge de la société, à servir de marchepied à des gens comme OB (qui a un emploi plus que sur-protégé, lui! Quel révolutionnaire !) et à ramer en attendant que tombe la manne de l’état providence paternaliste ou même maternaliste et qui ne développeront que des caractéristiques « morales » faites de violence et de rancoeurs devant leurs droits insatisfaits parce qu’ils n’ont pas la notion d’avoir aussi des devoirs. On leur a pourri la vie.

    Je crois fermement que c’est ce qu’a rejeté (entre autres) la majorité des français, grâces leur en soient rendues. Pour progresser, je souhaite que NS ouvre largement l’accès à ses ministères et se secrétariats d’état. Peu me chaut que tel ou tel acteur vienne de telle ou telle formation. Il faut maintenant oeuvrer pour un résultat bénéfique au peuple de France, et non pas pour se couler dans le moule étroit et inconfortable de l’idéologie de parti. Alors au travail et bienvenue aux hommes de bonne volonté.

    (extrait de mon blog)

    Ave atque vale Michel

  • Pingback: A.N.D.Je.-L.

  • Praxis,

    Cette image de losange ou de sablier frappe les esprits mais elle est fondamentalement trompeuse. Non, les US en sont pas un sablier, c’est seulement un losange un peu moins large au centre, ou un peu plus épais en haut et en bas. Mais ce qui est essentiel, c’est que c’est un losange dans lequel on peut se déplacer verticalement, beaucoup plus qu’en France.

    Enfin, n’oublions pas quela plupart des définitions du seuil de pauvreté font référence au revenu médian (généralement on considère qu’une personne est pauvre si elle gagne moins de 50% du revenu médian). Du coup, ça en fait beaucoup plus une mesure des écarts de revenus que de pauvreté. Avec ces définitions, si les revenus de tout le monde sont doublés, la pauvreté ne change pas. Si les revenus des pauvres croissent de 50% alors que ceux des riches doublent, la pauvreté augmente au sens de ces définitions.

    Je finis sur cette notion de « cadeau » fiscal. Si une personne donne 48% de son revenu à la collectivité (contre 52% auparavant), qui fait un cadeau à qui? Tous les économistes s’accordent pour dire qu’au delà d’un certain niveau, augmenter les impôts est contre-productif. Or, la plupart des gens de gauche raisonnent comme si la seule direction moralement envisageable pour l’évolution des impôts est vers le haut. Alors, puisque vous parlez de cadeau fiscal j’ai 2 questions pour vous : – A partir de quel taux d’imposition considérez vous que les riches ne reçoivent pas de cadeau? – A partir de quel taux d’imposition considérez vous que c’est eux qui font un cadeau et qu’ils méritent d’en être remerciés?

    Si votre réponse à ces 2 questions n’est pas 100%, alors on pourra discuter sur des bases saines.

  • [quote comment= »20836″]The Day After…

    Au surlendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy, quelle est la situation en France ? Après avoir passé la nuit en compagnie de Cecilia, Laeticia et Johnnyia au Fouquetia’s, le président-élu croise à présent au large de Malte sur un catamaran…[/quote]

    Et Hollande et Royal vont se reposer dans leur villa de Mougins au milieu d’un domaine fermé et gardé pour se préserver du peuple.

  • [quote comment= »20828″]Vous pouvez vous taper la tête par terre jusqu’à allumer un feu sous votre propre voiture, vous ne me ferez jamais croire qu’il s’agit là d’un sursaut, Oh combien compréhensible et excusable de la désespérance des opprimés de la terre.

    Dès les résultats du 2nd tour, OB prônait la réaction brutale sur les détails de l’application de la politique qui venait d’être plébiscitée par les français. Juste avant le vote du 2nd tour une certaine candidate SR menacait très haut et très fort le peuple de France de ces mêmes émeutes. (Elle a décidé d’ailleurs d’aller à la Courneuve .. pour remercier ses troupes ?)

    Belle conception de la démocratie ! Oui vraiment.[/quote]

    Sans oublier la désinfo pratiquée par le corps enseignant. Sur l’école primaire de ma fille, il y avait hier un panneau « Résistons ! » et au lycée de mon fils, des professeurs ont fait des cours (avant les élections) en expliquant que Nicolas Sarkozy allait interdire les grèves, mettre des policiers dans les lycées pour fouiller les élèves avant l’entrée en classe et interdire l’entrée en boîte de nuit aux moins de 21 ans. Je ne sais pas s’ils répétaient une leçon apprise et y croyaient fermement ou s’ils pratiquaient délibérément une désinfo immonde, mais c’est plus que choquant !

  • A en croire cette dépêche, la scission de l’UDf est en marche. Avant Hervé Morin, ce sont des poids lourds comme Sauvadet et Leroy qui ont annoncé leur intention de soutenir le projet présidentiel, ce qui signifie assez clairement qu’ils ne seront pas du « Mouvement démocrate ». Comme eux, c’est semble-t-il la quasi-totalité des députés UDF qui font ce choix.

