Deux ans plus tôt

Rater un anniversaire, c’est mal. Rater le sien, c’est pire. Comment donc ai-je pu, me direz-vous en choeur. Oui, comment ai-je pu ? Infidèle à moi-même, oublieux de me fêter. Mon bon garçon, si tu ne te fêtes pas toi-même, qui donc te fêtera ?

Trois jours avant le jour, j’assistais à une réunion publique du Président de l’UMP de l’époque, Nicolas Sarkozy, à Rueil-Malmaison. Debout sur le côté de la salle, je l’entendais évoquer tout l’apport de la construction européenne, revenir sur la paix et la stabilité, qu’on ne porte plus à son crédit tant elle nous paraît évidente.

Je me disais qu’il abordait enfin la campagne comme elle aurait dû l’être bien plus tôt : avec souffle. Depuis plusieurs semaines, les partisans du Oui dont j’étais restaient enfermés dans une explication pied à pied des dispositions du texte, dans une tentative d’expliquer, comme Jacques Chirac sur le plateau de TF1, que le TCE n’avait pas vocation à modifier la règlementation du tri sélectif, pas plus qu’il ne favoriserait ou ne défavoriserait, en lui-même, la reconnaissance du mariage des homosexuels.

Pris au piège dans la logique de l’adversaire, les partisans du Oui se sont fait voler l’idée européenne. Voilà qu’a pu s’installer l’idée que ceux qui voulaient plus d’Europe étaient les partisans du Non

C’était un peu tard toutefois, le 26 mai 2005. Et, lorsque je l’ai entendu embrayer sur la politique intérieure, sur le « modèle social français« , tout en appréciant la teneur du discours, je ne pouvais pas applaudir avec les autres un évident changement de perspective. Nicolas Sarkozy n’avait aucune illusion sur l’issue du référendum, il « rentabilisait » la réunion.

Vint le 29. Il fallut les trois jours d’activation de la base de données pour que puisse paraître mon premier billet, sur les edito post-non. Je faisais bref à l’époque. Au demeurant, personne ne me lisait. Un mois de juin presque consacré à l’Europe. Marqué par les conséquences du référendum, européennes et nationales. Le 8 juin, constatant l’absence d’opposition à cette partie du Traité, l’UMP proposait la ratification de la partie I par voie séparée. Deux ans plus tard…

Le 16 juin 2005, s’ouvrait un Conseil européen, dont l’enjeu était l’adoption d’un budget pour l’Union. J’ai eu beau implorer, mes appels n’ont pas été entendus. Un triste 18 juin, on ne pouvait que constater l’échec fracassant du Conseil. Une deuxième pelletée de terre sur l’Union. Relire quelques réactions de ce jour donne une idée de la crise qui s’est ouverte en juin 2005. Une petite plongée dans les archives qui n’est pas inutile, à l’heure où certains voudraient laisser penser que, tout bien pesé, l’Europe n’était pas en crise.

Les gens vous diront que l’Europe n’est pas en crise. L’Europe est dans une crise profonde… L’affaiblissement de l’Europe se fera dans un processus lent, rampant, imperceptible, dont les autres s’apercevront plus vite que les Européens ” (Juncker)
L’Union européenne n’a rien gagné, du fait de l’attitude des Pays-Bas et surtout de la Grande Bretagne, et ceci est exprimé par moi avec beaucoup de retenue et de diplomatie… Un morceau de la substance de l’Europe comme union politique n’a pas pu être maintenu” (Gerhard Schröder, chancelier allemand)
“Quelques pays ont privilégié une attitude de surenchère, une attitude d’intérêt strictement national, c’est un mauvais résultat pour l’Europe” (Jacques Chirac, président français, déplorant l’attitude du Royaume-Uni et des autres opposants à un accord)
J’ai eu honte lorsque j’ai entendu, l’un après l’autre, tous les nouveaux pays membres — tous plus pauvres que tous les autres — dire que dans l’intérêt d’un accord ils seraient prêts à renoncer à une partie de leurs exigences financières. J’ai eu honte ” (Juncker)
“C’était très gênant… Ils demandaient: “S’il vous plaît, mettez-vous d’accord autour de cette table et nous sommes prêts à diminuer nos demandes”. Ce sont ceux qui sont pauvres qui étaient prêts à faire des concessions et ceux qui sont riches qui ont dit: “ben, on reçoit déjà, mais on doit avoir encore plus, c’est pas assez pour le moment” ” (Guy Verhofstadt, Premier ministre belge)
“ C’était émouvant… ils ont donné là une belle leçon pour l’Europe de demain” (Chirac)

