Appel à la vérité

En ce Jeudi Saint, fête des prêtres, nous lançons un appel, appel à la vérité. Sur les abus sexuels, sur Benoît XVI, et sur l’Eglise catholique.

Retrouvez le texte de l’appel, la liste des signataires sur le site de l’Appel à la vérité, et signez l’appel.

*

L’appel

Les affaires de pédophilie dans l’Église sont, pour tous les catholiques, une source de peine profonde et de douleur extrême. Des membres de la hiérarchie de l’Église ont eu, sur certains dossiers, de graves manquements et dysfonctionnements, et nous saluons la volonté du pape de faire toute la lumière sur ces affaires.

Avec les évêques, et en tant que membres de la même Église, les laïcs catholiques assument le poids des crimes de certains prêtres et des défaillances de leurs supérieurs ; ils se rangent résolument, ainsi que le Christ invite à le faire, du côté de ceux qui souffrent le plus de ces crimes, c’est-à-dire les victimes, tout en priant pour les coupables.

Quant à nous, nous souhaitons de tout cœur que toute la vérité soit faite et qu’avec le concours de tous les hommes et femmes de bonne volonté, il soit débattu sereinement et fraternellement, dans l’Église catholique, de tout ce qui a pu rendre possible ces offenses portées aussi au Christ.

Dans le même temps, nous regrettons l’emballement et la surenchère médiatiques qui accompagnent ces affaires. Au-delà du droit à l’information, légitime et démocratique, nous ne pouvons que constater avec tristesse, en tant que chrétiens mais surtout en tant que citoyens, que de nombreux médias dans notre pays (et en Occident en général) traitent ces affaires avec partialité, méconnaissance ou délectation. De raccourcis en généralisations, le portrait de l’Église qui est fait dans la presse actuellement ne correspond pas à ce que vivent les chrétiens catholiques.

Tout en redisant notre horreur devant le crime de prêtres pédophiles et notre solidarité envers les victimes, nous appelons les médias à une éthique de responsabilité qui passerait par un traitement plus déontologique de ces affaires. Les phénomènes d’emballement médiatiques ne sont pas réservés, et de loin, à l’Église ; mais nous sommes fatigués et meurtris de cet emballement-là. Nous pensons à tant de prêtres qui portent avec courage, et parfois dans la solitude, le message du Christ.

Nous sommes avec eux.

Nous saluons la lettre des évêques de France au pape Benoît XVI, et souhaitons voir l’Église catholique sortir avec sérénité et responsabilité de cette épreuve douloureuse.

l’Appel à la vérité


Auteur

Monoépoux, multipère, fidèle à plus d’un titre.

Avocat (associé fondateur BeLeM Avocats), auteur de Ca ira mieux demain (Sept. 2015) et de Identitaire – Le mauvais génie du christianisme (Janv. 2017)

Billets à peu près similaires

115 commentaires

  • Bah exprimé comme cela, un appel à la recherche de la vérité, une critique de l’emballement médiatique et de la société du spectacle, un soutien aux membres d’une corporation injustement salis par les errements de quelques uns … Quasiment même un athée pourrait signer ! 🙂

  • On a le droit si on est pas chrétien ?

    Parce que « Au-delà du droit à l’information, légitime et démocratique, nous ne pouvons que constater avec tristesse, en tant que chrétiens mais surtout en tant que citoyens, que… »

  • On a évidemment le droit si on n’est pas chrétiens. On a eu un doute en notant que la quasi-totalité de nos signataires étaient chrétiens, si ce n’est tous. Mais on n’a justement pas voulu fermer la porte à la signature de certains, tels que toi, qui ne sont pas chrétiens, donc, mais qui partagent notre sentiment.

  • Et puis, je précise aussi que nous avons tous notre perception. Ce texte représente une exigence minimum et si elle était respectée, on serait déjà heureux comme ça.

  • Il est destiné à donner l’occasion d’apporter un autre éclairage (ce que l’on commence déjà à faire avec les journalistes qui nous appellent), à témoigner d’un large soutien et du fait que les cathos (pour ce qui les concerne) ne sont pas terrés dans un trou à douter de leur Eglise et, par la suite, nous envisageons de maintenir le site pour y poursuivre la réflexion, voire organiser une soirée-débat. Nous verrons. Je rappelle que l’idée a surgi samedi matin.

  • Belle réaction face à ce que traverse l’Église. Cependant, si le maître de ces lieux veux bien me pardonner une toute petite remarque je crains que ce n’était pas le bon jour. Non pas le Jeudi Saint mais le 1er avril.

  • Je ne signe pas, je pense que c’est un manoeuvre pour montrer que qu’il y a une opinion chrétienne ou catholique qui se heurte à un pape qui ne veut pas répondre … Enfantin, mais efficace pour nous « descendre » encore plus dans l’opinion publique.

  • Bravo pour cette initiative.

    Une interrogation me taraude toutefois à ce sujet:

    Pour que toute la vérité soit établie, iriez-vous jusqu’à souhaiter que B16 aille témoigner devant un tribunal aux USA ?

    Je n’écris pas cela pour créer une nouvelle polémique en ce Jeudi Saint, mais simplement parce que j’ai entendu sur une radio ce soir qu’il en était question et que notre pape semblerait réticent (selon les journalistes).

    (S’il y va, cela risque d’être difficile et s’il refuse ce ne sera pas bon non plus pour son image, donc je m’interroge sincèrement.)

  • « un manœuvre pour montrer que qu’il y a une opinion chrétienne ou catholique qui se heurte à un pape qui ne veut pas répondre… »

    Y a-t-il quelque chose dans le texte qui puisse laisser penser ça ??

  • Salut,
    belle initiative mais je me pose quand même la question de la représentativité de l’Eglise en France. N’y a-t-il que les « intellos » qui s’insurgent ? Au regard des signataires (et j’ai pour la plupart beaucoup de respect),il semble que oui…mince !

  • Non, mais c’est ce qui reste en général dans les medias, le combat est d’une autre nature que celui de l’intelligence et de la transparence. Je n’ai jamais signé de pétition (sauf une ou deux). Je déteste être mis sur le même plan que tous les « beaux esprits » – fussent-ils chrétiens (variante moderne des dames patronnesses). Ce serait là plutôt la vraie raison de ma réponse avec un nom dans la liste qui ne me plait pas … Je n’essaie pas de faire facile, je le reconnais.

  • @ Antoine

    Lorsque l’on parle de représentativité il faut être prudent et y inclure des notions type : Internet, canaux d’informations sur Internet, centres d’intérêt, pourcentage de chance de tomber sur cette pétition, etc… afin de pondérer l’aspect d’une liste vis à vis de la population générale.

  • Une sortie à l’air libre ! Je me demandais que faire, à la suite de nos évêques. Merci Kotz ! Aucune objection lue ici n’a réussi à gâcher ma joie.

  • Bonjour, il me semble qu’il y a un bug sur l’appel. Le message qui s’affiche est « Désolé, quelqu’un a déjà essayé de signer la pétition avec cette adresse mail », ça me semble hautement improbable…

  • Well done, indeed, j’ai signé et je relaie.

    Il est normal que les « parrains » soient des gens connus. La liste complète des signatures est sociologiquement plus diverse.

  • J’ai reçu un message comme quoi un mail m’était envoyé pour valider ma signature et point de mail et bien sûr, mon nom n’apparaît pas sur la liste. Pour une fois que je donne mon vrai nom et mail personnel.

    Sinon, j’espère que cet appel soit plus efficace que les produits pour faire pousser les cheveux.

  • @ Hugues: avez-vous eu une difficulté pour le faire et avez-vous recommencé rapidement ? Si vous l’avez fait une deuxième fois en pensant que la première n’était pas passée, ça peut être ça.

    @ Pepito @ Aristote: 400 signatures sont tombées en quelques minutes. Apparemment, en plus, le site est sur OVH, et OVH aurait des difficultés avec la transmission des mails. Galère…

    Condé a écrit:

    Non pas le Jeudi Saint mais le 1er avril.

    Il est publié le 2 avril au Figaro. Et de toutes façons, le Jeudi Saint est le jour de la Fête des Prêtres. C’était tout à fait approprié. Et l’on oubliera que c’était le 1er avril très vite. Donc, moi, perso, je m’en fiche.

    Roque a écrit:

    je pense que c’est un manoeuvre pour montrer que qu’il y a une opinion chrétienne ou catholique qui se heurte à un pape qui ne veut pas répondre …

    Ce n’est pas non plus Ben Laden qui a commandité le 11 septembre. C’est Georges Bush. Pour attaquer l’Irak. Et les juifs étaient au courant. Si, si. Je le tiens de source sûre.

    Reprenez les noms des signataires. Je pense que l’on peut faire confiance à leurs conviction, et à leur capacité d’analyse.

    Pepito a écrit:

    Sinon, j’espère que cet appel soit plus efficace que les produits pour faire pousser les cheveux.