    Je le dis sans esprit de revanche ni jubilation. Ce que les militants UDF pensent incarner (l’esprit de dialogue entre les tendances) est louable, mais François Bayrou me semble avoir été un marchand d’illusions engagé dans une aventure très personelle… qui va bientôt laisser nombre de militants sincères amers.

  • @ Libéral, Vous qui semblez assez calé en économie, savez-vous combien de personnes en France (ou quel pourcentage de la population) versent 50% de la totalité de leurs revenus aux impôts ? Et à partir de quel niveau de revenus ? Ma question est sans malice, je ne connais pas la réponse, c’est de la simple curiosité.

  • Jeff, le 08.05.07 à 15:13, a écrit : @ Libéral, Vous qui semblez assez calé en économie, savez-vous combien de personnes en France (ou quel pourcentage de la population) versent 50% de la totalité de leurs revenus aux impôts ? Et à partir de quel niveau de revenus ? Ma question est sans malice, je ne connais pas la réponse, c’est de la simple curiosité.

    Citer le commentaire de Jeff

    La question est pertinente mais une réponse « juste » me parait complexe… il ne s’agir pas uniquement du niveau des revenus « déclarés et soumis à l’impôt » … il faudrait y réintroduire quelques niches d’exclusion intéressantes à analyser… mais aussi de la structure du patrimoine. Ce qui me choque, notamment , c’est que sont exclues du patrimoine de l’ISF les oeuvres d’arts et les antiquités… dont les prix atteignent des sommets… et dont on ne peut pas dire qu’elles créent de l’emploi en masse. N’est ce pas la gauche qui a introduit ces niches dans la loi sur l’ISF ? pour qui ? uniquement pour « les riches » de droite ? Je pense qu’il serait temps de simplifier toutes ces lois accumulées depuis des décennies et de définir un impôt clair simple et moderne, qui , retenu à la source, permettra de connaître son pouvoir d’achat réel et de négocier son salaire en conséquence. dressou

  • A propos des triangulaires, je pense qu’il y a une grande différence entre les désormais « traditionnelles » triangulaires gauche-droite-FN et les triangulaires gauche-MD-droite qui se profilent lors des législatives de juin. En effet, tandis que les premières sont clairement handicapantes pour l’UMP, puisque le FN ampute davantage à droite qu’à gauche, les secondes devraient être assez neutres dans le rapport de force gauche-droite. Je pense même que de telles triangulaires avec le centre pourraient être un peu plus favorables à la droite qu’à la gauche. Voila probablement pourquoi certains au PS commence à revendiquer des désistements mutuels entre PS et futur MD lors des législatives. A suivre…

  • @ Libéral,

    Quelques recherches sur Internet semblent indiquer (source DGI) que le bouclier fiscal concernerait 93 000 foyers fiscaux sur 34 millions, soit 0,27% des contribuables.

    D’où une autre question : quel est l’objectif de cette mesure ? Sans doute pas relancer la consommation. Il doit donc s’agir d’éviter l’évasion fiscale ou la fuite des capitaux à l’étranger… Je continue à chercher et à réfléchir…

  • « Ce qui me choque, notamment , c’est que sont exclues du patrimoine de l’ISF les oeuvres d’arts et les antiquités… dont les prix atteignent des sommets… et dont on ne peut pas dire qu’elles créent de l’emploi en masse. N’est ce pas la gauche qui a introduit ces niches dans la loi sur l’ISF ? pour qui ? uniquement pour “les riches” de droite ? »

    C’est Fabius, descendant et heritier d’une grande famille d’antiquaires et de marchands d’art, qui est a l’origine de cette derogation. Autant pour les riches de gauche « qui ont du merite de soutenir une politique qui va contre leurs interets »…evoques par certains dans cette discussion.

  • [quote comment= »20872]

    D’où une autre question : quel est l’objectif de cette mesure ? Sans doute pas relancer la consommation. Il doit donc s’agir d’éviter l’évasion fiscale ou la fuite des capitaux à l’étranger… Je continue à chercher et à réfléchir…[/quote]

    Tu as entendu parler du million de Français qui votent tout en vivant à l’étranger…

    @ellie

    ce n’est pas bien de dire des vilaines choses sur les amoureux de l’art.

  • Du côté du PS, il est en effet temps de clarifier la situation entre le socialisme dogmatique et la sociale démocratie, pour n’en retenir qu’un, quitte à « sacrifier » ceux qui auraient du mal à s’y faire.

    Ségolène Royal joue le maintien, et si on en juge par sa campagne, ce n’est certainement pas celle qui souhaite cette clarification. Elle préfère encore une fois en appeler aux militants et refaire le coup de son investiture pour devenir première secrétaire.

    D’où cette incroyable « fête de la défaite » à venir…

  • [quote comment= »20880″] Elle préfère encore une fois en appeler aux militants et refaire le coup de son investiture pour devenir première secrétaire.