Non, le compromis de vendredi dernier n’est pas pleinement satisfaisant pour qui aime l’Europe. Pour qui n’oublie pas d’où l’on vient, et compose avec le réel…

* * *

Sur le plan intérieur, Jacques Chirac, le 31 mai, gratifiait le pays d’une allocution télévisée. Solennelle. Il y était question d’une « impulsion nouvelle et forte« . Défense de rire. Il y eut tout de même des réalisations. Je relève quelques passages de mon billet du lendemain :

« Des réformes ont été faites. Oui. Mais en envoyant le bon soldat Raffarin au front, seul, pendant que l’Etat-Major, au loin, observait. C’est bien au crédit de JP et non de Jacquot qu’il faut les mettre, ces réformes. »

Deux ans plus tard, nous avons un président dont l’opposition critique l' »hyperconcentration« … Un Président qui ne se réfugie plus dans l’opacité du Château, suffisamment absent des coups durs pour que l’on peine à lui accorder le bénéfice des succès. Une fois n’est pas coutume, dit-on. Mais ce n’est pas la première fois que je partage ses vues. Il faudra peut-être vous habituer à ce que je cite Serge July (merci Damocles), le président gouverne et c’est tant mieux :

« Sous de Gaulle, le Président était en charge de l’essentiel, et il laissait l’intendance à son Premier ministre qui, selon le texte de l’article 20 de la Constitution, « détermine et conduit la politique de la Nation ». Le risque de cohabitation est contenu dans cette définition du Premier ministre, par ailleurs responsable devant l’Assemblée nationale. Bref, deux légitimités qui peuvent s’affronter. (…) C’est un progrès réel. Le régime fonctionnait sur une hypocrisie absolue : le président était en retrait comme le Roi aux échecs, et le Premier ministre s’agitait comme la Reine, à ceci près que le chef de l’Etat passait une partie de son temps à contrôler l’ensemble de l’activité gouvernementale. Le système fonctionnait comme les voitures d’auto-école : à double commande. Flicage à tous les étages pendant que le Président installé dans la longue durée du septennat, courait le monde, et réfléchissait sur les stratégies. »

Autres passages de ce lointain billet, qui me laissent penser que je ne suis pas dépourvu, malgré quelques contradictions, d’une certaine constance :

« Je serais prudent et j’attendrais de voir ce que Villepin peut donner mais… L’éminence grise de Chirac est-elle en mesure de donner une “impulsion nouvelle et forte” à une action à laquelle il a été si étroitement associé ? Et puis, de façon prosaïque, nous savons ce que la nomination de Villepin signifie : énarque, aristocrate, et jamais passé par les urnes… Je n’ai rien contre les énarques. Rien contre les aristocrates. Mais on sait comment d’autres vont s’en servir. Sarko à l’Intérieur. Ben Nicolas, pourquoi ? Certes, comme il semblerait qu’il l’ait expliqué aux députés, “qu’aurait-on dit s’il était resté là, à regarder le bateau couler“, mais bon, l’Intérieur, c’est renforcer son image sécuritaire, c’est risquer sa popularité (…) Enfin, pour autant, c’est tout de même un comportement responsable. Rester rue de la Boétie à commenter et critiquer, regarder le bateau couler, comme le fera Bayrou (François, tu m’as à nouveau déçu, là), c’est bien là la facilité. C’est un calcul politicien. Et n’est-ce pas précisément ce que les français ne veulent plus voir ? »