    Il a déjà l’avantage de nous permettre de répondre à quelques journalistes, et de nous faire un peu entendre.

    Antoine a écrit:

    N’y a-t-il que les « intellos » qui s’insurgent ? Au regard des signataires (et j’ai pour la plupart beaucoup de respect),il semble que oui…mince !

    Pour lancer un Appel et qu’il ait du retentissement dans les médias, il faut des « noms ». Ou présenter une pétition de 100.000 signatures.

  • Pour ce qui est des problèmes techniques, je tiens à préciser qu’en signant hier soir, j’ai reçu le mail de validation directement dans mon « Courrier indésirable ». Si ceux qui ne l’ont pas reçu n’ont pas été voir, je les y invite.

  • Ce qui serait aussi intéressant, c’est de connaître la liste de ceux qui, sollicités, n’ont pas souhaité signer. Il y en a aussi dans les milieux catholiques. Exemple ce matin, sur France Inter : Olivier Bobineau, entre autres prof à la Catho, et Jean-Louis Schlegel, dont il est difficile de dire qu’il est un ennemi de l’Eglise, ont expliqué leur refus. Le rédac-chef de Témoignage chrétien non plus n’a pas signé et explique en gros pourquoi dans son éditorial du dernier numéro : http://www.temoignagechretien.fr/articles/article.aspx?Clef_ARTICLES=1707&Clef_RUBRIQUES_EDITORIALES=1.

    Et il y en a d’autres…

  • J’ai fait ma deuxième tentative environ 3/4 d’heure ou une heure après la première. Moi non plus, je n’ai jamais reçu le mail de confirmation annoncé sur le site. Et d’ailleurs je vois que la liste n’a pas évolué depuis plusieurs heures, ce qui me fait dire que l’on doit être quelques uns à rencontrer le problème que je vous avais signalé par Twit. Merci en tous cas pour votre action…

  • @ Djedj: pensez-vous qu’à chaque appel, on recense les gens qui ne le signent pas ? Il y a bien sûr des gens qui ne partagent pas cet appel, et c’est logique, c’est normal. Que le rédac-chef de Témoignage Chrétien ne signe pas, mon Dieu, quelle surprise. Christian Terras non plus n’a pas signé. Il faut dire qu’on ne le lui a pas demandé. L’un des journalistes de TC l’a fait, en revanche.

    Je suis curieux de connaître les raisons de Schlegel. Je pourrai les confronter à celles qu’il m’a écrites, disant notamment : « j’apprécie cependant votre texte, très équilibré« , mais considérant que l’Eglise paie le prix de sa centralisation.

    Hugues a écrit:

    J’ai fait ma deuxième tentative environ 3/4 d’heure ou une heure après la première. Moi non plus, je n’ai jamais reçu le mail de confirmation annoncé sur le site.

    Ce doit être la raison. Avez-vous regardé dans le répertoire de spams de votre boîte mail ?

    Pour ce qui est de la liste, en effet, je ne sais pas s’il y a saturation du serveur ou quoi ou qu’est-ce, il faut que je m’enquérisse de la situation.

  • Donc, il y a une petite surcharge : les signatures affluent au rythme de 1 toutes les trois secondes. On arrive à plus de 2.200. L’affichage correspondant va suivre.

  • « nous assumons » ?

    Non, je n’assume pas ça. J’assume le Denzinger, j’assume Humanae Vitae ou le Syllabus par exemple. J’assume le droit canonique, pas le fait qu’on ne l’applique pas.

    Désolé. Je n’y suis pour rien, et ça ne faisait pas partie du contrat le jour de mon baptême.

  • Bah il y aura toujours des esprits chagrins pour critiquer l’initiative quelle qu’elle soit. On aime bien faire sa coquette et sa mijaurée en France, surtout pour masquer sa pusillanimité et son inaction (je critique ici la critique de l’initiative, non le fait de ne pas être d’accord avec les termes de la pétition).

    L’édito de TC est à côté de la plaque. Le texte de la pétition ne fait référence à nul « complot » ; ce ne sont pas non plus les mass-media qui ont « forcé » l’Eglise à prendre des mesures plus fermes, même si l’on ne nie pas leur rôle important dans la prise de conscience. L’édito de TC oublie aussi étrangement que ces mêmes mass-media, pour certains, faisaient ouvertement la promotion de la pédophilie qqs années plus tôt.

    Les media sont utiles lorsqu’ils décrivent des faits réels. Ils sont particulièrement nuisibles lorsqu’ils donnent, par idéologie ou cynisme affairiste, dans la contrefaçon ou la dénaturation des faits. La pétition rappelle simplement les journalistes à leur basique devoir déontologique, tel qu’exprimé dans la charte de Munich (http://www.journalistes-cfdt.fr/charte-1918/charte-de-munich.html). Il en va de leur crédibilité, ils auraient donc tort de l’ignorer.

    Bref, l’edito de TC est d’une telle naïveté qu’on ne peut s’empêcher de penser aux idiots utiles chers à Lénine (l’un des tout premiers était journaliste au NYT…)

  • Hugues : ici, pas de problème avec gmail… mais j’ai sans doute signé au début de la « vague ».

    Je me rappelle d’un maître de stage qui me disait qu’avant de publier une information, il fallait la vérifier. Et il m’est arrivé de constater -lors de cette vérification- que la coupure de presse qui me servait de base, de départ, était parfois loin des faits.

    Evidemment, vérifier une information, ça prend du temps. Evidemment, on court le risque d’obtenir un article moins racoleur. Mais n’est-ce pas le travail des journalistes de nous donner une information vérifiée ? Autrement, on parle de propagande, non ?

  • Pour les journalistes, c’est justement pour ça que je m’informe sur Internet!! Quoi qu’en disent nos journalistes bien pensants, Internet (et ce blog en particulier) donne des informations bien meilleures et des analyses bien plus sures!!

    Pour le mail de con firmation, je suis Hotmail et il n’y a rien ni dans les spams ni dans la boite de réception, et je ne crois pas à l’anti spam: j’ai déjà signé une pétition en anglais, et elle n’avait pas été bloquée par hotmail…

  • L’édito de Témoignage Chrétien vaut en effet son pesant de cacahouètes.
    En particulier la défense de Plantu, qui « s’il a dérapé, saura certainement s’excuser ».

    Moi, je ne pose pas en fan de Plantu, mais j’ai quand même compris que ce « dérapage » sur l’Eglise s’inscrit tout à fait dans sa ligne éditoriale. En témoigne, entre autres, un dessin d’il y a quelques semaines, ou le pape et la curie était implicitement traités de « backroomeurs », dans une très subtile dénonciation des propos « homophobes » du pape en Grande-Bretagne.

    Ca m’etonnerait pas mal que Plantu souhaite s’excuser. Tout me donne l’impression que ses dessins « osés » sur l’Eglise lui permettent de mettre un peu de soufre dans une image un peu trop lisse, le tout sans facher son lectorat.

  • Je reviendrai sur vos commentaires, excusez-moi, mais comme ça prend beaucoup d’ampleur, ça prend aussi du temps.

    Bref passage pour préciser que nous sommes à plus de 3.000 signatures (visibles sur le site).

  • Le cas du Père Murphy est censé illustrer l’implication de Benoît XVI dans les tentatives d’étouffer les affaires de pédophilie dans l’Eglise. Le New York Times voudrait nous convaincre que, dans cette affaire, l’évêque de Milwaukee n’aurait pas été suivi au Vatican lorsqu’il avait demandé des sanctions. Ce serait la preuve que c’est à l’échelon le plus élevé qu’il y aurait eu volonté de dissimuler.
    Il y a pourtant un élément étrange dans cette histoire puisqu’il a fallu attendre plus de vingt ans pour que le dossier soit transmis à Rome. Il me semble que les média accusateurs ne sont guère penchés sur cet aspect de l’affaire. Or, quelques recherches rapides sur internet nous révèlent des informations sur lesquelles on ne s’est guère étendu.
    Entre 1977 et 2002, le siège de l’archevêché de Milwaukee fur occupé par Rembert Weakland ; cette période est postérieure aux exactions du Père Murphy mais c’est bien le même archevêque prétend n’avoir pas été écouté à Rome en 1996 alors qu’il a attendu vingt ans pour transmettre le dossier.
    L’archevêque Weakland n’est pas un personnage ordinaire. Il fut probablement le plus farouche opposant à Jean-Paul II. Il prit le contrepied des positions de l’Eglise sur toutes les questions de morale (ordination des femmes, attitude « compréhensive » à l’égard de l’avortement, défense de l’usage du préservatif, critique de la condamnation des actes homosexuels etc.) [http://en.wikipedia.org/wiki/Rembert_Weakland et http://97.74.65.51/readArticle.aspx?ARTID=23931%5D. En d’autres termes, un archevêque selon les vœux de tous les « libéraux » (New York Times en particulier)!
    En examinant la biographie de Rembert Weakland, on découvre qu’il quitta sa charge dans le déshonneur le plus complet : il avait puisé dans les fonds de l’archidiocèse pour acheter le silence de son ancien amant. Dans un ouvrage de souvenir paru en 2009, il admet être homosexuel [http://en.wikipedia.org/wiki/Rembert_Weakland].