    D’où cette incroyable « fête de la défaite » à venir…[/quote]

    Elle devra aller faire un tour à Cannes en pin-up pour en faire venir des nouveaux comme la dernière fois pour son investiture comme candidate (mal)heureuse aux présidentielles…

  • [quote comment= »20850″] Sans oublier la désinfo pratiquée par le corps enseignant. Sur l’école primaire de ma fille, il y avait hier un panneau « Résistons ! » et au lycée de mon fils, des professeurs ont fait des cours (avant les élections) en expliquant que Nicolas Sarkozy allait interdire les grèves, mettre des policiers dans les lycées pour fouiller les élèves avant l’entrée en classe et interdire l’entrée en boîte de nuit aux moins de 21 ans. [/quote] Avez-vous envisagé de porter plainte? Je suis sérieux. Ce sont des procédés staliniens. C’est scandaleux et très certainement — je l’espère — illégal. Il y a en tous cas de quoi lancer un mouvement d’opinion sur le sujet.

  • C’est malheureusement assez classique. Je me souviens de la grève des profs lors de la mort de Malik Oussekine… Si la grève en elle-même était éventuellement acceptable, ce qui l’était beaucoup moins, c’était les discours que nos profs se croyaient autorisés à nous tenir. Je me souviens de l’heure passée (j’étais en 6ème) pendant laquelle le prof nous expliquait les motivations de la grève. Comme si cela nous concernait et alors, bien évidemment, que personne n’était susceptible d’éclairer la position inverse.

    L’an dernier, pour le CPE, les cas d' »explication de texte » par des professeurs peu souvieux de neutralité et de réserve étaient fréquents.

  • @ Liberal :

    Bien qu’en désaccord idéologique, apparemment, c’est un plaisir de pouvoir discuter avec vous.

    Je ne suis pas un spécialiste de quoi que ce soit, ce que je connais le mieux, c’est la sociologie, la philosophie et les sciences politiques. En économie, mon bagage est assez maigre, et pas du tout « technique ».

    Jeff vous a donné une partie de ma réponse. Les réductions d’impôts vont toucher une petite partie des contribuables, l’effet sera marginal et, surtout, c’est bien là que porte mon désaccord, non justifié. Non justifié parce que, de mon point de vue, il y a d’autres priorités de réformes, surtout quand on demande au plus grand nombre de faire des efforts.

    Sur la pauvreté relative, je suis bien d’accord avec vous : la pauvreté diminue relativement dans les pays développés. C’est surtout l’écart qui me choque entre la portion des personnes les plus immensément riches et la grande majorité des pauvres. C’est vrai à l’échelle mondiale (et les ODM de l’ONU me semblent une excellent initiative), mais c’est aussi vrai à l’échelle d’un territoire, ici la France.

    Pour vos deux dernières questions, je vais vous faire une réponse d’auvergnat : je ne réfléchis pas en ces termes, je pars de la base actuelle, réelle. Je pense que le bouclier fiscal ne concerne qu’un très petit nombre de personnes, et qu’ils ne sont pas dans la grande nécessité de devoir payer moins d’impôts. Un barême d’imposition, cela doit pouvoir évoluer, en fonction des richesses créées par le pays, de son dynamisme. Cela me choque encore une fois, je le ressens comme une injustice. Si ce n’est pas une injustice alors, de mon point de vue, c’est une erreur car c’est un fonctionnement à l’envers : ce n’est pas la modification du barême d’imposition sur les revenus, le patrimoine, qui vont agir sur la croissance, mais plutôt le retour de la croissance, du dynamisme du marché du travail, qui va permettre de modifier ce barême.

    Et, dernier mot, ou plutôt anecdote (en forme de clin d’oeil), avant de lacher le clavier.

    J’ai déjeuné avec deux américains ce midi. L’un deux vit en Floride, où il cumule deux emplois. Il m’a dit que les Etats-Unis, c’était le pays pour venir bosser… et ne plus faire que ça ! C’est marrant, j’ai pensé à notre discussion, et je me suis dit que nous avions certainement raison tous les deux : d’un côté cet homme travaille énormément pour pas grand chose, d’un autre côté, il peut se permettre quelques extras, comme ces deux semaines ici en France (reçu par une amie sur place).

  • [quote comment= »20892″]C’est malheureusement assez classique. Je me souviens de la grève des profs lors de la mort de Malik Oussekine… Si la grève en elle-même était éventuellement acceptable, ce qui l’était beaucoup moins, c’était les discours que nos profs se croyaient autorisés à nous tenir. Je me souviens de l’heure passée (j’étais en 6ème) pendant laquelle le prof nous expliquait les motivations de la grève. Comme si cela nous concernait et alors, bien évidemment, que personne n’était susceptible d’éclairer la position inverse.

    L’an dernier, pour le CPE, les cas d' »explication de texte » par des professeurs peu souvieux de neutralité et de réserve étaient fréquents.[/quote] Nos profs ont ete neutre, (je passais mon bac cet annee la) par contre on a eu notre lot d’enguirlander. Ils etait tres motiver a decourager les lyceens a rentrer les piquets de greve etait assez stricte (l’explication est simple aussi motive qu’ils soit l’idee de ratraper des cours n’etait pas vraiment plaisante, ce qui a fait qu’apres avoir faillis perdre la manche de mon manteau a passer outre ces enguirlender, on a vu 10 minute plus tards une files d’eleves studieux incluant la majorite des grevistes. arriver en cours (qui etait en train de debuter).