A propos de Dominique de Villepin, je notais alors ce que je ne renierais pas aujourd’hui, dans un billet intitulé Villepin ferait de l’anti-sarkozy :

« Soit. Il est certain qu’un style plus posé, plus soucieux de la nuance n’est pas fait pour me déplaire. Mais, d’une part, je ne suis pas certain qu’après le 21 avril et le 29 mai, il ne soit pas nécessaire d’adopter un discours plus volontaire, davantage susceptible de porter jusque vers les plus rétifs. Et, d’autre part, j’en ai vu suffisamment, des candidats posés, nuancés, sereins, se prendre des vestes monumentales aux élections, parce que l’adversaire avait une “bonne gueule“… ou qu’il mangeait des pommes ! C’est une des conséquences du suffrage universel. Il faut aussi savoir la prendre en compte. Il ne s’agit pas, bien sûr, de s’asseoir sur tous ses principes. Mais il semble que les électeurs aient majoritairement rembarré les partis de gouvernement. On peut refuser de le voir. Mais c’est risqué. »

* * *

C’était il y a deux ans, donc. Figurez-vous qu’en ce mois de juin 2005, on évoquait une mobilisation lycéenne et estudiantine. Non, non, pas le CPE, le CPE, ce sera pour 2006. Qui donc se souvient de la raison de ce mouvement ? Mais une manifestante défilait avec un slogan inscrit au feutre sur son visage, qui proclamait rien moins que « Prenez ma vie, pas mon école« . Manque d’à propos probablement, elle oubliait d’offrir sa poitrine découverte aux tirs de la Troupe. C’était à l’occasion du procès d’un lycéen, rien qu’un lycéen, un enfant, un jeune… Samuel Morville, membre d’Alternative Libertaire, groupuscule anarchiste. On percevait mieux encore toute la sincérité, la spontanéité et l’impartialité des mouvements étudiants au travers du procès de deux autres meneurs, Salah Moughabel et Adrien Nicolas, dont le dernier avait, à 23 ans, tout de même quitté les bancs du lycée, et fréquentait quant à lui la Ligue Communiste Révolutionnaire.

Deux ans plus tard, est en jeu une autre réforme, la réforme des Universités, à laquelle certains esprits peu suspects de sarkozysme trouvent, mieux que je ne l’aurais peut-être fait, quelques raisons d’être. Que le texte, dans ses détails, puisse souffrir quelques modifications, c’est possible. Il faudra en revanche soutenir le projet (texte en ligne dans l’après-midi) dans son esprit, ainsi que le gouvernement, quand viendra probablement le temps des manifestations spontanées et autres « mouvements » de cette jeunesse sclérosée dont l’ambition se résume à mettre plus de moyens dans une politique qui ne fonctionne pas.

* * *

Deux années, 938 billets, 23 453 commentaires. Déjà deux années passées à exposer, ordonner ses idées, les confronter. Evidemment, deux années marquées par cet évènement exceptionnel qu’est une campagne présidentielle, la première au demeurant où l’on aura tant observé le Net. S’engage une autre période. Moins turbulente. Mais période nouvelle, pleine d’attentes. Europe, Universités, Medias, RSA, Protection Sociale, Contrat de travail, Recherche…

Et que ferai-je, que dirai-je, qui serai-je, le 1er juin 2009, si je ne rate pas cet anniversaire ?

29 comments

  • Ce soir quand nous fêterons le mien (le vrai) nous aurons une pensée émue pour tes deux bougies bloguestes, bloguistes, blokozistes (non pas terrible non plus…) alors blo… Qu’il y en ai beaucoup comme cela pour notre plus grand plaisir !