    Voilà qui est déjà troublant mais, pour revenir à l’affaire Murphy, il apparaît que, pendant la période cruciale, l’archevêque Weakland a rejeté, de manière répétée, les plaintes à l’égard de prêtres pédophiles, plaintes qu’il a qualifiées de calomnies. Il a surtout détruit des rapports qui lui avaient été transmis [http://www.infiniteunknown.net/2010/03/25/former-milwaukee-archbishop-rembert-weakland-routinely-shredded-copies-of-weekly-reports-about-sexual-abuse-by-priests-flashback/].

    En conclusion, il faut un fameux culot (et même une certaine ignominie) pour avoir utilisé contre Benoît XVI une affaire aussi louche, gérée à l’échelon local par un homme convaincu de vol, de mensonge, de manquement à ses vœux de prêtre et de désobéissance répétée à l’égard du magistère. Si l’intervention de l’archevêque Weakland prouve une chose, c’est bien l’influence catastrophique du clergé contestataire et a contrario la pertinence des actions engagées par Benoît XVI : tout le contraire de ce que les média voulaient nous faire croire.

  • @ Xavier

    Certes, le problème, c’est Weakland pas B16, mais reste la question : comment des Weakland et des Maciel pour faire bonne mesure, arrivent-ils à sévir aussi longtemps ?

    Pas de vraie culture de contrôle au Vatican ? Pas impossible.

  • @Aristote

    On accuse constamment le Vatican d’autoritarisme, on crie à tout moment à l’Inquisition. Il suffit de se souvenir du barouf autour du déplacement de Monseigneur Gaillot (d’ailleurs lui aussi impliqué dans une affaire de négligence à l’égard d’un pédophile).
    Voilà qu’à présent on change complètement de pied en reprochant à Rome son manque de sévérité. C’est curieux, on nous a assez répété qu’il faudrait davantage de collégialité et maintenant on nous explique que le Pape aurait dû tout centraliser. Il a fallu très longtemps à Jean-Paul II pour se faire entendre et pour que soient appliqués ses enseignements car il lui a fallu attendre le renouvellement progressif des épiscopats. D’ailleurs, que n’a-t-on pas entendu à ce propos (reprise en main, réaction etc) ; encore très récemment la nomination de Monseigneur Léonard a provoqué des remous en Belgique. Le Vatican n’a pas beaucoup de moyens d’action lorsque les désobéissances sont massives; ce n’est que par le vieillissement naturel ou les départs volontaires que le personnel ecclésiastique a pu changer.

  • @ Xavier

    Mon « Pas impossible » était tongue in cheek comme disent les Anglais. J’ai toujours pensé que l' »autoritarisme » du Vatican était largement surfait.

  • Bonjour Koz,

    Comme vous le savez sûrement, Pâques est fêté cette année le même jour pour tous les Chrétiens.
    Un rassemblement des Chrétiens d’Ile-de-Fance, Catholiques, Protestants, Orthodoxes, a lieu dimanche matin à 07h30 à la Défense.
    Les évêques d’Ile-de-France seront présents.
    Le rassemblement durera moins d’une heure et sera centré sur la lecture de l’Évangile de la Passion (St Jean).
    L’URL suivante vous donnera plus de détails :
    http://paques2010.blogspot.com/

    Je sais que c’est un peu tôt le matin, surtout pour un dimanche de Pâques, mais j’y serai !

  • Euh… Koz… toujkours pas de mail de confirmation au bout de 3 jors…
    C’est normal ou c’est du à hotmail?

  • J’ai finalement signé.

    « Faire la vérité » j’avoue que j’avais mal compris le titre Je pensais que c’était à nous chrétiens de faire la vérité et je n’avais pas capté que cela pouvait s’adresser aux journalistes. C’est pour vous dire ce que je pense au plus profond des journalistes … C’est involontaire !

  • 6000 signatures depuis aujourd’hui.
    Dont la mienne, of course.
    En partie pour dire que le temps que nous passons à expliquer ce que nous ne sommes pas, les crimes dont nous sommes innocents, les complots que nous n’ourdissons pas, est autant de perdu pour annoncer, non pas ce que nous sommes, nos projets et nos espérances, mais L’annoncer, Lui.
    Qui devrait ressusciter demain, selon toute vraisemblance.
    Sursum corda.

  • @ Roque:

    « Faire la vérité » j’avoue que j’avais mal compris le titre Je pensais que c’était à nous chrétiens de faire la vérité et je n’avais pas capté que cela pouvait s’adresser aux journalistes.

    De mon côté, j’ai signé, entre autres, précisément parce que le texte demande aux chrétiens de travailler à la mise au jour de la vérité:

    Quant à nous, nous souhaitons de tout cœur que toute la vérité soit faite et qu’avec le concours de tous les hommes et femmes de bonne volonté, il soit débattu sereinement et fraternellement, dans l’Église catholique, de tout ce qui a pu rendre possible ces offenses portées aussi au Christ.

    On ne peut pas demander à la presse de nous fournir la vérité à elle toute seule. Dans cet appel, il lui est simplement demandé de ne pas la caricaturer, la travestir, ou la généraliser abusivement.

  • Y a t-il un léger aspect casuiste dans cet appel? Il eut été intéressant de voir une similaire débauche d’énergie pour dénoncer l’étouffement chronique de ladite vérité par l’omerta cléricale.

  • je n’aime pas beaucoup le titre « appel à la vérité » qui a un relent
    « Pravda », simplificateur et diabolisant, j’apprécie très modérément certains des pétitionnaires: barjot et miclo, très largement d’aussi mauvaise foi que leurs contradicteurs, je trouve le style ampoulé et compliqué, mais j’ai signé…

    car la recherche obstinée de la vérité, le débat entre les parties concernées, la modération de l’emballement médiatique, sont des valeurs que je partage. Et la facilité intellectuelle, la quasi fascination des médias pour les questions qui mélangent sexualité et religion sentent plutôt le conformisme que le courage et le journalisme…

  • Vous le devinez, je ne partage pas votre premier paragraphe, mais je suis de fait d’autant plus sensible à votre signature. Merci.

  • Un article de http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2891
    de Laure Daussy

    C’est un appel qui étonne à bien des égards. Autant par les noms de ses initiateurs que par la liste des premiers signataires, qui ont peu de points communs, si ce n’est d’être chrétiens. De Yvan Rioufol, éditorialiste au Figaro connu pour ses positions très conservatrices, à Henri Tincq, ancien spécialiste religion au Monde, plutôt progressiste. Des personnalités connues du grand public, Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine, Christian Vanneste, député UMP, qui s’était fait remarquer pour des propos homophobes, ou encofre Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille. La pétition, mise en ligne jeudi midi, a récolté 3500 signatures en deux jours. A l’origine de l’appel, quatre «copains de copains», qui ont voulu «marquer le coup» après la lettre des évêques de France au Pape , la semaine dernière, dans laquelle ils l’assuraient de leur soutien.
    Quatre initiateurs, donc: Natalia Trouiller, journaliste à RCF, et blogueuse, Koz, blogueur sur Koztoujours, avocat, qui ne cache pas son catholicisme militant, François Miclo, philosophe. Sans oublier Frigide Barjot, de son vrai nom Virginie Merle, humoriste, chroniqueuse dite «mondaine», belle-sœur de Karl Zero. Qui, touché par la grâce, s’est engagée corps et âme dans la foi catholique, créant un site , et un groupe Facebook «Touche pas à mon Pape», pour le défendre au moment de l’affaire Williamson, du nom d’un évêque intégriste qui avait prononcé des propos négationnistes.
    Si les signataires ne contestent pas la réalité des affaires de pédophilie révélées à répétition depuis plusieurs semaines, ils regrettent «l’emballement et la surenchère médiatiques» qui accompagnent ces affaires. « De nombreux médias dans notre pays (…) traitent ces affaires avec partialité, méconnaissance ou délectation».
    Qu’en est-il?
    Pour les signataires de l’appel, l’un des manquements de la presse résiderait dans le traitement des affaires révélées par le New York Times, et reprise par la presse française. Le journal révélait que Josef Ratzinger, chargé de la Congrégation pour la doctrine de la foi, n’avait pas relevé de ses fonctions un prêtre américain qui avait commis des abus sexuels sur au moins deux cents enfants malentendants. Or, «aucun journal n’explique que la source du New York Times est Jeff Anderson, un avocat membre des « Born again », groupe d’évangélistes fondamentalistes, qui veut la peau du pape, et dépense énormément d’argent pour dénicher des affaires de pédophilie dans l’église» dénonce Koz, l’un des blogueurs à l’initiative de l’appel.
    Anderson est-il un « born again » ? @si n’a retoruvé aucune trace d’une telle affiliation. En tout état de cause, le nom de Anderson est mentionné dans peu de journaux. Seul un article du Monde.fr, repris d’une dépêche AP, qui reprend elle-même un article de l’Huffington Post, mentionne son nom. Jeff Anderson est ainsi présenté :
    «Depuis 1983, Jeff Anderson et les cinq autres avocats de son cabinet, situé au centre de Saint-Paul (Minnesota), ont poursuivi des milliers de prêtres, d’évêques et de diocèses sur des allégations de violences sexuelles et d’abus commis par des prêtres et autres responsables catholiques. Il prétend n’avoir aucune idée de combien il a gagné avec ces affaires. En 2002, il estime que ce chiffre tourne autour de 60 millions de dollars (44,6 millions d’euros). « Ce n’est pas une question d’argent », affirme-t-il cependant. Il professe une profonde empathie avec les victimes d’abus, qu’il appelle les « survivants ». Lui se décrit comme un « ancien athée », qui a redécouvert la foi en Dieu grâce à sa guérison de l’alcoolisme. Son volontarisme à traquer des pédophiles dans l’église catholique est bien relaté, mais pas son éventuelle appartenance aux «Born again».