    Au final la motivation de mes camarades etait plus d’etre certain que le cour n’aura pas lieu plutot que de reel conviction ideologique.

  • A propos du PS, j’ai vu hier soir le succulent reportage de Serge MOATI sur la campagne 2007. Une mention spéciale à Vincent PEILLON, dont je trouve l’interprétation excellente.

    Notamment lorsqu’il est pris au piège, à Metz je crois, des coulisses d’une salle de meeting dont il n’arrive pas à trouver la sortie. Version socialiste d’un mythe du Minotaure, sans fil d’Ariane toutefois.

    Ou encore lorsqu’il discute avec son voisin, lors d’un débat participatif, du lien étroit qu’il y a entre la réussite en politique et la capacité à « s’emmerder » (je cite) : au PS, tout le monde croyait dur comme fer à la France Présidente, visiblement.

    Enfin lorsqu’il parle respectueusement de cet « enfoiré de SARKOZY ». Juste pour cette dernière saillie, je ne peux retenir un élan d’affection : Vincent, si tu passes par là… je t’envoie 53,06 bises. Et c’est de bon cœur.

  • [quote comment= »20850″] Sans oublier la désinfo pratiquée par le corps enseignant. Sur l’école primaire de ma fille, il y avait hier un panneau « Résistons ! » et au lycée de mon fils, des professeurs ont fait des cours (avant les élections) en expliquant que Nicolas Sarkozy allait interdire les grèves, mettre des policiers dans les lycées pour fouiller les élèves avant l’entrée en classe et interdire l’entrée en boîte de nuit aux moins de 21 ans. [/quote] [quote comment= »20887″]

    Avez-vous envisagé de porter plainte? Je suis sérieux. Ce sont des procédés staliniens. C’est scandaleux et très certainement — je l’espère — illégal. Il y a en tous cas de quoi lancer un mouvement d’opinion sur le sujet.[/quote]

    Il semble que le lavage de cerveau soit la grande arme de l’autre coté. Entre la dialectique qui consiste, enFrance, à parler pendant cinq minutes d’affilée pour empêcher l’autre d’accéder au micro et l’enseignement mensonger orienté à gauche, les enfants sont mal barrés.

    Je crois qu’il faudrait scinder l’éducation nationale en plusieurs ministères. Les fonctionnaires du ou des ministères chargés des plus jeunes, devant être assermentés et controlés régulièrement.

    Si j’appliquais les procédés que m’ont enseigné les « Amis de Ségolène » pour « encadrer » les votes …… je ferais filmer volontiers les classes des jeunes, plus susceptibles hélas d’avoir le cerveau encombré de fadaises, niaiseries et phraséologie politique toute faite.

    Ce que vous m’apprenez Delphine, me scandalise et m’emplit d’horreur pour les parents dont les enfants sont manipulés et de crainte pour leur progéniture. Cela mérite un plainte en effet. Mais qui la déposera ?

    Vivement les « class actions »

  • Une personnalité « dite de gauche » ou une personnalité « dite du centre » qui devient pour une raison ou pour une autre ministre de Nicolas Sarkozy devient sarkozyste.

    L’art du compromis consiste à mettre de l’eau dans son vin … jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de vin.

    Certains s’imaginent que des ministres « de gauche » ou « du centre » infléchiraient la politique suivie par Nicolas Sarkozy, je crains qu’ils ne se trompent lourdement.

    Enfin on saura ça lorsque Nicolas Sarkozy sera revenu retrouver son électorat « populaire ».

    Pour ce qui est de l’éducation je suggère à l’intervenant ci-dessus de mettre ses enfants dans une école d’intégristes afin que ceux-ci ne risquent aucune manipulation. (smiley qui lève les yeux au ciel)

  • [quote comment= »20850″]

    Sans oublier la désinfo pratiquée par le corps enseignant. Sur l’école primaire de ma fille, il y avait hier un panneau « Résistons ! » et au lycée de mon fils, des professeurs ont fait des cours (avant les élections) en expliquant que Nicolas Sarkozy allait interdire les grèves, mettre des policiers dans les lycées pour fouiller les élèves avant l’entrée en classe et interdire l’entrée en boîte de nuit aux moins de 21 ans. [/quote]

    Je crois que certain profs vont avoir le réveil dur. Ils ne se rendent absolument pas compte combien les parents ont marre de tout ça.

    J’ai pas mal d’enfants en soutien scolaire privé, et tous mes parents ont marre des grèves à répétition etc. Et les blocages autour du CPE n’ont pas bien passé du tout.

    Et les parents qui n’ont pas marre, c’est que leurs enfants sont dans le privé …

    D’ailleurs je ne comprends pas comment les directeurs d’établissements acceptent. Quand j’étais à l’école on avait des débats sur les grands faits, puis des votes. Notamment sur l’entrée du RU dans l’Europe. Je ne sais pas ce que en pensait mon prof, il nous l’a pas dit.