  • Bonjour Koz,

    Félicitations pour ces deux ans. Au demeurant, tu me rappelles que ce jour ma belle-soeur prend un an de plus, et demain, mon épouse fait de même. Oups, j’avais failli oublier.

    Pour finir, exercice très salutaire qui devrait être fait beaucoup plus souvent, que de relire ses pensées et écrits 2 ans après, une fois le calme tombé et les conséquences mieux connues.

    Luc

  • Koz,

    Une remarque sur ton premier billet dont tu donnes le lien. A ton habitude (très bonne habitude), tu ne prétends rien sans le prouver par un lien ad hoc vers ta source. Mais là, seul le lien existe sans explication, et Internet n’étant pas figé, les liens ne pointent plus vers les pages de l’époque, et le billet devient ma foi quelque peu abscons. Donc, dans le futur, essayer de rédiger dans l’esprit que tout peut être simplement compris à la première lecture sans devoir suivre les liens (ce que tu fais ce me semble).

    Amitiés

    Luc

  • Koz, je suis rarement d’accord avec vous, mais j’aime bien vous lire. Je comprends de vos points de vue, même si je ne les partage en général pas, et j’interviens plutôt rarement.

    Mais pour la réforme en cours des universités, très très honnêtement, je pense qu’on est en train de faire une grosse erreur. Voire la satisfaction bipartisane sur le fait de réformer de cette façon est effrayant et indique en fait que personne n’y a vraiment réfléchi. A titre personnel, j’espère bien qu’une réponse viendra non pas des étudiants, mais des chercheurs

    Absolument personne ne conteste le besoin de réformer l’université, qui a de nombreux travers. Seulement, la réforme telle qu’elle est risque d’amplifier de façon dangereuse certains problèmes. D’abord, on ne réforme pas l’université sans penser à l’articulation avec les grandes écoles, à la recherche, et au troisième cycle. On ne réforme pas non plus l’université en deux semaines.

    Parlons autonomie maintenant. L’autonomie financière, oui. Mais pour le reste… L’autonomie de recrutement par exemple existe déjà pour les enseignants chercheurs, et engendre des problèmes énormes. Que propose-t-on pour les résoudre ?

    L’Italie a ses universités autonomes depuis 60 ans. C’est une catastrophe terrible. Hugues me demandait en commentaires pourquoi les universités italiennes sont la catastrophe, et pas les universités anglaises et américaines. La réponse est assez simple : parce que les universités italiennes se comportent comme des baronnies locales. Or, que va-t-il se passer avec des Présidents d’université quasi-omnipotents tels que nous le propose Sarkozy ?

    Je n’ai rien contre le fait de s’inspirer de ce qui se passe à l’étranger, mais essayons de comprendre pourquoi ça marche. Aux Etats-Unis, on a un système de recherche véritablement massif, avec beaucoup, beaucoup de petites universités. On a beaucoup de mobilité dans l’espace de toute la société (ce qui n’est pas que je sache, un caractère français). On a une vraie reconnaissance du diplôme du doctorat, inexistante en France, où on trouve toujours des tristes sires pour nous expliquer qu’un docteur en sociologie ou en histoire ne sert à rien. Cette reconnaissance implique qu’il y ait beaucoup d’étudiants en thèse, car c’est leur intérêt. Si les chercheurs permanents on un rôle moteur, les étudiants en thèse sont le fuel de l’université et de la recherche; sans étudiant en thèse, il n’y a tout simplement pas de recherche. L’une des questions cruciales quand on réforme l’université et la recherche est la suivante : le doctorat va-t-il être plus attractif ? Dans la réforme actuelle, on a : renforcement du mandarinat, incertitude croissante sur l’avenir et les débouchés, pas de manière de rééquilibrer la balance entre université et grandes écoles …. La réponse est clairement non; c’est donc pour moi une mauvaise réforme.