    La journaliste du Monde chargée de la religion, Stéphanie Le Bars, ne l’a en revanche jamais cité, faisant référence uniquement aux documents du New York Times. Elle explique pourquoi : «Qu’il soit fondamentaliste et veuille s’en prendre directement au Pape ne change pas l’information». «Tout document donné en source à un journal procède forcément d’une intention particulière», estime-t-elle, balayant ainsi l’importance de toute éventuelle intention de nuire de la part d’Anderson. «Ce qui est important, ici, c’est que les documents et les faits soient avérés. Or, c’est le cas, et le Vatican lui-même ne remet pas en cause ces documents».
    « On reprend les propos d’un illuminé »
    – Autre reproche, les signataires dénoncent le traitement des réactions des catholiques irlandais suite à la lettre d’excuse du pape qui leur a été envoyée. Selon Natalia Trouiller, la dépêche AFP, très reprise par les journaux, ne mentionne que des réactions négatives des victimes. «Ne sont rapportées par nos journaux (qui se basent tous, peu ou prou, sur la même dépêche AFP) que les réactions négatives des victimes ou de leurs associations. Or, si l’on prend le temps de vérifier toutes les interviews données ici ou là par les représentants de ces associations, la vue d’ensemble est nettement plus nuancée» écrit la journaliste de RCF dans son blog. Et de citer un article du Irish Times, titré «Mixed reaction to Pope’s letter», « Des réactions mitigées à la lettre du Pape», dans lequel une association parle de cette lettre comme « d’un acte décisif, écrit en toute honnêteté et transparence, qui pourrait rétablir le respect et la bonne volonté du peuple irlandais envers l’église catholique ».
    Qu’en est-il de cet argument ? La réaction ci-dessus ne se trouve pas, effectivement, dans la dépêche AFP traitant du sujet. Néanmoins, si elle ne reprend pas celle-là, elle mentionne une autre réaction positive à la lettre, celle de l’archevêque de Dublin, qui explique qu’il s’agit «d’un pas de plus dans le processus de renouvellement et de guérison dans l’église catho». L’argument des signataires de l’Appel semble donc peu convaincant. Chantal Valette, responsable du service religion à l’AFP, explique par ailleurs que c’est le bureau de Londres qui a traité cette dépêche, sans être sur place en Irlande. D’où la difficulté d’être exhaustif. Le manque de réactions ne procède donc pas de la volonté de les occulter mais bien de la difficulté à avoir accès à toutes les associations sur place. «Par ailleurs, si une association n’a pas été jugée représentative, elle n’a pas été intégrée au papier», explique-t-elle. Du côté du Monde, qui a repris en partie des réactions de la dépêche AFP, Stéphanie Le Bars explique que les premières réactions à la lettre étaient bien la déception, d’où la focalisation sur celles-ci dans son article.
    – Koz se dit par ailleurs « scandalisé » que des journaux aient repris l’information selon laquelle Mehmet Ali Agca, qui avait voulu tuer Jean-Paul II, appelle à la démission de Benoît XVI . «On reprend les propos d’un illuminé». « Il n’a aucune légitimité, reprendre ses propos montre bien la volonté de profiter de tout se qui peut nuire au Pape». A l’origine de ces articles relatant les propos de Mehmet Ali Agca, une dépêche AFP.
    Pourquoi l’AFP a-t-elle donc choisi de traiter ce sujet? Interrogée par @si, Chantal Valette estime que, lorsque Ali Agca s’exprime, c’est une « curiosité, qui mérite d’être relatée. » Toutefois, assure-t-elle, la dépêche, est traitée sur un «mode insolite», avec «la distance nécessaire» et «insiste sur le côté illuminé de la personne». En l’occurrence, la dépêche mentionne effectivement que Mehmet Ali Agca se présentent «comme le Christ éternel», qu’il «annonce la fin du monde, assurant que d’ici la fin de ce siècle, tous les êtres humains vont mourir». De quoi pondérer les appels à la démission lancés par le personnage.

    Pédophilie et célibat des prêtres
    – Autre critique des signataires, le « silence des journaux face à l’action de l’église contre la pédophilie ». «Si les scandales pédophiles sortent à présent, c’est bien que le Pape a été le premier à prendre le problème à bras le corps», insiste Koz. «On ne parle jamais de l’action des évêques français, notamment
    Or, la lecture de quelques articles prouve le contraire. Dans une dépêche AFP du 26 mars, on trouve mention d’une brochure des évêques de France, destinée à lutter contre la pédophilie dans l’église. «L’église catholique rappelle qu’elle n’est pas restée muette ni inactive. Elle rappelle avoir publié en 2000 un document épiscopal sur le sujet, et en 2002 et une brochure intitulée «lutter contre la pédophilie», écrit Chantal Valette. Dans Le Monde, Stéphanie Le Bars souligne « l’action inédite et déterminante du Pape. «La situation de Benoît XVI est paradoxale: jamais avant lui un pape n’était allé aussi loin dans la dénonciation de ces crimes ignobles. » écrit-elle dans un article paru le 28 mars.Les signataires, enfin, sont « choqués » du lien « trop vite établi » entre pédophilie et célibat des prêtres. Genèse de l’histoire, Hans Küng, éminent théologien opposé à Benoit XVI, évoque dans une tribune parue dans Le Monde, l’idée selon laquelle le célibat des prêtres serait la cause de leur penchants pédophiles. Thèse reprise par plusieurs éditorialistes et articles. «Inadmissible» s’emporte François Miclo. «On a insinué que l’église produit dans son essence même de la pédophilie au sens ou le célibat des prêtres porte en soi ce risque» analyse le philosophe à l’origine de l’appel.Reproche partagé, cette fois-ci, par Stéphanie le Bars. «C’est une analyse à courte vue, qui n’aurait pas dû être repris telle quelle dans les médias.» C’est d’ailleurs, pour la journaliste du Monde, « le seul reproche que l’on puisse faire à certains journaux sur leur traitement des affaires de pédophilie dans l’église.  » Contrairement à la presse allemande ou américaine, qui ont parfois mentionné des informations invérifiables, les journaux français m’ont paru faire preuve de beaucoup de mesure », estime -t-elle. Ironie de l’histoire, toutefois, un édito…du Monde a mentionné un lien éventuel entre célibat des prêtres et pédophilie.

  • Premier point : cette Laure Daussy parle « d’évêque intégriste », sans autre précision (le péché par omission). Si on ne connait pas bien le sujet, on pourrait supposer que cet évêque, puisqu’il est évêque, est membre de l’Eglise catholique romaine, ce qu’il n’est pas, formellement et matériellement – même après la levée de son excommunication – puisque, précisément, il est dit « intégriste ».
    Deuxième point : l’un des protagonistes directs de cette affaire « Murphy », et, non l’un des moindres*, met en cause directement l’authenticité de certains documents publiés par le NYT, ainsi que l’intention et les propos qui lui sont attribués. Aucun journal n’a pris la peine, comme on le fait dans n’importe quel procès, d’entendre la version des faits de tous les protagonistes sans à-priori. C’est une accusation purement à charge, et si c’est là une méthode qu’on apprend dans les écoles de journalisme, y a du souci à se faire.
    Troisième point : affirmer que les media (y compris la sainte AFP) n’avaient pas l’intention de mouiller à n’importe quel prix le pape Benoit XVI, c’est prendre les gens pour des couillons (en quoi ils auraient tort de se priver, il est vrai). Il suffit de recenser tous les gros titres relatifs à cette affaire dans les journaux (BBC, Le Figaro, AFP etc.) : ils n’ont souvent rien à voir avec le contenu de l’article auquel ils se rapportent, voire ils disent l’inverse. Mais c’est le gros titre qu’on retient, n’est-ce pas ?
    Quatrième point : si des journalistes prestigieux prennent la peine de signer cette « pétition », c’est qu’ils ressentent un malaise face au traitement médiatique de ces affaires. Ces affaires sont trop sérieuses pour que les media se permettent d’être contre-productifs en étant outrageusement partial.