  • [quote comment= »20843″]e finis sur cette notion de « cadeau » fiscal. Si une personne donne 48% de son revenu à la collectivité (contre 52% auparavant), qui fait un cadeau à qui?[/quote]

    La discussion me rappelle une discussion avec des amis. J’ai un copain jeune chef d’entreprise. Il a crée son propre travail, et celui d’un autre, plus du travail ponctuel pour d’autres, moi incluse. Il paie entre 3 et 5 mille euros de taxes par mois. Il a gagné 750 euros net le mois dernier (mais jamais tant de plus que ça). Il est Bayrouiste, étant libéral, mais a voté Sarko pensant que Bayrou ne pourrait rien faire de concret.

    L’autre copain a 27 ans n’a quasi jamais travaillé, est au RMI, CMU, et maintenant le transport gratuit. Il va travailler deux après midi au noir. Donc il ne fait que prendre, ne donne rien.

    Le deuxième traite le premier de libéral égoïste. Qui est le vrai égoïste?

  • Moi j’ai un copain qui est obligé de faire deux journées de travail dans une pour nourrir sa famille car il travaille chez des gens qui l’exploitent honteusement. Et puis j’ai un autre copain qui a placé l’argent de papa et qui ne fait absolument rien de la journée en dehors de profiter des rendements de ses actions et de rouspéter contre ces fainéants de chômeurs qui font la queue à l’ANPE.

    C’est chouette d’avoir des copains « caricatures » hein ?

  • [quote comment= »20915″]Moi j’ai un copain qui est obligé de faire deux journées de travail dans une pour nourrir sa famille car il travaille chez des gens qui l’exploitent honteusement. Et puis j’ai un autre copain qui a placé l’argent de papa et qui ne fait absolument rien de la journée en dehors de profiter des rendements de ses actions et de rouspéter contre ces fainéants de chômeurs qui font la queue à l’ANPE.

    C’est chouette d’avoir des copains « caricatures » hein ?[/quote]

    Je vois que nous sommes d’accord. Il n’est pas bon de profiter des autres.

    Nous avons tous les deux des amis à qui le système actuel demande trop, et donne trop peu en retour. C’est inadmissible, parce que c’est des gens qui donne beaucoup à la société.

    Et des amis qui profite du système, tout en proférant des propos hypocrites.

    Pour le reste, votre commentaire est à côté de l’argument ; que l’anecdote soit caricatural, oui, c’est pour ça que je l’ai choisi. C’est quoi votre argument au juste? Ce n’est pas une question rhétorique, je veux vraiment savoir.

  • Praxis, le plaisir est partagé.

    Le point de Jeff est intéressant. Le bouclier fiscal touche peu de monde mais par définition il s’agit de gens qui ont de forts revenus et qui sont souvent très internationaux.

    Si ce genre de mesure pouvait faire revenir à Paris par exemple quelques milliers de traders qui bossent à Londres aujourd’hui (ou en empêcher d’autres de partir) l’impact serait positif pour tout le monde. Ces gens consommeraient (beaucoup), paieraient des impôts (un peu moins mais quand même beaucoup), créeraient des emplois (gardes d’enfants, services…) en France.

    Bref, j’essaie plus ou moins maladroitement de faire passer l’idée que dans certains cas, baisser les impôts des riches peut profiter à tout le monde, et notamment aux pauvres.

    Si on était en train de parler de baisses d’impôts massives (style Bush43), je comprendrais mieux votre position et la partagerais sans doute. Mais ce qui m’ennuie dans ce que vous dites c’est que vous avez l’air de nourrir une opposition de principe à l’idée même qu’on puisse baisser les impôts des riches, même marginalement.

  • Aucune opposition de principe, je crois que vous ne m’avez pas complètement lu (j’ai peut-être été trop long). Pour l’heure, il me semble que d’autres réformes sont plus attendues et plus justes. Faire payer moins d’impôts, oui, bien sûr, mais il faut un peu plus de croissance et de dynamisme du marché de l’emploi, sinon c’est une injustice. Mais j’ai déjà tout écrit un peu plus haut.

  • [quote comment= »20940″]Aucune opposition de principe, je crois que vous ne m’avez pas complètement lu (j’ai peut-être été trop long). Pour l’heure, il me semble que d’autres réformes sont plus attendues et plus justes. Faire payer moins d’impôts, oui, bien sûr, mais il faut un peu plus de croissance et de dynamisme du marché de l’emploi, sinon c’est une injustice. Mais j’ai déjà tout écrit un peu plus haut.[/quote]

    Tu la fais comment la croissance et le dynamisme du marché de l’emploie…?

    et avec qui…?

    en leur donnant quoi comme motivation pour travailler 16h par jour…?

    aaaaaaahhhhhhh oui leur faire payer plus d’impôts que je suis con mais con c’est çà la solution…

  • que l’on doive être réduit à employer des images aussi fortes pour que parfois un soupcon de logique éconmique dans un esprit à ce point réfractaire à ces réalités n’est nullement plaisant pour moi mais comme le discours et l’argumentation de campagne de gauche se basent sur des images remontant au néolithique et que ceux-ci s’employent à employer les mouvements populaires de la rue comme les dégradations je me sens contraint de passer par une argumentation simpliste qui seule semble avoir un écho à votre logique…

  • [quote comment= »20934″] Le bouclier fiscal touche peu de monde mais par définition il s’agit de gens qui ont de forts revenus et qui sont souvent très internationaux.