  • Je n’aurais qu’une question, complétement HS au demeurant: ils sont passés où les premiers commentateurs de ton blog ? Les Picpic, Marcel et autres JMS ?

    Il y a un de ces turn-over, ici….

    @ Luc:

    Oui, c’est la raison pour laquelle il est nécessaire de citer de larges extraits.

  • Bon Anniv Koz !!

    Donc voici ton horoscope annuel :

    « Vous êtes nés sous le signe du cancer, l’année 2007 vous réservera de grandes surprises car vous serez sous l’influence de mercure et Pluton. Vous démarrerez l’année sur des chapeaux de roue dans le domaine professionnel, à partir du mois de mai certaines propositions vous seront faites afin de vous faire évoluer au sein de votre entreprise. Pour les demandeurs d’emploi la chance est au rendez-vous pour trouver un emploi mais pas forcément dans la branche que vous désiriez. Côté sentimental l’année débutera par quelques disputes pour aboutir à des réconciliations dès le mois de février, pour les cancers nés sous le deuxième décan ou devrez savoir pardonner. Pour ce qui est de la santé, rien à dire, cette année sera une année exceptionnelle mais ce ne sera pas une raison pour faire des excès. »

    @Poly : Vas y dis tout de suite qu’on sent le pâté, nous les nouveaux 🙁

  • Bon anniversaire blog Koz.

    Je n’ai pas besoin d’en dire plus, Tom Roud m’a devancé. Je souscris en tout point à son commentaire.

  • [quote comment= »33591″]Ce soir quand nous fêterons le mien (le vrai) nous aurons une pensée émue pour tes deux bougies bloguestes, bloguistes, blokozistes (non pas terrible non plus…) alors blo… Qu’il y en ai beaucoup comme cela pour notre plus grand plaisir ![/quote]

    Bon vrai anniversaire à toi !

    [quote comment= »33595″]Koz,

    Une remarque sur ton premier billet dont tu donnes le lien. A ton habitude (très bonne habitude), tu ne prétends rien sans le prouver par un lien ad hoc vers ta source. Mais là, seul le lien existe sans explication, et Internet n’étant pas figé, les liens ne pointent plus vers les pages de l’époque, et le billet devient ma foi quelque peu abscons. Donc, dans le futur, essayer de rédiger dans l’esprit que tout peut être simplement compris à la première lecture sans devoir suivre les liens (ce que tu fais ce me semble).

    Amitiés

    Luc[/quote]

    Il faut que j’y pense effectivement. J’y pense davantage depuis que j’ai remarqué que les liens sur yahoo étaient temporaires.

    [quote comment= »33622″]Bon anniversaire! (moi z’aussi, d’ailleurs, comme Thaïs)[/quote]

    A toi tout autant, donc !

    [quote comment= »33616″]Koz, je suis rarement d’accord avec vous, mais j’aime bien vous lire. Je comprends de vos points de vue, même si je ne les partage en général pas, et j’interviens plutôt rarement.

    Mais pour la réforme en cours des universités, très très honnêtement, je pense qu’on est en train de faire une grosse erreur.[/quote]

    Réformer pour réformer n’est évidemment pas une fin en soi. Je ne suis malheureusement pas assez connaisseur de la question pour avoir un avis très éclairé. Je suis en revanche excédé par ses syndicats étudiants qui se comportent comme les pires conservateurs, bloquant toute possibilité de réforme depuis des années, usant de la facilité qu’il y a à envoyer les étudiants dans la rue, sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas toujours. Chirac a toujours reculé, j’avoue que j’attends plus de détermination de Nicolas Sarkozy. Même si la réforme pour la réforme

    Tiens, au passage, je relève que Nicolas Sarkozy s’est trouvé un allié « de poids », en la personne de Jack Lang. Encore un qui va se faire chauffer les oreilles rue de Solférino.

    [quote comment= »33618″]Je n’aurais qu’une question, complétement HS au demeurant: ils sont passés où les premiers commentateurs de ton blog ? Les Picpic, Marcel et autres JMS ?