    Bref, chacun voit bien que les mass-media étaient/sont guidés au mieux par le sensationnalisme dans cette affaire, non par le souci de vérité, souvent pas très sexy. Peut-être sont-ils honnêtes dans la dénonciation de la pédophilie, mais alors on attend de leur part une campagne aussi forte pour dénoncer l’exploitation sexuelle des enfants à travers le monde, chiffrée à plusieurs centaines de milliers de victimes. Mais comme disait Staline, « la mort d’un homme est une tragédie, la mort d’un million une statistique. »

    _* http://catholicanchor.org/wordpress/?p=601

    Extraits : « I will limit my comments, because of judicial oaths I have taken as a canon lawyer and as an ecclesiastical judge. However, since my name and comments in the matter of the Father Murphy case have been liberally and often inaccurately quoted in the New York Times and in more than 100 other newspapers and on-line periodicals, I feel a freedom to tell part of the story of Father Murphy’s trial from ground zero. »

  • je lis chez emi: « Les signataires, enfin, sont « choqués » du lien « trop vite établi » entre pédophilie et célibat des prêtres »… c’est quoi cette histoire? ce n’est pas dans l’appel !!

  • Pingback: Errances » Blog Archive » Padre Grassi ou l’église humiliée

  • Suis-je le seul à trouver l’article de Laure Daussy hallucinant ?

    Elle mélange à dessein l’appel dont elle prétend rendre compte, et des articles ou commentaires glanés de-ci de-là. Elle en fait un infâme salmigondis en isolant des détails qui n’ont plus rien à voir avec lesdites interventions (il n’y a qu’à voir comment elle prétend rendre compte des critiques de Koz).

    Bref, après avoir mis une belle constance à remplacer la critique par une caricature ridicule, elle la balaie d’un revers de la main. Vraiment, quelle imposture !

  • « Et encore, elle m’attribue aussi des mots que je n’ai pas prononcés. »

    Ah je me disais bien aussi : étonné, je les avais recherchés consciencieusement à coup de CTRL+F, mais je suis heureux d’avoir confirmation du… sérieux du travail effectué.

  • Sur le traitement par la presse des critiques sur le fonctionnement de la presse… il n’y a guère d’illusions ni d’espoir à avoir (mais on peut relire Bourdieu, qui avait tenté de décrypter les mécanismes d’auto- et inter-justification médiatique, à la suite d’un passage à ASI, je crois).
    La hiérarchie catholique fait désormais partie des « nouveaux méchants » que le tribunal médiatique s’arroge le droit de juger et condamner ; cela semble acquis : la machine à « faire de l’événement » s’est emballée – plus soucieuse de cette notion d’événement que de la notion d’enquête ou de vérification des faits.
    Mais, si faibles que soient vos chances d’obtenir un traitement équitable, vous avez raison de ne pas vous taire.

  • Intéressant la « polémique » sur l’emission de France 2 sur la pédophilie… Certains reprochent au journaliste d’avoir donné des noms à la police de pédophilies confirmés identifiés lors de son enquête. Les questions sont : fallait-il dénoncer ? un journaliste est-il une balance ? un auxilliaire de police ? quid du secret professionnel ? quid de la déontologie lorsqu’une source a fait confiance à un journaliste pour lui parler ?

    Intéressante questions de déontologie sur un sujet que les journalistes traitent avec moins de gants et de questionnements dans d’autres circonstances!

  • Excellente question, Epo. C’est vrai que l’on sent les journalistes plus tâtillons sur leur secret professionnel que sur le secret de la confession. Je vais me permettre de le twitter, ça…

  • suis d’accord avec epo, sur ce coup. l’insistance des journalistes à d’entre-interroger sur ce sujet n’intéresse qu’eux, et le parallèle avec le secret de la confession est intéressant (sauf que, là, les pédophiles n’étaient pas de la même chapelle, car ils ne sont pas journalistes…)

    j’aimerais d’ailleurs trouver quelque part une étude des professions dont la déontologie, le travail nécessite une certaine dose de secret, et une comparaison des modalités d’action, des limites de ces secrets, des jurisprudences associées, en France et à l’étranger: avocats, médecins, prêtres, journalistes, militaires, enquêteurs statistiques, etc…

  • @ Epo: +1.

    @ francis:

    l’insistance des journalistes à d’entre-interroger sur ce sujet n’intéresse qu’eux

    Je trouve qu’ils ont raison de le faire, c’est un vrai sujet au coeur de leur responsabilité professionnelle. Ce qui est dommage, c’est de le faire en circuit fermé, comme si la notion de secret professionnel leur était réservée.

  • @ Gwy

    Surtout qu’entre la confession qui n’est pas que religieuse ou spirituelle mais qui a clairement une dimension thérapeuthique, une ouverture à la rédemption, un sens donné à l’homme, etc. et le secret professionnel des journalistes qui ne sont, malgré un pouvoir quasi divin auto-attribué, que de simples témoins de l’actualité qu’ils sont chargés de transmettre, il n’y a pas photo.

  • Epo, pour ce qui est du sens profond de la confession, par rapport à d’autres choses qui sont couvertes par le secret, je crois que je n’ai pas trop de mal à faire la différence 🙂

    En ce qui concerne la justification du secret, cependant, il y a une équivalence, de l’ordre du bon sens le plus basique et qui devrait être accessible aux non-croyants et même aux anti-cléricaux: le secret professionnel du médecin, de l’avocat, du prêtre ou du journaliste sont indispensables à l’exercice élémentaire de chacune de ces professions.

  • @Gwy

    je crois que je n’ai pas trop de mal à faire la différence

    Noon mais on discute là… je me doute bien, ça ne s’adressait pas à toi en tant que tel. Je voulais dire que même un non catholique peut comprendre ça. Cela fait indéniablement partie de la problématique de ce qui a pu se passer dans l’Eglise en tout cas. Et un journaliste si sourcilleux de ses prérogatives devrait en tenir compte.

  • je me doute bien, ça ne s’adressait pas à toi en tant que tel

    Pas de problème. Je ne l’avais pas sérieusement pris pour moi – d’où le smiley.

  • Un petit tour pour vous dire que j’ai signé la pétition -je suis chrétienne avant tout, même si je ne suis pas catholique et j’estime que de ce fait, je me dois de défendre votre Pape- le 02 avril

    J’attends toujours l’émail qui doit me permettre de valider ma signature. Je ne suis pas sûre que ce site marche très bien.

    Bon courage à vous tous

  • Le plugin qui devait assurer l’envoi des emails a planté. Les signatures sont, du coup, valider par paquets de x.

    Merci beaucoup en tout cas pour ta signature. D’autres chrétiens non catholiques ont signé.

  • 3000 par jour. C’est un rythme de Pentecôte, dites moi (cf. Ac, 2, 41, lecture d’hier d’ailleurs je crois).

    Qui sait ? Peut-être le Seigneur va bientôt faire qu’un de nos plus grands persécuteurs aura son Chemin de Damas…

  • Bon c’est officiel Koz, ça ne marche vraiment pas pour moi, désolé. (signé il y a 4-5 jours, pas de mails y compris dans les spams, pas de « re-signature » possible). J’ai pas trop envie de réessayer avec mon adresse pro non plus…

    Tout mon soutien néanmoins.

  • « Les attaques de la presse internationale au Papa, accusations injustes et fausses avoir couvert des crimes infami, nous peinent et offensent. Nous n’y sommes pas avec qui il veut réduire deux mille ans d’histoire de notre Église aux actes criminels de certains ; né avec qui accusation injustement Bénit XVI d’infami omissions. Nous sommes avec le Papa, avec notre Papa. »
    Comme association Smizdatonline nous avons lancé cette campagne
    http://www.samizdatonline.it/node/6675

  • koz, en réponse à votre tweet d’il y a 5 heures s’enquérant d’un député de gauche capable de signer l’Appel : si vous êtes sérieux, vous devriez essayer de contacter le « Service Pastoral d’Etudes Politiques » (ie l’aumônerie des parlementaires), ils ont peut être des noms à vous refiler : http://www.sainte-clotilde.com/spep.html. Sans déconner, je sais que ça existe des parlementaires de gauche catholiques fervents, même s’ils vivent plutôt leur foi en cachette.

  • jean316 a écrit:

    si vous êtes sérieux

    Non, non, on est des clowns et ça fait 10 jours qu’on se défonce juste pour déconner 😉

    Eponymus a écrit:

    @ Koz

    Peut être ça vaudrait le coup de le traduire en anglais… juste une idée comme ça…

    On y pense. Anglais et allemand.

  • @ Koz

    Si ça peut vous aider, je veux bien donner un coup de main pour l’allemand, dans la mesure de mes possibilités.