    Si ce genre de mesure pouvait faire revenir à Paris par exemple quelques milliers de traders qui bossent à Londres aujourd’hui (ou en empêcher d’autres de partir) l’impact serait positif pour tout le monde. Ces gens consommeraient (beaucoup), paieraient des impôts (un peu moins mais quand même beaucoup), créeraient des emplois (gardes d’enfants, services…) en France.

    Bref, j’essaie plus ou moins maladroitement de faire passer l’idée que dans certains cas, baisser les impôts des riches peut profiter à tout le monde, et notamment aux pauvres.

    [/quote]

    Oui c’est assez caricatural, car tu mélanges les expatritiés pour raison d’emploi (traders, ok ils gagnent bien leur vie à la City mais de là à en faire des grosses fortunes) et la plupart des expatriés fiscaux qui  »pèsent » des milliers ou dizaines de millions d’euro qui naturellement ont tendance à continuer à investir localement une partie de leur patrimoine parce qu’ils s’ennuient assez vite, et cela sans même aborder le fait que pour se faciliter la vie à l’étranger ils réduisent ou suppriment leurs activités en France en plaçant les capitaux ainsi libérés principalement dans des fonds d’investissement qui eux répartissent le risque sur plus de pays ce qui tend à réduire en France la part de capital à risque et servant à l’investissement dans un tissu de PME fortes créatrices d’emploi.

    Un autre point qui n’est pas évoqué, c’est la réputation qui entoure la France à ce sujet, le simple fait que la France est considérée comme un pays fort taxé conduit à faire penser à beaucoup que c’est le cas pour tous les revenus, alors que par exemple une famille avec deux enfants et tirant ses revenus de leurs salaires est plus taxée en GB qu’en France. Réputation qui nuit gravement à des implantations d’étrangers ou de sociétés. Je n’ose aborder les images qui sont associés à des images de violences et leurs impact à l’étranger où celles-ci sont encore amplifiées (Fox channel et autres, et oui la très libérale CNN pour certains ici est vue là-bas comme libé ou l’huma en France), lors des émeutes de 2005 des amis vivant aux States et devant venir en Europe nous ont dit qu’ils ne viendraient pas en France car il y a une guerre civile…

  • [quote comment= »20947″]je me sens contraint de passer par une argumentation simpliste qui seule semble avoir un écho à votre logique…[/quote]

    Et puis quoi encore ? M’avez-vous bien lu ? je ne pense pas. Alors votre condescendance, je m’en passe très bien. Et nous ne situons pas le débat au même niveau. Je suis d’accord avec la baisse des impôts, je souhaite simplement que cette baisse ne soit pas idéologique et clientéliste, qu’elle se fasse dans les bonnes conditions économiques (certes) mais aussi sociales.

    Ce n’est pas en baissant aujourd’hui l’impôt des plus riches, alors que l’on arrête pas de nous parler du déclin de la France et de ses difficultés, et que l’on demande aux plus fragiles de faire des efforts, et que l’on veut aussi revenir en arrière sur un certain modèle social, que l’on va redonner une meilleure image des riches justement.

    Je trouve que c’est contre-productif.

    De plus, pour votre culture économique personnelle (et pour reprendre votre ton désagréable), sachez que la baisse des impôts n’a qu’un effet marginal sur la croissance économique. Mais c’est un effet de l’idéologie et du discours que de réciter ce que vous récitez : la fuite des capitaux, l’investissement dans les infrastructures… D’ailleurs, le discours de la droite, à ce sujet, est plutôt de dire que ces baisses ne sont pas destinées à relancer l’offre mais la demande, donc la consommation, dans un contexte de panne de la croissance. Pourtant, ces baisses d’impôt ne concernent certainement pas la part de la population qui consomme le plus (cf. Keynes à ce sujet).

    Entendons-nous bien (une dernière fois après j’abandonne) : je suis pour la diminution des impôts, complètement pour. Mais encore faut-il que la conjoncture le permette.

    Je me demande si l’Etat a vraiment les moyens de se passer d’une manne fiscale au vu de l’obligation de diminuer les déficits et au vu de la difficulté de toucher aux dépenses… Encore une fois, pour l’heure, ces diminutions d’impôt (qui ont vu l’Etat signer un chèque de 7 millions d’euros à une rentière) me semblent iniques.

  • [quote comment= »21026″]

    Et puis quoi encore ? M’avez-vous bien lu ? je ne pense pas. Alors votre condescendance, je m’en passe très bien. Et nous ne situons pas le débat au même niveau. Je suis d’accord avec la baisse des impôts, je souhaite simplement que cette baisse ne soit pas idéologique et clientéliste, qu’elle se fasse dans les bonnes conditions économiques (certes) mais aussi sociales.

    [/quote]

    A force de vouloir imposer tout un tas de conditions qui bien que moralement fondées n’ont pour effet réel que de retarder l’enclenchement d’un processus qui s’il est bien conduit et contrôlé permettra de passer le plus vite possible à la phase sociale.

    c’est congénital de rabaisser l’interlocuteur hautain par un  »je ne pense pas » ou est-ce le fait que cela fait mal intellectuellement de se prendre une gamelle royale?