    Il y a un de ces turn-over, ici….[/quote]

    PicPic passe parfois. D’obédience plutôt très à gauche, je ne suis aps persuadé que la lecture de mon blog soit bonne pour ses nerfs. JMS a commenté il n’y a pas très longtemps. Marcel, en revanche…

    Et non, london, toi pas sentir pâté.

    [quote comment= »33647″]Bon anniversaire blog Koz.[/quote]

    Merci à toi et à Delphine.

  • @ London:

    Oui, j’en ai marre de tous ces nouveaux qui débarquent… 😉

    Non, en fait, on a pu avoir des discussions intéressantes à l’époque quoique pour ma part, j’arrive environ 6 mois après la création de Koztoujours, donc je suis encore un jeunot par rapport à certains.

    Très bon anniversaire Koz, en espérant continuer deux ans de plus.

  • @Poly

    Tu as trouvé un bon camarade de jeux pourtant avec Pablo ? 😉

    Puisque l’on est dans les célébrations d’anniversaire, Koz… Ton blog te ressemble certainement : intelligent, tolérant, ouvert, passionné, impliqué, spirituel, fin et plein d’humour.

  • joyeux anniversaire grincheux…

    Amicalement 😉

    simplet

    post scritum : Pas de bêtises ce soir avec blanche neige…

  • Et bien , moi je voudrai dire que je ne me rappel pas comment j’ai atteri ici mais quoi qu’il en soit je suis tres heureux d’avoir vu la lumière et d’être entré 😉 bonne continuation ^^

  • Joyeux anniversaire ^^. C’est assez ironique, il y a deux ans ont etait dans le camboui, et aujourd’hui on sabrerai presque le champagne 🙂 .

  • [quote comment= »33725″]Puisque l’on est dans les célébrations d’anniversaire, Koz… Ton blog te ressemble certainement : intelligent, tolérant, ouvert, passionné, impliqué, spirituel, fin et plein d’humour.[/quote]

    On s’connaît ? 😆

    [quote comment= »33728″]post scritum : Pas de bêtises ce soir avec blanche neige…[/quote]

    Blanche Neige est toujours très entourée, dans une réunion de blogueurs.

    [quote comment= »33734″]Et bien , moi je voudrai dire que je ne me rappel pas comment j’ai atteri ici mais quoi qu’il en soit je suis tres heureux d’avoir vu la lumière et d’être entré 😉 bonne continuation ^^[/quote]

    Content que tu sois rentré.

    [quote comment= »33741″]Joyeux anniversaire ^^. C’est assez ironique, il y a deux ans ont etait dans le camboui, et aujourd’hui on sabrerai presque le champagne 🙂 .[/quote]

    Presque, oui. Mais clairement, même si le Traité en gestation n’est pas à la hauteur de la Constitution, on est passés de boulet à moteur. C’est appréciable.

    [quote comment= »33781″]Joyeux anniversaire et bravo pour le chemin parcouru. On compte sur toi pour la suite :)[/quote]

    A priori, tu peux.

  • Simplement pour vous dire qu’ayant découvert votre blog au hasard de mes lectures, je le regarde quotidiennement, même si je ne me sens pas assez compétente en général pour commenter ces posts d’une excellente qualité. Continuez sur votre lancée Koz ! Et bon anniversaire !

  • Bon anniversaire Koz! Ton anniv le même jour que la République des Blogs : c’est toi le porte-drapeau de la blogosphère (mal pensante) !

    Longue vie à toi, ton blog et aux tiens. Et aux autres aussi.

  • Bien que le connaisse depuis assez peu de temps, il me semble que votre blog est né d’ emblée avec l’ âge de raison. Gageons qu’ il évitera l’ âge bête. On aura besoin de lui jusqu’ en … 2017 (au moins !)