  • @ Koz : je peux faire l’anglais si vous voulez (même que j’ai eu 8 sur 9 à l’IELTS).

    Vous avez essayé Jacques Delors ? (Pour les hommes politiques de gauche, pas pour faire la traduction)

  • Attention, il y a un piège. Qui va traduire la profession des 24.800 signataires of The Call alias El Llamado ?

  • Merci pour vos propositions. Je vois avec mes camarades.

    Si ça vous intéresse, vous pouvez aussi lire, sur Rue89, le rédacteur en chef de Témoignage Chrétien éreinter l’Appel, et ma réponse.

  • Décidément, entre TC et chrétienté.info, on constate qu’il vaut toujours mieux signer des pétitions tout seul, comme ça on est moins emmerdé.

    Bienvenue dans le christianisme groupusculaire et fier de l’être.

  • Ce n’est pas à moi qu’il répond. Pour le moment, il répond à Pierre. Il doit fourbir ses armes avant de me répondre à moi.

  • Voici l’Appel en espagnol.

    Llamado a la Verdad

    Los asuntos de pederastia en la Iglesia son, para todos los católicos, una fuente de pena profunda y de dolor extremo. Algunos miembros de la jerarquía de la Iglesia han sido responsables, en ciertos casos, de graves faltas y malfuncionamientos, y saludamos la voluntad del papa de hacer toda la luz sobre estos asuntos.

    Con los obispos, y como miembros de la misma Iglesia, los laicos católicos reciben sobre ellos el peso de los crímenes de ciertos sacerdotes y de las fallas de sus superiores; se ponen resueltamente, como Jesucristo invita a hacerlo, del lado de los que más sufren de estos crímenes, es decir las víctimas, y al mismo tiempo oramos por los culpables.

    Cuanto a nosotros, queremos de todo corazón que toda la verdad sea hecha y que con la participación de todos los hombres y mujeres de buena voluntad, sea debatido serenamente y fraternalmente, en la Iglesia católica, de todo de lo que ha permitido estas ofensas que han sido también ante Jesucristo.

    En el mismo tiempo, deploramos la aceleración y la sobre subasta mediáticas que acompañan estos asuntos. Mas allá del derecho a la información, legítima y democrática, no podemos sino constatar con tristeza, como cristianos pero sobretodo como ciudadanos, que numerosos medios de comunicación en Francia (y en el mundo occidental en general) han tratado estos asuntos con parcialidad, desconocimiento o delectación. De abreviados en generalizaciones, el retrato de la Iglesia que se ha dado en la prensa actualmente no corresponde a lo que viven los cristianos católicos.

    Mientras repitiendo nuestro horror delante del crimen de los sacerdotes pederastas y nuestra solidaridad hacia las víctimas, llamamos a los media a una ética de responsabilidad que pasaría por un tratamiento más deontológico de estos asuntos. Los fenómenos de aceleración mediáticos no están reservados, y de lejos, a la Iglesia; pero estamos cansados y heridos por lo que ha sido ésta. Pensamos a tantos sacerdotes que llevan con valor, y algunas veces en la soledad, el mensaje de Jesucristo.

    Estamos con ellos.

    Saludamos la carta de los obispos de Francia al papa Benedicto XVI, y queremos ver a la Iglesia católica salir con serenidad y responsabilidad de esta adversidad dolorosa.

    Este llamado ha sido lanzado tras la iniciativa de François Taillandier (escritor), Frigide Barjot (parodiadora), Natalia Trouiller (periodista y bloguera), Koz (bloguero y abogado), François Miclo (filósofo).

    YO FIRMO EL LLAMADO

  • Ah oui ok, je me disais aussi que prendre un seul point et émettre un jugement sournois pour disqualifier l’ensemble de tes arguments n’était pas digne…

  • @ Vivien 91 (entre autres)

    Je n’ai pas lu sur ce blog beaucoup de publicité pour la pétition de « benoît et moi », qui a pourtant le soutien de Mgr Aillet et de Mgr Fort.

    http://www.soutienabenoitxvi.com/index.php?lang=fr

    Pour tout dire, cette pétition me gêne également car je doute qu’on puisse affirmer sans preuve que « les prêtres (…) constituent le corps le plus préservé car le plus proche du Christ ». Je l’ai toutefois signée, malgré mes réticences.

    Elle me gêne en tout cas moins que le texte de « l’appel » qui nous demande d’ « assumer le poids des crimes » des autres, phrase qui a peut être un sens acceptable, mais qu’il faudrait alors expliquer. S’agit-il d’assumer le poids financier pour indemniser les victimes et accepter qu’une bonne partie du denier du culte doivent servir à cette indemnisation (finis les comités, commissions et autres colloques oiseux de la CEF) ? Dans ce cas, j’en conviens, il faut assumer, de même que j’assume les dégâts provoqués par mes enfants quand un ballon casse une fenêtre.

    Ou bien faut-il assumer le discours bêtasse dont on nous abreuvent trop souvent depuis un demi-siècle, assumer les sermons qui parlent de tout sauf de péché, encore moins de péché mortel, encore moins de damnation ? Ou bien faut-il assumer l’infinie « bienveillance pour le monde » qui a conduit à une extrême indulgence non seulement dans le confessionnal, ce qui est normal, mais aussi en dehors, ce qui l’est moins (car après tout, obtenir la miséricorde divine en confession vous épargne l’enfer, ce qui est l’essentiel, mais n’a pas vocation à vous épargner la prison, voire la prison à vie, voire la peine de mort, permise sous conditions par le catéchisme de l’Eglise catholique… je le rappelle juste pour ne pas me faire immédiatement traiter de facho).

    Cette « assomption » indéfinie m’est d’autant plus difficile à avaler que bon nombre de signataires n’assument pas une grande partie des enseignements magistériels. Quand ils ne les combattent pas frontalement. Je pense en particulier à un journaliste qui travaillait naguère pour un grand quotidien dit de référence.

    Dans une Eglise où, soyons génereux, moins de la moitié des catholiques pratiquants réguliers assument le concile de Nicée (cf le sondage du Pélerin qui montre que seulement 57% des pratiquants réguliers croient en la résurrection http://www.la-croix.com/illustrations/Multimedia/Actu/2009/4/8/sondage-pelerin.pdf ) ; dans une Eglise où l’on s’empresse d’appeler la presse pour marquer ses distances avec quelques dizaines de ploucs qui ont bousculé une lesbienne devant Notre Dame ,car on n’assumerait pas, au grand jamais, qu’ils puissent être dans la même Eglise que nous (oui, ceci vise koz) ; dans une Eglise où lors des préparations au mariage, on ressort tout naturellement un vieux texte rance et hérétique des Evêques de France pour contourner Humanae Vitae parce qu’on craindrait trop le ridicule, plus encore que le rejet, en demandant aux jeunes couples d’assumer l’enseignement moral de l’Eglise ; dans une Eglise où l’on refuse d’assumer à peu près toutes les règles et la plupart des dogmes que l’Eglise de Rome nous demande de respecter ; c’est dans cette Eglise qu’il nous faudrait assumer ce qui a été commis par quelques uns, par malice, par erreur, par faiblesse, sans que l’Eglise l’ait jamais, dans aucun de ces textes officiels, approuvé.

    Qu’on demande à un musulman d’assumer que Mahomet se soit marié avec une fillete de six ans et ait consommé le mariage quand elle avait neuf ans, ça me paraît de bonne guerre. Après tout, leur prophète est considéré comme un « excellent modèle » (al-Ahzab: 21), et ces faits sur sa vie privée sont recensés, sans la moindre marque de désapprobation, dans les recueils de hadiths Sahih des traditionnistes Boukhari et Mouslim.

    Mais qu’on me demande d’assumer que le père Dugenou ait violé un enfant de choeur, et que l’évêque Dupied l’ait couvert, alors qu’ils ne sont pas les fondateurs de ma religion, que celle-ci ne me les a jamais donnés en exemple, ne les ayant ni déclarés vénérables ni proclamés bienheureux, voilà qui me paraît absolument indécent : il n’y a pas de faute collective, à moins que la faute soit approuvée individuellement par chacun des membres de la communauté.

  • @ Gerald

    Peut-être est-ce pour ça que le texte parle d’assumer le POIDS des fautes, et non pas les fautes en elle-mêmes.
    Non ?

  • @Gerald

    « Je n’ai pas lu sur ce blog beaucoup de publicité pour la pétition de « benoît et moi », qui a pourtant le soutien de Mgr Aillet et de Mgr Fort. »

    Personnellement, et même si je reconnais certains aspects positifs à cette pétition, j’estime qu’elle est bien trop incomplète et étroite. Ce que j’apprécie dans l’Appel à la Vérité c’est (malgré la caricature que nous en propose TC) qu’il n’apparaît pas comme un geste de défense réflexe ou d’alignement sur une position ecclésiale obligée, mais plutôt comme une demande de réflexion mûrie. On serait d’ailleurs en droit d’attendre des journalistes qu’ils aient à cœur de donner les outils pour permettre une telle réflexion. C’est ce que le texte aimerait leur rappeler, avec une certaine humilité puisqu’il n’élude pas, ni ne donne de réponse toutes faites aux questions importantes que sont la solidarité avec les victimes, la recherche de la vérité, et des responsabilités.