    [quote comment= »21026″]

    Ce n’est pas en baissant aujourd’hui l’impôt des plus riches, alors que l’on arrête pas de nous parler du déclin de la France et de ses difficultés, et que l’on demande aux plus fragiles de faire des efforts, et que l’on veut aussi revenir en arrière sur un certain modèle social, que l’on va redonner une meilleure image des riches justement.

    Je trouve que c’est contre-productif.

    [/quote]

    Tu vois, je sais pas comment te le dire sans te vexer d’avantage car tu sembles vouloir comprendre et bien que parfois agressif j’aime bien dialoguer avec des personnes qui parviennent encore à entendre ( et pas seulement lire et répondre comme certains)…

    allons je me lance (bra)vache effet néfaste de la campagne du néolithique du PS et de la fréquentation du site de Koz sur mon faible esprit :

    -l’image les riches s’en foutent, et cela depuis bien longtemps et le show de NS pour essayer de déculpabiliser certains et faire avancer les esprits en faisant un petit tour sur un rafiot pourri digne de la Reine Mère ne fait que provoquer l’hilarité dans certains milieux

    tu vois la campagne de dénigrement, de haine contre les riches a induit une attitude de placidité face aux attaques incessantes à l’encontre de ses personnes…

    [quote comment= »21026″]

    De plus, pour votre culture économique personnelle (et pour reprendre votre ton désagréable), sachez que la baisse des impôts n’a qu’un effet marginal sur la croissance économique. Mais c’est un effet de l’idéologie et du discours que de réciter ce que vous récitez : la fuite des capitaux, l’investissement dans les infrastructures… D’ailleurs, le discours de la droite, à ce sujet, est plutôt de dire que ces baisses ne sont pas destinées à relancer l’offre mais la demande, donc la consommation, dans un contexte de panne de la croissance. Pourtant, ces baisses d’impôt ne concernent certainement pas la part de la population qui consomme le plus (cf. Keynes à ce sujet).

    [/quote]

    c’est quand même beau les économistes de salon ou d’université publique, ils ont toujours besoin de prendre les autres pour des cons…

    Tu vois, moi pauvre con, je vois dans le programme de la droite sur ces points le besoin de ramener un bon nombre de brebis galleuses parties à l’étranger en leur faisant miroiter une baisse d’impôt directe tout en organisation une tonsure généralisée moins douleureuse et plus fréquente qu’est l’augmentation de la TVA sociale et bien que les riches ne consomment pas beaucoup, ils consomment, et surtout les riches induisent de la consommation par effet de mode chose qui semble encore vous être étrangère, je ne m’étendrais pas sur les réactions induites parmi les affreux riches d’une augmentation de la TVA car elles sont un peu trop éloignées d’un monde Keynesien et je ne suis même pas sûr que les économistes de NS y aient pensé eux-mêmes.

    [quote comment= »21026″]

    Entendons-nous bien (une dernière fois après j’abandonne) : je suis pour la diminution des impôts, complètement pour. Mais encore faut-il que la conjoncture le permette.

    Je me demande si l’Etat a vraiment les moyens de se passer d’une manne fiscale au vu de l’obligation de diminuer les déficits et au vu de la difficulté de toucher aux dépenses… Encore une fois, pour l’heure, ces diminutions d’impôt (qui ont vu l’Etat signer un chèque de 7 millions d’euros à une rentière) me semblent iniques.[/quote]

    Tu vois, si l’on ne prenait pas les riches pour des crapules et que l’on donnait l’image d’une France qui veut avancer et cela plus que l’Allemagne, la GB, les pays de l’Est etc cela pourrait aider à relever le ranking de la France dans l’orde et la part d’investissement des fonds d’investissement tant privés qu’institutionnels et pas seulement français chose indispensable pour augmenter non pas l’investissement direct comme tu vas me rétorquer mais l’image des produits made in France que l’on devra bien exporter pour pouvoir trouver quelque part les fonds nécessaires au financement de la reprise de la consommation induite par une baisse des prélèvements sociaux directes sur les charges salariales et une augmentation des salaires due par une augmentation de la demande locale et étrangère.

    Et tu crois sans doute aider cette rentière à rester en France et l’aider à placer son argent dans ce pays en jetant l’opprobe publique sur elle, argent bien entendu injustement hérité de ses crapules d’ancêtres qui ont bien entendu été des esclavagistes et des oppresseurs du bon peuple de gauche.

  • Pingback: » 23

  • Cette idée de scission de l’UDF est étrange. Manifestement, des élus éminents quittent le navire, comme cela a été le cas en 2002 : ce n’est pas une scission, pas plus qu’en 2002. S’ils créent un petit parti, comme hier M. Chevènement le MRC ou M. Madelin Démocratie Libérale, ça ne changera rien à la continuité de l’UDF / Mouvement démocrate.

    L’idée de désillusion des militants est tout aussi étrange : le centre vient de réaliser son meilleur résultat électoral depuis 1969 ! En une journée (lundi), nous avons eu autant de (pré)adhésions qu’il y a eu de votants sur la ligne du parti fin 2005 – autrement dit, le nombre de militants a doublé en 24 h.