  • Je ne sais pas si vous me comptez dans la catégorie « nouveaux » ici, mais cela fait assez longtemps je sévis sur le net notamment sur publius, que j’ai découvert dans mon désespoir de voir le TCE si mal défendu sur la toile française.

    Mon engagement dans la bataille politique du net date de cette époque en réaction à toutes les âneries et hystéries lues ici ou là, un peu comme Koz, qui est parti en croisade à ce moment là, mais en ce qui me concerne une toute petite croisade, vu mes possibilités de temps et d’expression. Donc pour moi aussi c’est un anniversaire, je me joins avec plaisir aux remerciements à Koz pour la constance et la pertinence de ses cogitations netoises.

    Mais ma découverte du blog de Koz date d’un fameux article sur les caricatures relayé par Yahoo et dont je ne partageais absolument pas, mais alors vraiment pas l’avis … comme quoi … 🙂

    PS : pourquoi sommes nous obligés dès qu’une question se pose sur l’enseignement, les lycées, les universités (et même sur des sujets qui n’ont rien à voir avec l’enseignement supérieur et les « jeunes » en général) de nous farcir sur toutes les antennes ce politicard en herbe B. Julliard ? Autant que je sache il y a d’autres représentants des étudiants, pourquoi on ne les entend pas ? Comme si les journaleux n’avaient pas d’autres adresses dans leurs carnets… Pour mémoire : http://blog.cybermilitant.com/index.php/2006/03/22/239-unef-lettre-ouverte-a-bruno-julliard

  • Très bon anniversaire Koz ! Je te le redis , la lecture de ton blog est un bonheur quotidien . Je pense souvent que si la presse nous offrait des analyses aussi argumentées , précises et drôles que les tiennes nous serions plus intelligents . Merci aussi à tes fidèles commentateurs et un salut particulier à margit dont j’aime beaucoup les réactions .

  • Merci, c’est sympa de me dire ça. J’ai un coup d’mou aujourd’hui : du mal à me mobiliser sur un sujet. Un de ces jours où l’on trouve que tout cela, c’est beaucoup d’agitation. Un message comme le tien, celui d’Erick ou de tara me font bien plaisir.

    [quote comment= »33800″]Ton anniv le même jour que la République des Blogs : c’est toi le porte-drapeau de la blogosphère (mal pensante) ![/quote]

    J’ai toujours rêvé d’être un rebelle. En vain.

  • Et bien bon anniversaire, Koz.

    Et je crois que personne ne pourra vous en vouloir de votre « coup d’mou ». J’aurais plutôt tendance à admirer la constance avec laquelle vous tenez la maison. Et à quel niveau !

  • Bon anniversaire donc , Koz , pour vos deux ans et pardon de ne pas avoir écrit plus souvent sur votre site , mais je ne fête quant à moi que mes 6 mois d’existence…seulement .

    A bientôt en tout cas , dès que j’aurai quitté la crêche pour vous rejoindre .

    gold31

  • oui, bravo pour ce blog, agréable et ouvert, pas squatté par des règlements de compte….

    j’ai envisagé d’ouvrir le mien..puis ai renoncé au vu du travail que cela doit représenter je préfère l’ouvrir chez les autres…

    as tu (on se tutoie?) vu combien de blogs ont fermé au lendemain du 6 mai…j’en ai repéré trois que je fréquentais régulièrement: Bernard Salanié, Pierre Bilger, Michel Onfray… tous troisdisent: trop de boulot, d’autres projets, parfois un peu de déception sur l’évolution des idées…

  • salut koz, en allant rôder sur le site lavande et coquelicots de la fayette , j’ai eu le lien pour attérir sur le tien . Alors bon anniversaire à toi ,le mien c’est dimanche 1er juillet , à notre époque c’était officiellement le premier jour des vacances scolaires , le top pour débuter une vie de chat . très bien ton site ! j’irai me ballader dans tes verts pâturages

    Amitiés félines

Les commentaires sont fermés