    Je note d’ailleurs qu’il commence à y avoir un léger changement de ton dans la presse : on commence enfin à demander l’avis d’experts (je pense à l’article de Jenkins dans le Monde). Il n’est que temps.

    Pour répondre à votre charge sur ces cathos pleins de tiédeur qui se laissent dissoudre dans le monde, même s’il m’arrive de partager certaines de vos inquiétudes (étant une sorte de réac de gauche paraît-il), je prends vraiment au sérieux la garantie que l’Eucharistie donne de l’unité de l’Eglise (on peut relire Ecclesia de Eucharistia sur ce thème). Elle dépasse fort heureusement nos difficultés humaines ; quant à nous nous pouvons tenter de collaborer à l’action de l’Esprit pour faire avancer les choses dans le bon sens (plus de foi, plus d’espérance, plus de charité), mais certainement pas désespérer de Lui.

    Je remercie Louve de sa judicieuse remarque préalable sur « le poids » des fautes. Puisque nous sommes l’Eglise unie par et autour du Christ, il semble normal que nous ressentions durement ne serait-ce que la souffrance d’un seul, et que nous ressentions durement ne serait-ce que la faute d’un seul. En ce qui me concerne je ressens vraiment tout cela comme une blessure. Et je suis content que l’appel n’ait pas éludé cela.

    Enfin il y a dans votre message des thèmes qui ne me semblent pas mériter d’être repris (sur l’Islam etc…) sous peine de faire sombrer le niveau des commentaires.

  • @ Gerald

    La faute individuelle ne doit pas devenir collective. Et c’est d’abord ici reconnaître la part de liberté, et donc de responsabilité, et donc de dignité de chacun.

    Mais il est vrai aussi que « l’individualisme » moral a ses limites, que je suis inspiré par la vertu de mes frères, troublé et déconcerté par leurs manques. Nous sommes des personnes, insérés dans des communautés qui nous influencent et que nous influençons. Sommes-nous donc chacun si parfaits que nous ayons toujours et partout toujours fait ce qui était bien pour l’Église, pour aider cette communauté à être sainte en tous ses membres ?

    Vous mettez l’accent sur un certain laxisme spirituel et moral qui aurait largement contribué à faire tomber certains clercs et vous imputez ce laxisme à des courants où vous ne vous reconnaissez pas. Quand bien même vous auriez raison, qui peut prétendre n’avoir jamais péché et donc d’une façon ou d’une autre n’avoir jamais affaibli l’Église ?

    Les voies du Malin sont subtiles. Si vous ne l’avez pas lu, lisez « La foi des démons » de Hadjadj.

  • Gerald a écrit:

    Je n’ai pas lu sur ce blog beaucoup de publicité pour la pétition de « benoît et moi », qui a pourtant le soutien de Mgr Aillet et de Mgr Fort.

    Notamment parce que (i) j’aimerais être certain qu’ils soutiennent cette initiative-ci et non pas l’initiative de l’an dernier prolongée cette année et que (ii) mon blog n’est pas un support publicitaire.

  • A KOZ.

    Bravo et Merci pour « L’appel à la vérité ».

    Bravo et Merci pour ce que vous écrivez.

    Continuez. Bon courage.

  • @ Koz (100)

    Vous avez en effet parfaitement le droit de ne pas signer et de ne pas promouvoir la pétition de « benoît et moi ». Ma remarque ne visait donc nullement à vous le reprocher.

    Ma remarque répondait en premier lieu au message 91, qui semble regretter que TC et chrétienté.info ne soutiennent pas l’appel, ou ne le soutiennent pas autant qu’il serait souhaitable, ceet qui laisse entendre que cela dénoterait une coupable appétance pour le « christianisme groupusculaire ».

    Faut-il alors conclure que l’absence ici, dans les articles mais aussi dans les commentaires, de tout soutien pour la pétition de « benoît et moi » est également l’indice d’un enfermement dans « un christianisme groupusculaire » ? Je ne le pense pas. Mais je ne le pense pas davantage pour les prises de positions réservées vis à vis de l’appel.

  • @ Flam (98), seulement deux points :

    Vous dites : « En ce qui me concerne je ressens vraiment tout cela comme une blessure. Et je suis content que l’appel n’ait pas éludé cela. » Je partage ce sentiment et je trouve que la première phrase de l’appel le rend parfaitement : « Les affaires de pédophilie dans l’Église sont, pour tous les catholiques, une source de peine profonde et de douleur extrême. » Si la phrase « les laïcs catholiques assument le poids des crimes de certains prêtres et des défaillances de leurs supérieurs » ne signifie rien de plus que cette première phrase, elle n’est alors pas vraiment nécessaire, d’autant qu’elle est ambiguë.

    « Enfin il y a dans votre message des thèmes qui ne me semblent pas mériter d’être repris (sur l’Islam etc…) sous peine de faire sombrer le niveau des commentaires. »

    Libération commet des articles d’une extrême complaisance envers la pédophilie dans les années 70/80 et ouvre ses colonnes à des défenseurs relations sexuelles (non violentes) entre adultes et enfants de moins de 16 ans. Koz en parle, à juste titre, dans son billet « Vous n’aurez pas la peau de Benoît XVI A moi les légions ! ». Ca ne fait pas sombrer le niveau du blog.

    Sheikh Abdul Aziz Al-Sheikh, grand mufti d’Arabie Saoudite déclare l’an dernier alors qu’un juge saoudien refuse d’annuler le mariage entre une fillette de 8 ans et un homme de 47 ans : « It is incorrect to say that it’s not permitted to marry off girls who are 15 and younger. A girl aged 10 or 12 can be married. Those who think she’s too young are wrong, and they are being unfair to her. » L’UNICEF s’en émeut http://edition.cnn.com/2009/WORLD/meast/04/14/saudi.child.marriage/index.html?iref=newssearch . Mais selon vous, évoquer ce problème du mariage légal d’hommes mûrs avec des fillette en terre d’islam risque de faire « sombrer le niveau des commentaires ».

    Pourquoi ce deux poids deux mesures ? Le pieux musulman a-t-il droit a davantage de mansuétude que l’athée gauchiste ? est-ce parce que Serge July est mal rasé ? est-ce parce que Libé laisse de l’encre sur les doigts du lecteur et que même, parfois, ça ne part pas avec le savon ? est-ce pour ne pas désespérer Assise 3 (ou 4?) ? est-ce parce qu’il faut assumer le poids des fautes de tous ceux que « l’Église regarde aussi avec estime » parce qu’ils « adorent le Dieu Un, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de ta terre, qui a parlé aux hommes » ?

  • Cher Gerald,

    Mon commentaire était rapide et pouvait donc prêter à confusion. Mes excuses donc, s’il vous a blessé. Ce n’est pas le fait de signer ou pas l’appel qui selon moi dénote d’un goût pour « le christianisme groupusculaire ».
    J’ai d’ailleurs lu avec intérêt vos réserves quant à celui-ci.

    C’est de se justifier de ne pas signer en citant tel ou tel autre signataire, en l’isolant, visant ainsi à décrédibiliser la démarche, comme portée par « des chrétiens douteux ». Vouloir être dans un « entre-soi » dans la liste des signatures au lieu de faire un texte dans lequel tous pourront se reconnaitre au-delà de leurs différences et appartenances.

  • @Gerald

    « Mais selon vous, évoquer ce problème du mariage légal d’hommes mûrs avec des fillette en terre d’islam risque de faire « sombrer le niveau des commentaires ». »

    Vous avez changé d’argument en passant de l’attaque de Mahomet à un problème contemporain ! Dès lors, ça ne me gêne plus de donner une réponse : le problème – actuel – que vous signalez, est effectivement grave. Je ne suis pas sûr qu’il soit habile de le soulever maintenant (la technique du contre-feu ne m’a jamais plus). Toutefois pour vous répondre en toute généralité voici mes avis à froid : oui c’est scandaleux, et non les média n’ignorent pas ce phénomène même si on n’en entend parler que de loin en loin.

    Plus fondamentalement, il ne faut pas commettre une faute symétrique de ce qui est fait avec les catholiques : faire de cette question du mariage des mineurs une marque de fabrique de l’Islam. Vous citez le grand mufti d’Arabie Saoudite, pas le recteur d’Al Azhar ! Quant au prophète, c’est un homme qui a vécu dans son siècle. Personnellement ce n’est pas le genre de personne que j’aurais envie de suivre ou d’imiter, mais je ne suis pas musulman, je ne sais comment la majorité d’entre eux voient cette imitation.