    Le premier sondage à proposer le choix « mouvement démocrate » pour les législatives a donné 15% : ce serait le meilleur niveau pour le Centre aux législatives depuis … 1958 ou 62 (à vérifier). Le financement public – puisque boun soulève la question – serait considérablement accru : avec la seule part du financement public qui repose sur le nombre de voix, l’UDF sortirait de la misère financière où elle était depuis 2002.

    Alors, que les bobards des députés sur le départ nous écoeurent, soit ; mais que le « poids politique du MD soit réduit à quasi-néant » (koz) … ne prends pas les désirs de l’UMP pour des réalités !

  • Je serais plus circonspect à l’égard de l’article du Monde. On peut accuser ce dernier de beaucoup de parti-pris idéologiques, mais de là à inventer de toutes pièces des incidents qui n’ont pas eu lieu, je n’y crois pas trop.

    L’attitude du conseiller général socialiste me paraît plutôt digne d’éloges. Il est visiblement connu des jeunes (c’est un point positif) et il paye de sa personne pour les appeler au calme.

    Il me paraît abusif de lui reprocher d’avoir dit des policiers: « Ils vont vous provoquer ». D’abord parce que c’est tout à fait vraisemblable. Les témoignages abondent de tels comportements. L’attitude de la police n’est pas exactement la même en centre-ville et dans les banlieues.

    Ensuite parce qu’on sait bien que les jeunes considèrent la présence même des policiers comme une provocation. Ce n’est pas une justification, c’est un constat. On peut juger, carré dans un fauteuil, que cet élu a eu un mot déplacé. On peut aussi juger qu’il a fait preuve de sens politique, sur le terrain, confronté à une situation concrète, pour désamorcer des tensions.

    Moi je trouve plutôt qu’on devrait se féliciter qu’un élu du peuple, représentant des institutions, puisse parler avec ces jeunes sans se faire agresser. Et qu’on devrait s’inquiéter que ce même élu se soit vu pointer un flashball par un policier à 20 cm de son visage.

    Et puis je m’étonne, quand même, qu’aucun des candidats à l’élection (même pas à l’extrême-gauche, à ma connaissance), n’ai fait de la pratique systématique et humiliante du contrôle d’identité un thème majeur de sa campagne. Alors que c’est un scandale absolu sur le plan des libertés publiques, une pratique probablement inefficace sur le plan policier (sauf pour détecter les immigrés clandestins), et un motif majeur de la haine des jeunes de banlieue.

    Sauf, dans une certaine mesure (largement insuffisante), Sarkozy, qui a à de nombreuses reprises proclamé son intolérance vis-à-vis de toute bavure et même de tout comportement policier incorrect, et qui a annoncé — c’est passé largement inaperçu — une procédure d’habeas corpus (il faudra auparavant doubler le budget de la justice, mais bon…). Cela dit, on n’a pas l’impression que ça ait changé grand’chose sur le terrain.

    Et puis je m’étonne, aussi, qu’aucun organe de presse n’ait, à ma connaissance, fait d’enquête sur ce sujet des contrôles d’identité. Publier des témoignages occasionnels d’abonnés aux contrôles et aux humiliations, oui. Mais enquêter sur le pourquoi des ces contrôles, sur qui donne les ordres, sur le contenu de ces ordres, sur la réalité de la chaîne de commandement, non.

    Après tout, la police nationale est socialiste, pour ceux qui l’auraient oublié. Ben, oui. Le syndicat majoritaire est de gauche, et son dirigeant, Joaquin Masanet, proche de Ségolène Royal. Y’a que les flics des syndicats de droite qui font des contrôles d’identité? Au faciès? En humiliant les gens en public?

    Et quand Sarkozy dit à la télé qu’il ne tolérera aucune impolitesse de la part d’un flic (ce qui paraît totalement surréaliste, par rapport à la réalité), quand il demande aux victimes de bavures de venir le voir personnellement au ministère de l’Intérieur, qu’est-ce qui se passe après? C’est juste pour la galerie? Il ne donne pas les ordres nécessaires dans la foulée? Ces ordres ne sont pas suivis?

    Voilà de vraies questions qui me paraissent fondamentales, et que je m’étonne de ne voir soulevées nulle part. Un tel silence accrédite la thèse de ceux qui, en banlieue, estiment la société française raciste, droite et gauche confondues.

  • Je suis absolument content d’apprendre que les étudiants qui ont envie de bosser, ont voté la reprise des cours et remis au pas les fauteurs de troubles qu’on dit d’extrême gauche.

    A mon avis ils sont tellement à gauche qu’ils sont tombés sur la tête ceux-là.

    Pour les autres, courage et bon travail.

  • On peut très bien bosser sans aller à l’université, tout ça, dire qu’il y a des barrages, c’est des excuses pour rien foutre. A l’université on doit être autonome. On peut très bien se faire envoyer le cours par courrier électronique. Faut quand même pas toujours tout mettre sur le dos de l’extrême gauche. Il faut se prendre en charge.

  • Pingback: » Atonie législative

Les commentaires sont fermés