    C’est un peu comme les critiques concernant Saint-Louis qui fut lui aussi un homme de son siècle (thèmes classiques : la guerre, les Juifs). Malgré cela, je n’ai pas de mal à voir pourquoi c’est un grand saint et en quel sens on peut le qualifier de digne d’être imité.

  • Quand j’ai lu l’Appel, j’ai eu le pressentiment que la signature de M. le député de la Nation Christian Vanneste serait utilisée par ceux à court d’arguments pour disqualifier votre action comme un complot raciste nazi fasciste nous rappelant les heures les plus sombres de notre histoire.

    Le seul problème c’est que M. Vanneste a beau être infréquentable dans les dîners en ville, il n’en reste pas moins un député de la Nation. Si M. Chatel estime que M. Vanneste est un nazi qui ne mérite pas de vivre, il n’a qu’à se présenter contre lui aux prochaines élections et laisser le Peuple trancher. Je ne miserais pas grand chose sur lui. Il ne reste donc plus qu’à supposer que la circonscription de M. Vanneste est peuplée d’une majorité de racistes nazis homophobes. Ou à fermer sa gueule devant la volonté populaire.

    Votre Appel est donc désormais violemment attaquée par des groupes issus de 2 bords complètement opposés sur tous les points pour des raisons parfaitement contradictoires. C’est évidemment un signe manifeste qu’il est juste et bon et défend la vérité, puisque c’est exactement ce qui arrive à l’Eglise catholique depuis 2000 ans et c’est également ce qui est arrivé à Jésus Christ : la haine du Christ, qui est le Chemin, la Vérité et la Vie, est la seule chose qui ait permis d’unir les Pharisiens et les Sadducéens (qui se vomissaient réciproquement comme des apostats hérétiques), les Juifs et les Romains, Hérode et Pilate. Lire Témoignage Chrétien utiliser la morale bourgeoise (« Cet homme dîne avec les pécheurs ! ») pour disqualifier l’Appel évoque irrésistiblement Caïphe rappelant à Pilate ses devoirs envers César (l’incarnation du mal pour les Juifs : l’envahisseur violant la terre sacrée d’Israël, idolâtre qui se fait révérer lui-même comme un dieu) pour pouvoir obtenir la mort du Christ.

  • @ jean316

    Si on te gifles sur la joue droite, tends la joue gauche…

    Bon, mais faut-il pour autant s’inscrire au Modem ? 🙂

    Le problème difficile dans ce genre de controverse, c’est que l’on peut encaisser pour soi des insultes sans trop broncher, mais faut-il pour autant cesser de réclamer la justice pour autrui, autrui étant ici B16, les prêtres calomniés, le catho de base déboussolé par la violence des attaques.

    Parler des victimes est délicat. Mais quid de celles dont justement on ne parle pas parce que leur agresseur ne portait pas la soutane ? De celles qui ont l’impression d’être instrumentalisées pour un combat qui n’est pas le leur ?

  • @ Jean316 : c’est exactement ça. Le moteur de la haine ne s’embarrasse ni des incohérences, ni des contradictions, même s’il finit toujours par se disloquer précisément à cause de ses incohérences et contradictions.

    A contrario l’Eglise est forte parce que son discours est cohérent de bout en bout, basé sur une pierre d’angle incorruptible. C’est quand elle s’éloigne de l’exigence de sa cohérence qu’elle s’affaiblit. Et il est triste et scandaleux que cette cohérence soit mise sans cesse en cause par des types se réclamant de cette Eglise, même s’il en a toujours été ainsi dans son histoire.

    Le mal de l’Occident, c’est l’incohérence. Nos sociétés sont submergées de messages contradictoires, et donc déboussolées : d’un côté on fait l’apologie de la pornographie, de l’autre on se lamente que nos prisons soient submergées de criminels sexuels. Les sociétés occidentales, en se laïcisant (ce qui se traduit en France par du crypto-athéisme : c’est-à-dire que sous couvert de la tolérance laïque, on ne tolère en fait plus que l’athéisme), n’est plus qu’un canard sans tête courant en tous sens et battant des ailes.

    L’Eglise reste la seule institution à proposer un message cohérent de l’alpha vers l’omega ; à être une boussole, non une girouette déguisée en boussole. Plus la société faiblit par ses incohérences, plus l’Eglise apparait forte par sa cohérence, plus violentes seront les attaques contre elle, et plus elle sera chargée des fautes de toutes ces sociétés en voie de liquéfaction. Quand on a tort, on ne pardonne pas à autrui d’avoir raison. Mieux vaut le sacrifier, quitte à lui accorder par la suite un statut de prophète.

    Mais pour revenir au problème des média, cet appel à la vérité montre bien qu’ils n’ont pas encore pris la mesure du phénomène internet. Avec cet outil, il devient de plus en plus compliqué d’étouffer et d’ignorer les faits et la vérité. Il devient aussi plus compliqué de démêler le vrai du faux, mais au final les journalistes devraient prendre conscience qu’ils ne maîtrisent plus la diffusion, ou l’étouffement, de l’information. Ce blog et cet appel en sont la preuve après tout.

  • Voici la version en anglais de l’Appel.

    Appeal for the Truth

    The affairs of paedophilia in the Roman Catholic Church have been, for all Catholics, a source of profound grief and extreme pain. Members of the Church’s hierarchy have committed, on certain dossiers, serious omissions and dysfunctions, and we praise the Pope’s resolve to bring all the light on these affairs.

    With the bishops, and as members of the same Church, secular Catholics bear the weight of the crimes of certain priests and of the failings of their superiors; they absolutely place themselves, as Christ has invited, on the side of those who suffer the most from these crimes, that is to say the victims’, while praying for the culprits.

    As to us, we wish with all our heart that the whole truth be known and that with the joint effort of all men and women of good will, it would be debated in a serene and brotherly manner, about all that made possible these offences which have also been made against Christ.

    At the same time, we regret deeply the media’s heedlessness and exacerbation which are linked to these affairs. Beyond the legitimate and democratic right to be informed, we cannot do otherwise but see with sadness, not only as Christians but mainly as members of the public, that several media in France (and in the West in general) treat these affairs with bias, unknowingness or delectation. From shortcuts to generalizations, the portrait that is drawn of the Church in the press at the moment does not correspond to the living experience of catholic Christians.

    While reiterating our horror to the crimes committed by paedophile priests and our solidarity with the victims, we appeal to the media to responsibly follow a code of conduct which would entail dealing with these matters in a more ethical manner. Media excesses are not, by far, aimed only at the Church; but we are tired and deeply grieved by the unbridled exacerbation that has occurred. Our thoughts go to so many priests that carry with such courage, and sometimes in solitude, Christ’s message.

    We are with them.

    We praise the letter of the bishops of France to Pope Benedict XVI, and wish to see the Roman Catholic Church come out of this painful ordeal with serenity and responsibility.

    This appeal was launched through the initiative of François Taillandier (writer), Frigide Barjot (parodist), Natalia Trouiller (journalist and blogger), Koz (blogger and lawyer), François Miclo (philosopher).

    I SIGN THE APPEAL

    http://www.appelaverite.fr/

  • En attendant, y en a pas des tonnes, de signatures. Faut croire que les chrétiens de France ne se sentent pas tellement solidaires de l’Eglise.

    @Volage : elle est morte ton Eglise, et ces scandales n’en sont que les derniers soubresauts. La cohérence dont tu parles, il n’y a pas besoin de l’Eglise et de ses prêtres pour y accéder : il suffit d’être chrétien, même pas, il suffit d’être croyant et d’user de sa raison.

  • Petit Jean Jacques, je doute que tu sois chrétien. Les chrétiens sont plus convaincus et endurants que tu ne le crois. La croix du Christ nous la chérissons et nous l’adorons … alors s’il faut y aller, on ira. Tu ne sais pas de quoi tu parles !

  • JJ : la réalité montre bien que non. La raison livrée à elle-même n’est qu’un canard sans tête, c’est ce qu’on peut vérifier tous les jours. Quant à un christianisme sans Eglise et sans prêtres, Luther en avait rêvé. Du coup il en créa une autre, avec des pasteurs et des évêques…
    Enfin pour tous ceux, ils furent nombreux, qui se jurèrent « d’écraser l’infâme », ma foi, la seule certitude, c’est qu’ils remplissent les cimetières. Vos prédictions rejoindront simplement les leurs.

  • Si vous voulez rigoler un bon coup, entre deux éruptions volcaniques ou grèves de la SNCF, repassez-vous l’émission d’Arte, « Huit journalistes en colère », du 09/02/2010.
    Soirée théma désopilante en vrai, de la réalisation aux comiques – oups, journalistes – au point qu’on se demande pourquoi ce machin complètement sketchique n’a pas été produit par Comedy Channel. A la lumière du traitement médiatique de ces affaires de pédophilie, ça laisse en tous cas songeur sur l’état de notre presse écrite. Elle risque bien de disparaître corps et âme, elle.

Les commentaires sont fermés